Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

24 janvier 2020

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Jacques Dumont condamné à Matane pour agression sexuelle

Palais de justice de Matane

agression sexuelle Matane

©Photo publique sur Facebook

Le directeur de l’entreprise matanaise Déménagex, Jacques Dumont, a été condamné à 12 mois d’emprisonnement avec sursis pour agression sexuelle.

Le directeur de l’entreprise matanaise Déménagex a été condamné le 24 janvier à une peine de 12 mois d’emprisonnement avec sursis, assortie de deux ans de probation. Il a plaidé coupable d’agression sexuelle.     

« Le rapport présentenciel vous est défavorable », a affirmé d’emblée le juge Berthelot, en livrant sa sentence, ajoutant que le Tribunal avait été notamment choqué par l’affirmation, dans le rapport de l’agente de probation, selon laquelle l’accusé avait tendance à s’engager avec des femmes plus jeunes décrites comme vulnérables. « Vous avez poursuivi vos contacts sexuels malgré le constat que la victime avait retiré son consentement. Depuis moult années, notre société enseigne que non, c’est non, et qu’on ne doit pas croire à un consentement si celui-ci n’est pas donné de façon libre et éclairée », a mentionné le juge.

La Couronne avait rappelé au préalable que la victime avait connu des impacts au niveau de son anxiété, souffrant d’un choc post-traumatique, d’une peur continuelle de rencontrer M. Dumont à Matane et d’une rechute, après les événements, dans la consommation de drogues. « Le rapport indique que vous n’avez aucune empathie à l’égard de la victime. Vous allez même jusqu’à affirmer à l’agente de probation que cette personne n’avait pu être traumatisée par vos gestes, et qu’elle avait agi par vengeance. L’agente de probation nous indique avec raison que le risque de récidive ne peut être écarté », a poursuivi le juge. « Vous avez fait preuve d’une absence d’empathie envers la victime mais vous invitez le Tribunal à en avoir à votre égard ? », a-t-il questionné, avant d’annoncer sa condamnation à une peine d’emprisonnement de 12 mois avec sursis, assortie de plusieurs conditions.

« Ne vous aventurez pas à ne pas respecter ces conditions », a déclaré le juge, en précisant qu’une telle violation entraînerait une révocation de peine, qui serait alors purgée en centre de détention. Parmi les conditions à respecter, M. Dumont, suivi par un agent de surveillance, aura interdiction de troubler l’ordre public, devra faire preuve de bonne conduite, soit respecter les lois municipales, provinciales et fédérales, devra répondre aux convocations du Tribunal, aura interdiction de communiquer avec la victime, sauf par l’intermédiaire d’un huissier, interdiction d’être en présence physique de la victime, de se rendre au domicile, au lieu de travail ou au lieu d’études de la victime, interdiction d’harceler, importuner, molester ou épier la victime. Le condamné ne pourra pas non plus acquérir d’armes à feu, consommer de l’alcool ou des substances intoxicantes et devra, entre autres conditions, comme son assignation à résidence, accepter de se soumettre à des tests d’urine à n’importe quelle heure. Il sera enfin inscrit pendant 10 ans au registre des délinquants sexuels.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média