Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

21 décembre 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Une entreprise australienne tentera une relance d'Orbite

USINE D'ALUMINE DE HAUTE PURETÉ

Orbite

©Photo Louis Laflamme - L'Avantage Gaspésien

L'entreprise Orbite pourrait être relancée de façon permanente si les tests effectués sont concluants.

L'entreprise australienne AEM HPA limited a reçu l'autorisation du contrôler en charge du dossier d'Orbite afin de tenter une relance de l'usine de Cap-Chat.

Concrètement, une lettre d'intention a été signifiée par l'entreprise australienne pour finaliser une entente en vue d'acquérir une licence pour les droits et propriétés intellectuelles d'Orbite. L'entreprise souhaite également conclure un contrat de location pour l'usine de Cap-Chat ainsi qu'un autre pour la sous-location du centre de développement technologique de Laval.

Cette lettre d'intention a convaincu le contrôleur de présenter une nouvelle demande à la Cour supérieure afin de poursuivre la suspension des procédures judiciaires contre Orbite qui fait face à la faillite. La Cour a accueilli favorablement cette demande et a ainsi accordé un nouveau délai, soit jusqu'au 20 janvier prochain, pour en arriver à une entente en bonne et due forme.

Cette tentative de relance par AEM HPA Australia ltd pourrait permettre la réembauche de certains employés de l'usine de Cap-Chat. Toutefois, les tests qui seront effectués pendant cette période d'essai seront déterminants pour la suite des choses, notamment pour un éventuel rachat des actifs d'Orbite.

L'entreprise AEM HPA Australia ltd est enregistrée depuis août 2018. Elle est dirigée par Julian Ford et Timothy Fletcher qui possèdent notamment de l'expérience dans diverses entreprises minières et de ressources naturelles.

Accueil positif

Cette relance possible réjouit le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier qui souhaite un tel scénario depuis plusieurs mois. « J'ai toujours espéré qu'on trouve un repreneur plutôt que de procéder à un démantèlement. Je voulais qu'on donne une chance à une relance, peu importe d'où provient l'entreprise intéressée. »

Le préfet confirme que les activités reprendront en février prochain, ce qui envoie ainsi un signal positif pour la suite des choses. « J'ai fait de nombreuses interventions dans ce dossier depuis juillet dernier, notamment auprès du ministère de l'Économie. J'ai aussi eu des discussions avec le syndic Price Waterhouse. C'est certain que certaines semaines, mon espoir était moins grand mais là, de voir une entreprise qui veut relancer les activités, c'est très positif puisque pendant longtemps, l'espoir était très mince. »

Commentaires

22 décembre 2019

Lorenzo D'Alesio

AEM HPA (Australia) Pty. Limited. Ils veulent la propriété intellectuelle (PI) et ne paieront que 500 000 $ pour l'obtenir! Ils ne se soucient pas de l'usine, emplois et de la survie d'Orbite à long terme. À mon avis, l'usine sera fermée après quelques mois d'exploitation et ils repartent avec la propriété intellectuelle. Ils utilisent l'équipement Orbite pour purifier la matière première et l'envoyer à l'étranger pour la calcination pour obtenir de l'alumine de haute pureté (hpa)! Réveillez-vous, la lettre d'intention de l'AEM, il n'y a aucune garantie de la survie de l'usine d'Orbite, des emplois ou des créanciers garantis percevant sur la dette!

22 décembre 2019

Guenther Quellmalz

Absolute top d’accord avec your, monsieur D’Alesio

22 décembre 2019

Lorenzo D'Alesio

AEM HPA (Australia) Pty. Limited. AEM n'a déposé que 100 000 $ avec la lettre d'intention. C'est tout ce qu'il faut pour prendre notre entreprise québécoise. Quel manigance ... un autre futur fleuron québécoise vas disparaitre. Lundi matin le 23 décembre à 9h00 le juge Gouin approuvera la requête/recommandation du syndic PwC pour qu'AEM achet/louer notre société Orbite pour des peanuts.

23 décembre 2019

Louis-Paul Milot

Je suis entièrement d'accord avec M D'alesio, réveillons nous et surtout ceux qui sont en train de donner ce qui nous appartient. Je ne crois pas que des gens du Quebec puisse faire une telle chose , il y a surement de la magouille a quelques part,....c'est très insultant Ceux qui pouvaient arreter ce don, peuvent se poser des questions. Je ne suis pas fier d'ètre Q uébecois aprèe ce que je vois. Il est temps que nos dirigeants gouvernementaux se réveillent, Vous avez encore ma confiance malgré tout.....................

27 décembre 2019

Daniel CHAMBERLAND

Toujours mieux d'avoir un léger espoir d'une réouverture qu'une fermeture définitive soyez donc positif et arrêter de toujours chialé après tout ce qui bouge qu'avez-vous fait de positif dans votre vie pour critiquer ceux qui veulent donner un second souffle à cette entreprise si nécessaire pour votre municipalité.

14 janvier 2020

Pierre Lévesque

La vraie valeur d'Orbite réside dans ses brevets (nombreux) et dans les processus qu'elle développe à son laboratoire de Laval .L'usine de Cap-Chat, n'en déplaise à nos concitoyens gaspésiens, est un banc d'essai qui n'a de réelle signification qu'en regard des deux éléments précédents. Si l'acquéreur potentiel australien n'est pas prêt à payer le juste prix pour les brevets, il ne paiera pas longtemps pour faire rouler l'usine. Nous aurons un fiasco de plus dans notre portofolio Québécois.. et après on se demandera pourquoi les investisseurs ont moins confiance et placent leur argent aux USA, ou dans les bitcoins, ou dans le pot... Trouvez un autre acheteur au plus vite ! Et Québécois au surplus. Ce ne doit pas être si difficile de battre ce qui est sur la table. Monsieur D'Alesio a tombé pile sur le problème. Bonne chance. Un investisseur perdant très désolé.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média