Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 décembre 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Pas d'accès piétonnier sur le quai de Mont-Louis tranche Transports Canada

ENROCHEMENT DU QUAI DE MONT-LOUIS

Quai Mont-Louis

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

L'enrochement du quai de Mont-Louis est en voie d'être complété sans qu'on y aménage un accès piétonnier.

Après avoir étudié une demande de la municipalité de Saint-Maxime-du-Mont-Louis pour avoir un accès piétonnier sur le quai en voie d'être enroché, Transports Canada (TC) a laissé savoir qu'il n'irait pas de l'avant avec le projet.

Dans une lettre adressée au maire de Mont-Louis, Guy Bernatchez, Transports Canada annonce qu'un accès piétonnier n'est pas dans les plans même si un tel projet était souhaité par la municipalité. « Bien que le projet soit intéressant pour la communauté, il est à l'extérieur du mandat de Transports Canada et présente des risques dont ne peut accepter le ministère », explique la directrice régionale pour le Québec de Transports Canada, Mélanie Morier.

L'organisme gouvernemental propose plutôt à la municipalité de devenir propriétaire du quai. « Transports Canada pourrait considérer le projet de passerelle piétonnière uniquement dans le contexte du programme de transfert des installations portuaires », poursuit la directrice régionale.

Cette décision de Transports Canada laisse un goût amer chez Guy Bernatchez qui croyait que le Ministère ferait preuve d'un peu plus d'ouverture, considérant que la demande de passerelle piétonnière nécessite très peu de travaux et d'investissements. « Je suis extrêmement déçu. Ça fait un mois qu'on nous dit qu'une équipe travaille sur ce dossier et voilà ce que nous obtenons comme réponse. »

Le maire de Mont-Louis se questionne aussi sur la faisabilité d'un accès piétonnier une fois que l'enrochement sera terminé. « C'est maintenant qu'il fallait que ça se réalise; pas une fois que les travaux d'enrochement sont complétés. »

Aucune aide de Diane Lebouthillier

De son côté, la ministre du Revenu national et députée de la Gaspésie, Diane Lebouthillier, a laissé savoir qu'elle ne commenterait pas le dossier. Elle suggère plutôt à la municipalité de passer par les programmes existants.

Or, il y a à peine quelques semaines, tout juste après sa réélection, la question lui a été posée à savoir si elle entendait défendre davantage les dossiers gaspésiens auprès de ses collègues ministres ou si elle allait se tenir à l'écart de ces discussions comme lui reprochaient certains acteurs du milieu. Sa réponse avait été sans équivoque. « Dans les quatre dernières années, j'ai été très impliquée auprès de tous les ministères. Je ne sais pas qui a véhiculé cette information mais elle est fausse. J'ai toujours du travail de représentation qui se fait auprès de mes collègues, dont le ministre des Transports, Marc Garneau. »

Cette citation du 21 novembre dernier de la ministre Lebouthillier s'ajoute aux discussions que le maire Bernatchez a eu avec les attachés politiques de cette dernière. « Rien n'a été fait de leur part. On a reçu aucun support et aucun conseil et maintenant que la décision de Transports Canada est tombée, nous n'avons aucun retour d'appel.

La municipalité de Saint-Maxime-du-Mont-Louis entend poursuivre le combat dans ce dossier mais se questionne en même temps sur la capacité d'une petite localité de soutenir et entretenir une telle structure de façon autonome.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média