Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 novembre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Des entreprises menacées de fermeture en raison des déboires à la traverse de Matane ?

Traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau

Panneau accueil Matane tourisme F.-A.-Gauthier STQ traversier

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le retour du F.-A.-Gauthier à Matane est prévu d'ici à la fin de l'année 2019.

Le directeur principal de la recherche nationale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), Simon Gaudreault, a transmis ce constat alarmant, dans une lettre datée du 22 novembre, au ministre des Transports François Bonnardel.

« Alors que l’incertitude persiste sur les délais nécessaires à la remise en place du F.-A.-Gauthier, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante reçoit de plus en plus d’échos inquiétants sur l’impact de cette situation sur les PME des régions desservies. En effet, certains de nos membres risquent un arrêt complet de leurs activités, en raison de pertes cumulées depuis un an et qui proviennent de difficultés de circulation des travailleurs, de la clientèle (touristes) ou des marchandises », a déploré M. Gaudreault, en regrettant que, d’une manière générale, plusieurs entrepreneurs de l’Est-du-Québec subissent « divers contrecoups associés à l’instabilité en cours à la traverse ».

« L’imprévisibilité est redoutée en affaires, car elle mine à la longue la confiance, l’investissement et la robustesse économique », a-t-il poursuivi, en suggérant au ministre Bonnardel de clarifier la situation sur la date exacte du retour en service du traversier F.-A.-Gauthier, originellement attendu à Matane d’ici à la fin de l’année, soit un an après son arrêt engendré en 2018 par les problèmes de propulseurs ayant plongé la Société des traversiers du Québec (STQ) dans une accumulation de déboires avec l’Apollo, ses collisions et sa mise au rancart subite, puis ses différents successeurs, dont le Félix-Antoine-Savard et le Saaremaa I, qui a multiplié les annulations de traverse depuis la semaine dernière en raison du mauvais temps.   

« Le gouvernement du Québec devrait réaliser qu’il y a une dette importante à l’égard de notre région et que les pertes économiques sont majeures » - Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Une menace pour la vitalité des régions             

« Le bon fonctionnement des infrastructures de transport et de communication est vital pour nos régions. Le lien maritime MataneBaie-Comeau–Godbout est ainsi d’une grande importance pour la santé des PME, des industries et de l’économie générale de l’Est-du-Québec », a rappelé la lettre de la FCEI, envoyée par ailleurs en copie à différents députés de la région, différents maires ainsi qu’au PDG de la STQ Stéphane Lafaut. « L’indemnisation versée par la STQ aux entreprises les jours d’annulation de service n’apparaît pas suffisante pour couvrir leurs coûts et pertes réels, qu’ils soient liés aux délais ponctuels dans leur logistique, à l’achalandage moindre ou à la difficile mobilité des travailleurs », a souligné la FCEI.

Rappelons en effet que la deuxième vague de compensations financières annoncée en septembre avait été jugée insuffisante par le député Pascal Bérubé, ayant de nouveau dénoncé cette « crise des traversiers » lors d’une conférence de presse tenue avec son homologue péquiste de la Côte-Nord, Martin Ouellet, le 22 novembre. Ils avaient demandé à cette occasion au ministre Bonnardel de prendre ses responsabilités, indiquant que la STQ était devenue une « société-écran pour que le gouvernement puisse se déresponsabiliser ».

Le député de Matane-Matapédia dénonce l’absence de dédommagement économique réel et de compensations à la suite des pertes dans le domaine touristique générées par l’absence de traversier stable au début de l’été. « Je demande depuis plusieurs mois un plan de dédommagement à la hauteur des pertes subies pour les usagers et les entreprises touchées par l’absence de traversier entre Matane et la Côte-Nord. Le gouvernement du Québec devrait réaliser qu’il y a une dette importante à l’égard de notre région et que les pertes économiques sont majeures », a réagi M. Bérubé le 25 novembre. À ce jour, des rabais avaient été annoncés du 11 octobre au 31 mars 2020 pour se déplacer entre les deux rives ainsi que l’octroi de crédits sur des nouveaux voyages.

Commentaires

25 novembre 2019

Nestor Turcotte

Dans l'Opposstion depuis 12 ans, on ne peut que faire des demandes...Et on ne s'en tanne pas ici. Et si on se mettait du côté du pouvoiir la prochaine fois ? On vient de faire la même erreur en mettant M. Massé qui avait fait un EXCELLENT travail. On est un club de chialeux et on va s'en doute le rester encore longtemps. Pas étonnant qu'il y ait 500 maisons à vendre dans le coin.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média