Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 novembre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

La Ville de Matane félicitée par le Québec pour son travail en toponymie

Commission de toponymie du Québec

Prix toponymie Jérôme Landry

©Gracieuseté Office québécois de la langue française

De gauche à droite, Marie Thériault et Joanne Burgess, membres de la Commission de toponymie, Jérôme Landry, maire de Matane et Ginette Galarneau, PDG de l’Office québécois de la langue française et présidente de la Commission de toponymie du Québec.

Le dernier Gala des Mérites du français, organisé le 4 novembre à Montréal par l’Office québécois de la langue française et la Commission de toponymie du Québec, en présence du ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, a été l’occasion, pour la Ville de Matane, de recevoir le « mérite en toponymie 2019 », saluant les efforts déployés par la municipalité dans la désignation des lieux sur son territoire.

« La Ville de Matane s’est particulièrement démarquée auprès du jury cette année en honorant la mémoire de nombreuses femmes remarquables comme Elspeth Russell, dont le nom se retrouve dans le toponyme " aéroport Russell-Burnett ". Mme Russell est la seule Québécoise à avoir piloté des avions au sein de l’Air Transport Auxiliary durant la Seconde Guerre mondiale et la première femme à avoir été intronisée au Panthéon de l’air et de l’espace du Québec », a rappelé notamment la Commission de toponymie, pour expliquer son choix. « La Ville de Matane a su mettre en valeur avec brio la richesse de son patrimoine toponymique et historique », a-t-elle complété, en soulignant notamment le travail effectué pour rendre hommage à des femmes remarquables de l’histoire locale et le fait que chacun des noms présentés par la Ville avait reçu jusqu’ici un avis favorable d’officialisation.    

Aéroport de Matane

©Gracieuseté Eddy Métivier

L'aéroport de Matane a reçu son appellation officielle d'« aéroport Russell-Burnett » en juin 2019, après l'approbation du nom par la Commission de toponymie du Québec.

Un hommage aux femmes            

Dans le cadre de son 75e anniversaire, en 2012, la Ville de Matane avait décidé de nommer six parcs en l’honneur de six femmes importantes de la communauté : Jane McCallum, épouse de Simon Fraser, troisième seigneur de Matane, Jeanne Dionne, ancienne directrice de l’école D’Amours, ayant œuvré pendant une quarantaine d’années dans l’enseignement, Marie Raphaël, sœur dominicaine de l’Enfant-Jésus, cofondatrice et Supérieure de l’hôpital du Très-Saint-Rédempteur de Matane, inauguré en 1936, Octavia-Christina Roy-Desjardins, épouse de Joseph Banville, deuxième gardien du phare, responsable du télégraphe et de la tenue des registres, Albina Fortin-Tremblay, surnommée « maman Luc », ayant élevé 84 personnes en famille d’accueil, en plus de ses propres enfants et Mélanie Joncas, enseignante à l’origine de la première section de la Croix-Rouge à Matane lors de la Première Guerre mondiale.

Matane centre-ville

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La Ville de Matane a reçu le « mérite en toponymie 2019 » lors du Gala des Mérites du français qui s’est tenu le 4 novembre à Montréal.

Ces deux dernières femmes ont été nommées par la Commission de toponymie du Québec pour saluer les efforts déployés par la Ville afin de faire ressortir le rôle des femmes dans l’évolution de Matane, qui a poursuivi ce travail depuis, en rendant hommage à Denise Bouffard, enseignante à l’école de Petit-Matane pendant 35 ans, bénévole engagée de la paroisse Saint-Victor, Elspeth Russell, dont un parc, en plus de l’aéroport, porte aussi le nom près du camping de la rivière Matane, ou encore Marie Marsolet, épouse du premier seigneur de Matane, Mathieu D’Amours.

« Tous les membres actuels et passés du comité de toponymie de la Ville de Matane, ainsi que les membres des conseils municipaux précédents, ont participé à ce processus avec rigueur, curiosité et diligence. Je les remercie pour cet héritage historique important légué aux générations futures de Matanais et de Matanaises », a réagi le maire Jérôme Landry. À noter que le comité matanais se compose de citoyens, de membres du conseil municipal et d’un représentant du Service de l’urbanisme. Lors de la dernière séance publique du 4 novembre, les élus ont d’ailleurs remercié André Lavoie pour son travail au sein du comité, qui a décidé de laisser la place au suivant après une quinzaine d’années d’implication dans ce travail de dénomination des lieux.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média