Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 octobre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Le pavage de l’avenue Saint-Rédempteur de Matane pourrait débuter fin octobre

Réfection de l'avenue Saint-Rédempteur à Matane

Travaux avenue Saint-Rédempteur Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les travaux de l’avenue Saint-Rédempteur sont réalisés dans le secteur de la polyvalente, du cégep et du futur complexe aquatique, pour l’arrivée duquel, notamment, une mise à niveau générale des aqueducs était nécessaire.

Considérée, avec la mise aux normes de l’hôtel de ville, comme l’un des chantiers majeurs de l’année 2019 à Matane, la réfection de l’avenue Saint-Rédempteur a été envisagée par les élus comme un dossier incontournable en prévision du projet de complexe aquatique attendu dans le secteur du cégep pour 2021. Selon la Ville, des travaux de pavage pourraient débuter sur place à la fin du mois d’octobre.

Dès l’adoption, par le conseil municipal en décembre 2018, des prévisions budgétaires 2019, la réfection de la portion de l’avenue Saint-Rédempteur située entre le cégep et le boulevard du Père-Lamarche apparaissait comme l’un des principaux chantiers de l’année, concernant notamment la mise à niveau générale du réseau d’aqueducs et d’égouts, à cause de leur ancienneté mais aussi d’enjeux de pression considérés comme majeurs dans ce secteur abritant la polyvalente, le cégep et ses résidences et qui accueillera sous peu le futur complexe aquatique. « On le voit que ça a beaucoup d’impacts mais tant qu’à faire des travaux majeurs, autant investir dans cette portion-là pour les 50 prochaines années », avait expliqué le maire de Matane l’été dernier, en rappelant que la baisse des taux d’intérêt favorisait par ailleurs ce genre d’investissements.

Le 19 août, les élus avaient adopté une modification du règlement d’emprunt lié à ces travaux afin d’augmenter la dépense pour un montant additionnel de 999 500 $. « Il faut comprendre qu’il ne s’agit pas d’extras en cours de chantier. Le règlement d’emprunt avait été fait sur une estimation de présoumission mais les plans et devis ont continué à évoluer entre-temps », avait expliqué à cette occasion le directeur général de Matane, Nicolas Leclerc, en estimant que le coût des travaux, en partie subventionnés, pourrait avoisiner un total de 5,7 M$. Rappelons que le recours au dynamitage dans le secteur s’était avéré nécessaire durant trois semaines l’été dernier en raison de la dureté du roc lors des travaux d’excavation.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média