Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 octobre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

L’avenir de l’ex-usine Canadelle de Matane sur la glace le temps des élections

Projets de développement à Matane

Usine Canadelle Matane Jérôme Landry

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L’avenir de l’ex-usine Canadelle sera mis sur la glace le temps des élections fédérales, retardant l’annonce de la nouvelle vocation retenue pour ce site intéressant par ailleurs des organismes culturels de la région.

Alors que la Ville de Matane attend toujours le dépôt du rapport d’un évaluateur agréé pour négocier l’acquisition de l’ancienne usine Canadelle, le retour sur le devant de la scène, à l’occasion des élections du 21 octobre, du dossier des emplois fédéraux dans la région, a engendré de nouvelles interrogations sur la vocation de ce bâtiment, construit en 1967 selon le rôle d’évaluation foncière.

Ancienne usine de textile ayant employé jusqu’à 250 personnes, l’édifice Canadelle, situé sur un terrain de 14 000 m2 (150 700 p2) localisé sur l’avenue Saint-Jérôme, ne devrait pas connaître les détails de sa nouvelle vocation avant la fin de l’année. Bien que le député sortant Rémi Massé se soit engagé, en cas de réélection, à défendre la construction d’un nouveau bâtiment fédéral au cours des prochaines années, s’inscrivant sur les traces de son prédécesseur libéral à Ottawa de 1968 à 1984, Pierre de Bané, à l’origine de l’édifice René-Tremblay, le candidat a indiqué que le lieu de cette nouvelle construction restait encore à déterminer. Il a ajouté qu’aucun engagement n’avait été pris par le gouvernement fédéral pour souligner un intérêt particulier envers les terrains de l’ex-usine. Le rapport du ministère des Services publics et de l’Approvisionnement sur l’avenir des emplois fédéraux à Matane, devant statuer sur l’option retenue entre un agrandissement sur place, des rénovations majeures dans l’édifice actuel ou le développement d’une nouvelle construction, n’a toujours pas été publié.

Ex-usine Canadelle Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L'ancienne usine Canadelle de Matane a été construite en 1967 selon le rôle d'évaluation foncière de la Ville.

La Ville en attente d’une réponse          

Devant cette incertitude, le maire de Matane a indiqué que le dossier était sur la glace le temps des élections. Étant donné l’engagement de la candidate bloquiste Kristina Michaud de développer aussi les emplois fédéraux sur place, Jérôme Landry ne veut pas risquer de passer à côté de perspectives économiques intéressantes. « Nous n’avons toujours pas reçu de réponse du ministère concernant leur intérêt ou non pour le site. Nous, on aimerait qu’il se passe quelque chose là-bas, et rapidement si possible. On a hâte que la campagne électorale soit terminée pour pouvoir relancer le dossier. On ne veut pas nuire à un projet qui pourrait attirer une centaine de nouveaux emplois alors on préfère laisser le temps que les choses se placent après la campagne avant de prendre une décision au sujet de Canadelle », a-t-il mentionné, en rappelant que le site était jugé intéressant par la Ville pour la relocalisation d’emplois fédéraux.

Édifice René-Tremblay Matane Travaux publics et Services gouvernementaux Canada emplois fédéraux

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La fin de durée de vie utile prochaine et la saturation de l'édifice René-Tremblay pour l'accueil des fonctionnaires fédéraux devrait entraîner la relocalisation de ces derniers au cours des prochaines années.

Plusieurs vocations possibles          

Dans un contexte où l’édifice René-Tremblay, construit il y a 40 ans, arrivera sous peu à la fin de sa durée de vie utile, et dans la mesure où la création de 120 nouveaux emplois sur place durant le mandat de Rémi Massé a engendré une saturation du bâtiment, où se retrouvent près de 400 travailleurs, la relocalisation de fonctionnaires fédéraux est une avenue priorisée par la Ville. Néanmoins, d’autres acteurs du milieu matanais, issus du domaine des arts et de la culture, commencent à s’impatienter. La demande d’une salle de spectacle est régulièrement réitérée à l’occasion de vernissages et d’inaugurations diverses ou au lancement du dernier festival PHOS. Le président de ce dernier, Gilles Arteau, avait notamment déclaré à la fin du mois d’août qu’il aimerait voir l’ancienne usine Canadelle tomber dans le giron du domaine culturel. « On devrait acquérir le site et construire un nouveau bâtiment qui réponde aux besoins concertés de plusieurs organismes de Matane, en partenariat avec la Ville », avait-il proposé. Rappelons que l’usine avait de nouveau accueilli le quartier général de PHOS cette année.

Festival PHOS 2018 Matane 6e édition

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L'ex-usine Canadelle a de nouveau servi de quartier général à l'événement PHOS cette année.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média