Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 septembre 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Eau potable à La Martre dès 2022: est-ce que cette fois-ci sera la bonne?

INFRASTRUCTURES

Yves Sohier

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le maire Yves Sohier a expliqué l'ensemble des étapes et des coûts liés au projet d'eau potable dans sa municipalité.

Après pratiquement 20 ans d'attente, cinq conseils municipaux et plus de 500 000 $ d'engagés dans le projet d'eau potable, la municipalité de La Martre croit que cette fois-ci sera enfin la bonne et que les citoyens auront droit à de l'eau propre à la consommation dès 2022.

C'est du moins le souhait du maire Yves Sohier qui a tenu, en compagnie de ses conseillères, une séance d'informations sur les tenants et aboutissants du projet d'eau potable. Selon le principal intéressé, les devoirs ont été faits et la municipalité serait maintenant prête à aller en appel d'offres pour les plans et devis. « C'est un processus qui devrait durer environ un an à partir du moment où les enveloppes sont ouvertes jusqu'à la première pelletée de terre. Par la suite, on estime que les travaux sur le terrain dureront une autre année pour se conclure en 2022 », explique le maire.

Lors de l'exposé du projet aux quelques dizaines de citoyens présents à la salle du conseil de La Martre, on a expliqué que les éléments clés avaient été réglés à commencer par l'identification de sources d'eau potable à débit suffisamment élevé pour répondre aux normes gouvernementales. « 82 unités incluant le camping et le magasin général seront branchés au nouveau réseau d'eau potable. Les seules qui ne feront pas partie du projet en raison de leur situation géographique et les coûts reliés à leur branchement sont cinq habitations au sommet de la rue des Écoliers ainsi que celles situées sur le rang de Pince-Farine », poursuit Yves Sohier.

Yves Sohier

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Une trentaine de citoyens étaient présents pour écouter la présentation du maire Sohier concernant le dossier de l'eau potable.

Un taxe d'eau onéreuse

Puisque tout vient à un coût, ce projet de 7 millions de dollars dont 95 % sera assumé par le gouvernement provincial aura des répercussions sur la facture de taxes des citoyens. Or, jusqu'à maintenant, les Martriens s'en étaient sortis avec une facture de 50 $ par année. Celle-ci bondira à 693 $ par habitant pour les résidences branchées au nouveau réseau et de 71 $ pour les citoyens de Cap-au-Renard ainsi que les habitations exclues du projet. On a opté pour un scénario où la part municipale serait remboursée sur une période de 20 ans.

Le maire Sohier croit toutefois qu'une bonne partie de cette facture salée pourra être absorbée par une baisse substantielle des primes d'assurance-habitation puisque l'installation de bornes fontaines sont prévues au projet. « Dans certains cas, on estime qu'il en coûtera de 200 à 300 $ de moins pour l'assurance-habitation. Si l'on soustrait l'eau embouteillée que plusieurs citoyens achetaient, on pourrait arriver kif-kif. »

Par ailleurs, la facture aurait pu être encore plus épicée puisque les estimations initiales de la firme d'ingénierie Tetra Tech pour l'entretien du réseau s'élevait à 64 000 $ par année. « Nous avons plutôt décider de confier l'administration du réseau à notre directrice et l'entretien à l'employé municipal, ce qui nous permettra de sauver 50 % des coûts », précise Yves Sohier.

De plus, les travaux de branchement coïncideront avec la refonte d'une partie de la route 132, soit la partie sinueuse située tout juste avant le pont qui devrait lui aussi être refait en même temps. La municipalité explique également que près de 70 % du réseau routier du village sera entièrement asphalté à neuf.

Si les citoyens ont applaudi la présentation du maire Sohier, certains demeurent sceptiques quant à la réalisation du projet, estimant que des promesses ont déjà été faites en ce sens dans le passé. D'autres craignent l'augmentation du compte de taxes et ne sont pas convaincus que les primes d'assurance baissent autant que le prétend le maire. Ce dernier est toutefois catégorique. « Nous avons fait plusieurs simulations et nos calculs abondent tous dans le même sens. Je m'engage personnellement à aider les citoyens qui auront de la difficulté avec leurs polices d'assurances. Nous avons fait nos devoirs tels que demandés. Cette fois-ci, c'est vraiment la bonne. C'est une obligation de s'y conformer et je m'en suis fait un défi personnel de régler ce dossier une fois pour toutes », a -t-il conclu.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média