Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 septembre 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Les évacuations médicales en hausse à l’aéroport de Matane, officiellement baptisé Russell-Burnett

Aéroport Russell-Burnett de Matane

Aéroport de Matane

©Gracieuseté Eddy Métivier

En date du 10 septembre 2019, l’aéroport de Matane, officiellement baptisé « Russell-Burnett », avait déjà comptabilisé 74 évacuations médicales, contre 55 pour l’ensemble de l’année 2018.

Quatre ans après avoir vu son nom figurer dans un rapport sur la viabilité d’infrastructures matanaises suggérant sa fermeture complète, l’aéroport de Matane, qui a officiellement reçu son nom d’« aéroport Russell-Burnett » le 14 juin par la Commission de toponymie du Québec, connaît de nouveau une hausse de son transport médical, avec un nombre total, en date du 10 septembre, de 74 patients évacués ou rapatriés, contre 55 en 2018.

C’est ce volet médical qui avait permis à la Ville de Matane de recevoir, à la suite d’une annonce de François Legault le 17 décembre dernier, la confirmation d’investissements de 5 066 550 $ du gouvernement du Québec, dans le cadre du Programme d’aide québécois pour les infrastructures aéroportuaires régionales, soit le soutien de 75 % d’un projet de réfection du site pour lequel les élus avaient annoncé, le 21 janvier, un emprunt de 7,5 M$. Par ailleurs, avec 1 300 mouvements dénombrés sur le site jusqu’à aujourd’hui, l’aéroport accueille un nombre d’atterrissages et de décollages équivalent à celui constaté en 2017 et 2018, cinq fois supérieur aux 313 mouvements répertoriés en 2015.

Force est de constater que, depuis le retour de l’avion-ambulance en 2017, après cinq ans d’absence, l’aéroport de Matane a joué un rôle crucial dans les évacuations médicales, dont 47 avaient été comptabilisées en 2017, un chiffre en constante augmentation depuis. « Même si aucun d’entre nous ne souhaite voir une augmentation du nombre des évacuations, tant qu’à devoir gérer davantage de situations d’urgences médicales, autant avoir, grâce à l’aéroport, un atout supplémentaire permettant à la fois de mieux assurer la survie du patient et d’éviter une découverture médicale avec le transport en ambulance en-dehors de la Matanie », a déclaré le conseiller Eddy Métivier, ayant pris le dossier en main.

Aéroport de Matane

©Gracieuseté Eddy Métivier

Grâce au volet des évacuations médicales, le projet de réfection de l'aéroport de Matane pourra bénéficier d'un financement de 75% du projet.

Réfection l’été prochain        

Selon l’élu de Matane, la réfection du site pourrait débuter l’été prochain, sans doute à la suite des arrosages de la SOPFIM (Société de protection des forêts contre les insectes et maladies) contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Ce chantier devrait autorier le retour de l’avion-hôpital, permettant de relier Matane à Québec en moins de temps qu’une ambulance ferait le trajet jusqu’à Mont-Joli. Le projet comprend notamment l’installation d’une clôture pour sécuriser les atterrissages de nuit en limitant les impacts avec la faune sauvage, des travaux de drainage suivis de la réfection de la piste, la construction d’une nouvelle aérogare ou encore l’aménagement d’une station d’observation météorologique automatisée.

« Jusqu’à présent, avec l’approche analogique actuelle, les pilotes ne peuvent pas atterrir lorsque le plafond nuageux est plus bas que 1 000 pieds d’altitude (300 mètres). Une approche plus moderne par GPS permettrait de descendre ce plafond à environ 300 pieds (90 mètres) de manière sécuritaire, un atout pour l’évacuation des patients dans certaines conditions météorologiques plus difficiles », a expliqué Eddy Métivier, qui s’est réjoui de constater par ailleurs que l’ajout de réservoirs d’essence à l’aéroport, pour les moteurs à pistons et à turbine, avait attiré cette année plusieurs visiteurs venus faire le plein.

Aéroport de Matane

©Gracieuseté Eddy Métivier

L'installation de réservoirs sur le site de l'aéroport a permis d'attirer des nouveaux visiteurs intéressés à faire le plein d'essence.

Un nouveau nom officiel         

Le 14 juin 2019, la Commission de toponymie du Québec officialisait le nouveau nom du site à Matane, baptisé dorénavant « aéroport Russell-Burnett », un nom soumis l’hiver dernier par les élus pour rendre hommage à ce couple emblématique de l’aviation matanaise.

Les chemins d'Elspeth Russell (1922-1974) et de Gerard Burnett (1920-2015) se sont croisés en Angleterre durant la Seconde guerre mondiale, où la première, intronisée en 2002 au Panthéon de l’Air et de l’Espace du Québec, s’est distinguée en étant la seule Québécoise à avoir piloté des avions pour l’ATA britannique (Air Transport Auxiliary), chargé du convoyage des avions de combat de leurs usines jusqu’au front.

Le couple s’est notamment distingué dans la région à travers la compagnie de transport Matane Air Services (1947-1965), qui aurait véhiculé près de 250 000 passagers entre les deux rives du fleuve et contribué notamment à l’envoi de travailleurs sur la Côte-Nord, dans le contexte des grands chantiers d’infrastructures hydroélectriques, le domaine des mines et la foresterie.

Selon M. Métivier, avec ses vols d’évacuations médicales, son aviation d’affaires et l’aérotourisme privé, l’aéroport Russell-Burnett, dans le réseau des aéroports régionaux, offrira ainsi, une fois sa réfection achevée, une complémentarité intéressante avec celui de Mont-Joli.

Aéroport de Matane

©Gracieuseté Eddy Métivier

Selon le conseiller Eddy Métivier, près de 1 300 mouvements ont été répertoriés à ce jour à l'aéroport de Matane, soit près de cinq fois plus qu'en 2015.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média