Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

28 août 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une Matanaise acharnée déploie ses ailes contre la sclérose en plaques lors d’un défi-bénéfice

Ascension-bénéfice du mont Ernest-Laforce pour sensibiliser à la sclérose en plaques

Sara Leclerc défi ascension-bénéfice parc national de la Gaspésie

©Gracieuseté Sébastien Thibault et Rosalie Simard

Le défi que Sara Leclerc relèvera samedi prochain dans les Chic-Chocs a inspiré cette création à l’illustrateur matanais Sébastien Thibault.

À croire qu’il a été nommé spécifiquement pour elle, le mont Ernest-Laforce, dans le parc national de la Gaspésie, s’apprête à accueillir, samedi prochain, le défi d’envergure relevé par une Matanaise de 38 ans, Sara Leclerc. En gravissant les 4,5 km de ce sentier, malgré la sclérose en plaques qui la ronge depuis 10 ans, cette mère de famille a voulu prouver qu’une maladie nerveuse incurable et son lot de symptômes handicapants, dont une claudication tenace de la jambe droite, étaient bien dérisoires face à la volonté humaine et au désir d’accomplissement.

Difficultés motrices, affaiblissements extrêmes, cycliques et imprévisibles, problèmes de vision, d’équilibre et de coordination, engourdissements, douleurs neuropathiques, troubles de l’humeur et tremblements : ce ne sont pas tous ces symptômes, parmi d’autres, surgissant de manière sournoise et inattendue, qui sont venus anéantir la passion fanatique de la jeune femme pour la montagne et les activités de plein air. Si l’enseignante a dû mettre un terme à sa carrière à 35 ans, en raison de l’instabilité de son état de santé, elle n’en a pas moins perdu espoir et, grâce à son amour pour l’écriture et la photographie, qu’elle pratique avec ferveur pour canaliser ses émotions, grâce à une persévérance et une soif indéfectible de stopper la sclérose en plaques, elle s’est lancé le défi de cette ascension-bénéfice qui devrait débuter vers 11 h le 31 août et à laquelle déjà 70 participants prévoient de l’accompagner. « Dans la maladie, il reste toujours un tiroir de bonheur à ouvrir. Ça ne donne rien de se plonger la tête dans le sable », a-t-elle déclaré, en remerciant les nombreuses personnes qui ont soutenu la cause.

Sara Leclerc sclérose en plaques Matane défi ascension Chic-Chocs maladie

©Gracieuseté

La vente de 450 calendriers a déjà permis à la jeune femme de récolter près de 6 000 $ pour la cause.

Un objectif déjà dépassé        

Habituée à vivre au jour le jour, devant jongler avec le caractère inopiné des crises lié à sa forme particulière de sclérose en plaques, qui l’oblige à s’accomplir différemment, profitant au maximum de ses instants de répit, Sara ne peut prévoir le déroulement de la marche, qui dépendra beaucoup de son état physique au matin du défi. Elle peut néanmoins se réjouir d’avoir d’ores et déjà récolté près de 12 000 $, dont la moitié grâce à la vente de 450 calendriers 2019, embellis de photos personnelles et de pensées tirées de ses journaux intimes et carnets de poésies, un succès qui l’a poussée à multiplier par trois l’objectif initial de 5 000 $ de sa campagne de financement, dont la fin est prévue en novembre.

Désireuse de pouvoir soutenir avec cette somme la recherche médicale et le développement de services au sein du groupe d’entraide de Matane, où elle est impliquée notamment aux côtés de Marie-Josée Harrisson, Sara Leclerc a voulu poser sa pierre à l’édifice de la lutte contre cette maladie dégénérative à l’origine inconnue, sans remède, mais bénéficiant d’une quinzaine de traitements, dans un contexte où elle connaît l’un des taux les plus élevés au monde au Canada, touchant près d’une personne sur 385. Très admirative des 1 600 km de marche effectués cette année par le Valdorien Steve Jobidon pour sensibiliser la population à la cause, elle entend prouver, avec le soutien résolu de ses proches, carburant surpuissant, que la passion reste une époustouflante et intarissable source de vitalité humaine.

Rosalie Simard Jimmy Simard Sara Leclerc

©Gracieuseté Frédéric Paquet

Sara Leclerc, aux côtés de sa fille de 12 ans Rosalie et de son conjoint Jimmy Simard, avec qui elle célèbre ses vingt ans de vie commune.

Pour connaître tous les détails de l’ascension-bénéfice, il est possible de se rendre sur la page Facebook « Mon défi pour stopper la SP : au sommet du parc de la GaSPésie ! ». Quant aux œuvres de Sara, textes et images, on peut les découvrir sur la page « Ma plume et mon regard – Sara Photographie ». Plus d’informations sur le groupe d’entraide de Matane en appelant au 418 562-2236.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média