Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

15 août 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Des acheteurs potentiels pour Orbite

Orbite

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Des acheteurs potentiels ont visité les installations d'Orbite à Cap-Chat.

Après l'ouverture des soumissions le 9 août dernier à la suite du déclenchement du processus de vente d'Orbite par la firme Pricewaterhouse Coopers, l'entreprise confirme que quatre entités ont visité l'usine.

C'est ce qu'Orbite affirme dans sa plus récente mise à jour corporative. L'identité des parties intéressées demeure confidentielle pour le moment mais Orbite confirme que quelques offres seraient plus sérieuses que d'autres. « Le Contrôleur, de concert avec Orbite, a procédé à l’ouverture des soumissions reçues et des demandes de clarification ont été transmises à certains soumissionnaires dans le but de déterminer la meilleure option pour tous les créanciers et autres parties prenantes. »

Par ailleurs, en entrevue à L'Avantage gaspésien la semaine dernière, le ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon, avait dit que le gouvernement étudierait sérieusement la possibilité de poursuivre l'aventure avec Orbite si un investisseur sérieux se pointant le bout du nez. Plus récemment, le ministre a confirmé à Radio-Canada que « trois acheteurs potentiels détenant une expérience opérationnelle » seraient intéressés à reprendre les opérations.

 Les actionnaires toujours inquiets

De leur côté, les actionnaires qui avaient sorti publiquement pour demander un gel du processus de vente ont réitéré leur crainte quant à la suite des choses. « Nous n'avons aucun doute que la firme comptable PricewaterhouseCoopers possède l'expertise pour mener à bien l'évaluation des propositions apportés. Par contre, leur rôle est d’évaluer les propositions soumises et non pas d’apporter des fonds. »

Par ailleurs, les actionnaires croient que le gouvernement du Québec a un rôle de leadership à jouer dans cette saga, considérant les sommes importantes qui y ont été investies. Les actionnaires croient aussi qu'ils sont lésés dans ce processus, considérant qu'il manque des informations sur l'équipement défectueux fourni par Outotec, à savoir combien coûterait une réparation et combien de temps cela prendrait-il.

Les actionnaires demandent donc aux deux paliers de gouvernement de travailler de concert afin d'avancer les fonds nécessaires pour qu'Orbite puisse réaliser une étude d'ingénierie. « Tout ce que nous voulons, c'est savoir si un sauvetage de la société est possible ou non. »

En conclusion, les actionnaires Lorenzo D'Alesio, Pierre Côté et Richard Beaupré estiment que le sauvetage par la vente ne sera jamais un succès pour le gouvernement car l’ensemble des quelques 20 000 actionnaires qui ont appuyé ce projet seront privés d’un éventuel succès alors qu'ils ont permis de développer cette nouvelle technologie.

Commentaires

19 août 2019

j.decarie

Quand un pont s'écroule on ne demande pas au même ingénieur de nous en dessiner un nouveau. Qui a eu la fâcheuse idée de laisser Autotec faire rebelotte...et avec la même technologie foireuse? Ça me dépasse et va me coûter très cher!

7 septembre 2019

Louis-paul Milot

J'ai investi dans orbite technologie une parti de mes économies, j,avais confiance aux dirigents, aux investisseurs, a tout ce que cette cie nous disaient, a leurs brevets et a l'immense potentiel dont ils croyaient posséder. Le gouvernement investi a profusion dans Stornoway diamond , pourquoi ne pas terminer orbite technologie, avec des ingénieurs compétents...........SVP.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média