Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

13 août 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le ministre de l'Économie du Québec interpellé sur le dossier Orbite

ORBITE

Pierre Fitzgibbon

©Photo Renée-Claude Doucet

Le ministre Fitzgibbon croit que le processus de vente actuel doit suivre son cours.

Devant une possible vente de feu des actifs de l'entreprise Orbite de Cap-Chat, certains actionnaires ont demandé aux différents paliers gouvernementaux de ralentir le processus en vigueur. Réponse du ministre de l'Économie, Pierre Fitzgibbon.

Après avoir été sous La Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies pendant deux ans, Orbite annonçait en juin dernier qu'elle mettait fin à ses opérations, faute de liquidités. L'entreprise expliquait aussi avoir été incapable de faire fonctionner son calcinateur à un niveau de performance acceptable, et ce, malgré les efforts conjoints du fournisseur Outotec et d'elle-même. Or, le processus de vente des actifs d'Orbite a été confié à la firme Pricewaterhouse Coopers dont la date limite pour le dépôt de soumissions était le vendredi 9 août dernier.

Toutefois, le ministre de l'Économie n'entend pas s'immiscer dans le processus de vente, estimant que Pricewaterhouse possède toute l'expertise nécessaire pour prendre les décisions appropriées. « Ce sont des gens qualifiés qui sauront bien analyser les offres et faire les choix logiques. Pricewaterhouse est sérieuse dans ses démarches et il reste encore du temps. Malgré la date butoir, il y a encore moyen d'avoir une solution négociée », ajoute Pierre Fitzgibbon, qui croit qu'il y a toujours lieu pour des gens sérieux de faire valoir leur intérêt envers Orbite.

Quant à la crainte des actionnaires de voir un projet développé au Québec passer à des intérêts étrangers, Pierre Fitzgibbon apporte certaines nuances. « Dans l'éventualité où l'entreprise disparaitrait s'il n'y avait pas de repreneurs, je crois qu'un acquéreur étranger serait un moindre mal si celui-ci possède l'expertise nécessaire pour mener les opérations d'Orbite à bon port. »

Finalement, du côté d'Orbite, on dit être en attente du résultat de l'analyse de Pricewaterhouse Coopers. La compagnie s'attend à recevoir des nouvelles au cours des prochains jours. D'ici là, les actionnaires poursuivent leurs démarches auprès des différents paliers de gouvernement afin d'inciter une intervention qui freinerait le processus de vente actuel.

Commentaires

13 août 2019

Serge Landry

Je constate que notre ministre de l’économie en a rien a foutre des petits actionnaires et de l’argent investi par Notre Gouvernement. Si on était des parvenus,on serait sûrement plus écouté et entendu. Et c’est le ministre de l’économie qui trouve que c’est pas une mauvaise idée que ça soit acheté par des étrangers. On a pas le bon ministre. On est pas ses amis.

13 août 2019

andré boulet

Vivre avec de l'espérance et d'espoir souhaitons-nous quelque chose se passe bien de notre coté.

13 août 2019

André Boulet

Vivre d'espoir et d'espérance espérons qu'il y aura des personnes dans le gouvernement qui pourraient nous aider.

15 août 2019

Guenther Quellmalz

Our minister clearly does not care and does not understand anything about the function of PW. The mandate of PW is not to save Orbite but to liquidate it’s assets if the company has decided that the mechanics do not work. PW are no engineers they are accountants .tax payers have invested in Orbite heavily and this is the part where the minister should concentrate on saving tax payers money. This minister is clueless as any secretaries of Donald trump and he would fit nicely into that crowd but certainly not as a minister of our government,. His statement should be reason to fire him for cross incompetence.

15 août 2019

Réjean Landry

a lire la réponse faite a MR.Lorenzo D'Alesio sur ORBITE TECHNOLOGIES je trouve MR.Pierre Fitzgibbon un personnage suffisant du haut de sa stature politique qui se sent bien parvenue. Quel bel homme. Que fait-il de la Gaspésie et de ses citoyens qui on bien besoin d'un tel projet qui non seulement serait bon pour eux mais aussi pour tout le Québec et le monde . Se projet est a l'avant garde dans le monde en se qui concerne l'alumine ( aluminium), et pour une foi le Québec pourrait en être le leader. je trouve votre résonnement bien pauvre MONSIEUR et pas a sa place.

16 août 2019

Réjean Landry

cette entreprise doit rester Québécoise en tout point sait d'une logique absolu MR. Fitzgibbon,

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média