Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 juillet 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Urgence climatique : ils demandent à Matane de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace

Changements climatiques

Urgence climatique Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Emmy Bélanger (debout au centre), venant d’achever son secondaire 5 à Matane, était la plus jeune membre de la délégation citoyenne venue interpeller les élus sur l’urgence climatique le 17 juin.

Sept mois se sont écoulés depuis l’adoption, par la Ville de Matane, le 19 novembre, de la déclaration citoyenne universelle d’urgence climatique et des Matanaises et Matanais de tous âges se sont réunis en grand nombre, le 17 juin, pour prier la Municipalité d’assumer le leadership local de ce combat dont l’objectif, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), serait de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C.

« On était fiers que la Ville de Matane adopte cette déclaration mais il y a un mot que vous semblez avoir oublié, c’est "urgence". Les moyens à déployer doivent être à la hauteur de la situation. Actuellement, ce n’est pas le cas. Nous voulons de l’audace. Nous voulons de l’ambition. Nous voulons des gens proactifs et des gestes importants. Aidez-nous à être fiers de vous ! », a lancé Diane D’Astous, membre du comité citoyen venu remplir la salle civique de l’édifice Marie-Guyart lors de la dernière séance publique du conseil municipal.

Constituée de membres de tous âges, y compris du cégep et de la polyvalente, cette délégation, venue en trop grand nombre pour pouvoir tenir intégralement dans la salle, a voulu rappeler à Matane que dans la lutte contre le réchauffement climatique, tous les échelons de la vie citoyenne avaient leur rôle à jouer, que de plus petites villes pouvaient aussi montrer l’exemple et permettre au Canada de rendre honneur à sa signature de l’accord de Paris, en 2016, dont l’un des objectifs serait d’atteindre la neutralité carbone, autrement dit de diminuer les émissions de gaz à effets de serre pour qu’elles atteignent un niveau compensé par les forêts, les océans, les tourbières ou autres puits de carbone naturels et artificiels.

Matane centre-ville

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les militants écologistes de Matane rappellent que la lutte contre les changements climatiques est un combat qui se joue à toutes les échelles et que la Municipalité a aussi un rôle de leadership à jouer.

Des mesures phares défendues par les citoyens    

Tout en soulignant l’attractivité dont les villes écologiques peuvent aujourd’hui bénéficier auprès des nouveaux arrivants, les citoyens venus défendre leur position devant les conseillers ont rappelé qu’avec une douzaine de maisons déjà détruites à Matane-sur-Mer, la ville était aussi touchée à son échelle par les changements climatiques. Ils ont énuméré plusieurs mesures dont la mise en place devrait revenir, selon eux, aux pouvoirs publics, dont les élus municipaux, et ont pris pour exemple l’interdiction de fumer dans les lieux publics pour illustrer à quel point une mesure à l’origine impopulaire avait fini par entrer dans les mœurs.

Parmi les projets mis en avant auprès des élus, on trouve entre autres l’interdiction des sacs plastique dans toutes les épiceries de la ville, la lutte contre les plastiques à usage unique, l’évaluation puis la diminution de l’empreinte carbone de Matane, suivant l’exemple de Sainte-Flavie, soucieuse en la matière d’atteindre la neutralité d’ici à 2022, le bannissement symbolique de l’exploitation des hydrocarbures sur le territoire de la municipalité, la diminution de la pollution lumineuse, la plantation d’arbres, l’accélération de la mise en place des bacs bruns ou encore l’encouragement à l’emploi de bouteilles réutilisables avec davantage d’abreuvoirs pour que la population puisse remplir ses gourdes.

Dépotoir clandestin Petit-Matane déchets pollution

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La lutte contre les dépotoirs clandestins fait partie des dossiers discutés à l'UMQ sous l'impulsion de la Ville de Matane.

Le Fonds vert, levier de la Ville de Matane    

Développé en 2015 et ouvert à différents projets de la population, le Fonds vert, constitué pour financer des initiatives environnementales, reçoit près de 35 000 $ par année, issus des éoliennes installées sur le territoire de la ville ou encore du lieu d’enfouissement technique et de la compensation monétaire qui s’y rattache.

Mairesse suppléante lors de la séance du conseil, Annie Veillette a rappelé certaines actions déjà menées par la Ville grâce à ce fonds comme la confection de filets à provisions lavables pour les fruits et légumes, qui seront distribués cet été, l’achat de nouveaux véhicules électriques, le projet de développement des pistes cyclables ou encore la lutte contre les objets promotionnels éphémères polluants à travers la sensibilisation des promoteurs de tournois, festivals et activités populaires à la distribution d’objets durables.

Steve Girard, représentant de la Ville à l’Union des municipalités du Québec pour les questions environnementales, a déclaré avoir porté aussi des discussions au sein de l’organisme sur le suivi des voitures usagées abandonnées dans les fonds de cours ou encore la lutte contre les dépotoirs clandestins. Il a invité la population à soumettre d’autres projets au Fonds vert. Par ailleurs, le mercredi 10 juillet, à 18 h 30, la Ville organisera à la bibliothèque une conférence ouverte à tous sur l’empreinte écologique, avec une liste de conseils à mettre en pratique au quotidien pour la diminuer.

Déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La Ville de Matane avait adopté la déclaration citoyenne universelle d'urgence climatique le 19 novembre.

Commentaires

10 juillet 2019

Maryse Desrosiers

De beaux gestes envisagés mais rien de vraiment sérieux contre les gaz à effets de serre. Faudra agir au niveau du SURCHAUFFAGE AU BOIS trop présent en Matane.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média