Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 juin 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Le Félix-Antoine-Savard à quai plus d’une fois sur deux : la population découragée par la traverse

Traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau

Félix-Antoine-Savard traversier STQ Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Depuis son arrivée à Matane le 1er juin, le Félix-Antoine-Savard s’est trouvé plus souvent immobilisé qu’en déplacement.

Au vu du nombre de traversées annulées depuis l’entrée en fonction, le 1er juin, du Félix-Antoine-Savard à la traverse Matane–Côte-Nord, soit 28 immobilisations sur 48 voyages initialement prévus, l’autoroute fluviale entre les deux rives semble avoir toujours une bonne dose de plomb dans l’aile, au désavantage de la population, qui n’hésite pas à manifester sur les réseaux sociaux son sentiment d’exaspération.

Les avis ne sont pas tendres envers la Société des traversiers du Québec. Sur les réseaux sociaux, des lecteurs du journal L’Avantage gaspésien ont illustré le manque de confiance inspiré par le nouveau traversier réquisitionné sur place, que les passagers jugent plus adapté aux voyages entre Tadoussac et Baie-Sainte-Catherine, qu’il effectue traditionnellement durant l’été. « Les jours avec le fleuve calme comme de l’huile, on peut les compter, ils sont très rares », « Moi je n’embarquerai par sur ce rafiot », « Le fleuve n’est pas la rivière Saguenay », « On ne croit plus à rien sur le sujet » : les commentaires dénichés résument un état d’esprit partagé sur les deux rives, avec l’arrivée du Félix-Antoine-Savard en remplacement du CTMA Voyageur, et en attendant l’arrivée du Saaremaa au mois de juillet, en cours d’opérationnalisation, le trafic entre Matane et la Côte-Nord devra encore attendre avant de connaître une certaine forme de régularité.

Depuis la mise en fonction du Félix-Antoine-Savard à Matane, en effet, en 12 jours, le navire n’a connu que quatre journées de mise en service, les 1er, 6, 8 et 9 juin, ainsi que deux demi-journées, les 7 et 10 juin. Cloué au quai le reste du temps en raison des conditions météorologiques, le navire, jusqu’à présent, a été plus souvent immobilisé qu’en mouvement. À noter que selon les consignes de Transports Canada, son départ est annulé en cas de vagues de plus d’1m50. De quoi augmenter l’achalandage des autres traverses du Bas-Saint-Laurent, vers lesquelles les automobilistes et les poids lourds ont dû se rabattre. Quant aux piétons, ils ont encore la possibilité de prendre l’avion. Rappelons que le bateau devait initialement effectuer quatre traversées par jour, sept jours sur sept. Construit en 1996 et d’une longueur de 83 mètres, il a une capacité d’accueil de 70 véhicules et 376 passagers.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média