Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 juin 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Près de 250 élèves de la Matanie sensibilisés à la lutte contre l’intimidation

Éducation

École de Sainte-Félicité intimidation spectacle

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les comédiennes Nathalie Jacques et Stéphanie Gosselin sont venues présenter deux spectacles en Matanie sur le thème de l’intimidation, les 10 et 11 juin, dans les écoles primaires de Petit-Matane et Sainte-Félicité.

Dans le cadre de la loi 56, visant à prévenir et combattre l’intimidation et la violence à l’école, deux représentations d’un spectacle pour enfants ont été organisées les 10 et 11 juin dans les écoles de Petit-Matane et Sainte-Félicité. Des élèves de l’école Le Marinier de Les Méchins ont aussi pris part à l’activité, visant à sensibiliser à ces valeurs dès le primaire.

« C’est la plus belle récompense que j’aurais pu espérer ! », s’est émue l’une des deux comédiennes, Nathalie Jacques. En remerciant les élèves pour leur participation avec le don d’un pendentif, elle a assisté, le 11 juin, à une scène de réconciliation entre deux jeunes amies qui se sont prises dans les bras l’une de l’autre, en expliquant que la prestation les avait poussées à oublier leurs tensions. Avec sa comparse Stéphanie Gosselin, toutes les deux évoluant dans le monde de la petite enfance, elle est venue présenter le spectacle « C’est non ! », traitant de l’intimidation. Les deux amies, mamans de 9 enfants au total, ont interprété des personnages pleins d’énergie parvenant à regagner confiance en eux après avoir subi des scènes d’humiliation.

Teintée de danses, de chants, de magie et de compositions burlesques, leur prestation a été pensée en collaboration avec une psychothérapeute en milieu scolaire, inspirée du livre « As-tu rempli un seau aujourd’hui ? » de Carol McCloud. Le récipient, qui sert de réservoir d’énergie et donne des pouvoirs surnaturels à son possesseur, se vide avec des sentiments négatifs comme la peur, l’humiliation, la méchanceté, mais se remplit avec toutes les bonnes actions réunies en un seul mot, « upendo », tiré du swahili, une langue africaine, traduction du mot amour.

Des valeurs pour tous les âges

Présenté à environ 250 élèves de la maternelle à la 6e année en Matanie, le spectacle avait pour objectif l’organisation d’activités de réflexion autour de l’empathie, du respect et de l’entraide auprès des plus jeunes. Invités à donner des exemples de bonnes actions susceptibles de remplir leur seau d’upendo, les élèves ont évoqué des gestes du quotidien comme sourire aux autres, ne pas fermer la porte à la différence, parler aux gens qui sont tristes, ramasser les déchets, être attentif à ses paroles pour ne blesser personne, aider ses parents, faire preuve de générosité, offrir un dessin à ses proches ou encore ne pas oublier de dire je t’aime.

Les deux comédiennes, des Productions Upendo, espèrent planter une graine dès le primaire dans le cœur des enfants pour éviter les gestes d’intimidation au secondaire. Développé depuis trois ans, ce spectacle thématique pourrait être complété l’année prochaine par une performance autour de la cyberdépendance, adaptée au primaire et au secondaire. « On a fait appel à elles pour bénéficier du médium du théâtre afin de mieux sensibiliser les enfants, avec qui nous avons eu aussi de belles discussions sur cette thématique en classe », a précisé Andréane Gauthier, travailleuse sociale à la Commission scolaire des Monts-et-Marées, qui a rappelé que près de 250 élèves des écoles de Les Méchins, Petit-Matane et Sainte-Félicité avaient été touchés par cette activité.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média