Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 juin 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le CISSS-Gaspésie admet que le transport interrégional des patients est problématique

SANTÉ

Hôpital des Monts

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Plusieurs soins spécialisés, notamment en oncologie et en ophtalmologie, ne sont pas dispensés à Sainte-Anne-des-Monts, provoquant ainsi de nombreux déplacements de patients vers Rimouski ou Québec.

Appelé à réagir au cri d'alarme du Centre d'action bénévole des Chic-Chocs en ce qui a trait au manque d'accompagnateurs, le CISSS de la Gaspésie reconnaît qu'il est existe une problématique au niveau du transport interrégional des patients.

Disposant de seulement 28 bénévoles pour accompagner 315 patients, le Centre d'action bénévole avait sonné l'alarme, affirmant être à bout de ressources pour répondre à la demande sans cesse grandissante. Or, par la voix de son directeur des ressources humaines et des communications, Michel Bond, le CISSS-Gaspésie dit prendre acte de la situation. « On comprend leur situation. On collabore avec les centres d'action bénévole puisque ce sont des organismes très importants, notamment pour assurer des déplacements pour les patients. Ça demande de la disponibilité et on reconnaît qu'il existe un besoin au niveau des transports. »

Si le Centre d'action bénévole se donne l'obligation morale de venir en aide aux personnes plus vulnérables en organisant des transports pour ceux qui ne voient pas aucune alternative, le CISSS-Gaspésie affirme ramer dans la même direction. « On souhaite que les gens soient en mesure de se déplacer par leurs propres moyens et qu'ils puissent bénéficier du programme de remboursement de frais de déplacement; sinon, d'avoir accès à des services de transport en commun qui répondent à leurs besoins. Mais lorsqu'une personne se retrouve dans une situation défavorable où le CISSS n'est pas responsable du transport, il est clair que nous allons tout de même rechercher des solutions exceptionnelles pour des cas exceptionnels », précise Michel Bond.

Première rencontre prometteuse

À la demande du préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, une première rencontre s'est tenue entre la présidente directrice générale du CISSS, Chantal Duguay, le Centre d'action bénévole et lui-même. « C'était très positif comme rencontre. Le CISSS reconnaît la hausse des demandes en transport et s'est montré ouvert à réévaluer la situation financière du Centre d'action bénévole », explique l'élu haut-gaspésien qui a senti que le CISSS était ouvert à trouver des solutions.

Geneviève Gagné, directrice au Centre d'action bénévole, a aussi vu cette rencontre positivement. « Il y a une volonté de collaborer avec nous, c'est de bon augure. Il faut que la concertation soit encore plus large pour combler les besoins afin que toutes les demandes ne refoulent pas dans notre organisme. »

Quelles sont ces solutions?

La question a été posée à savoir si le CISSS envisageait avoir son propre transport adapté pour accommoder les gens qui n'auraient pas d'autres alternatives. À cet effet, le CISSS n'envisage pas cette option estimant qu'il existe déjà des transporteurs qui offrent ce type de service.

Quant à l'arrimage des rendez-vous lorsque plusieurs personnes d'un même ménage doivent se rendre à rendez-vous hors MRC, Michel Bond invite les patients à demander à leur intervenant du CISSS de les accompagner dans cette démarche.

Au final, bien que la solution miracle n'a pas été trouvée pour accommoder l'ensemble des patients de la Haute-Gaspésie qui ont des besoins en transport, la réflexion est lancée afin de trouver des alternatives pour aider le Centre d'action bénévole dans sa mission.

 

Commentaires

12 juin 2019

Jean R Bouchard

Pas nouveau les abérations du système de santé en région....et on ne fait rien pour améliorer le système alors vaut mieux s'expatrier pour recevoir les soins adéquats.... Dans mon jeune âge, on disait naître à Montréal et mourir en Gaspésie ;mais de nos jours,il faut se rendre à l'évidence que le contraire est cent fois mieux. Un Annemontois de naissance.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média