Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

06 juin 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Cusimer chez Exploramer: quand la science dit bonjour à la pêche

FORMATION

Cusimer

©Photo Gracieuseté

Les travailleurs de Cuisimer à bord du bateau JV Exploramer.

Une vingtaine de travailleurs de l'usine de transformation de poissons Cusimer de Mont-Louis a suivi une formation de deux jours chez Exploramer dans le but de se familiariser avec le volet scientifique du milieu marin.

Il s'agit d'un événement peu commun puisque l'industrie de la pêche et la science ne font pas toujours bon ménage. La directrice d'Exploramer, Sandra Gauthier, explique que cette formation marque un rare rapprochement entre les deux créneaux. « Souvent, lorsque la science parle, c'est pour imposer des quotas ou des restrictions aux pêcheurs. Il y a donc une méfiance naturelle. Pour ma part, c'est la première fois de ma carrière que je vois un groupe de travailleurs d'usine de transformation de poissons suivre une formation scientifique ici. »

En raison de certaines modalités de formation liées aux prestations d'assurance-emploi pour les travailleurs saisonniers, Cusimer a opté pour une petite incursion dans le monde scientifique. « C'est lors d'une visite de Laurent et Dann Normand (famille fondatrice de Cusimer) au musée que la décision s'est prise. Ce que nous présentons chez Exploramer s'avérait être un complément intéressant au métier que les travailleurs d'usine exercent », ajoute Sandra Gauthier.

Cusimer et Exploramer

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Sandra Gauthier en pleine formation sur le programme Fourchette bleue.

Marc-Antoine Rébula

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le travailleur, Marc-Antoine Rébula.

Ainsi, pendant deux jours, les travailleurs se sont familiarisés avec les espèces mises en valeur par Fourchette bleue. La pêche au verveux a aussi été expliquée aux travailleurs de Cusimer qui ont aussi pu profiter des activités régulières offertes au musée comme la sortie en mer, la visite des aquariums et la cueillette de poissons. Un atelier de formation sur les lois en vigueur leur a aussi été détaillée. « Le but était de faire un rapprochement entre ce qui existe et la réalité de leurs emplois. En quoi l'un affecte l'autre », poursuit la directrice du musée.

Pour l'un des travailleurs, Marc-Antoine Rébula, cette formation lui a permis de voir le milieu marin de façon plus large. « Nous sommes habitués de trancher du poisson alors que là, on a pu les voir vivants, dans leur habitat naturel. Ça nous permet de mieux comprendre ce qui se passe dans le Saint-Laurent et de connaître davantage les produits de la mer. »

Reste à voir si ce rapprochement entre les deux solitudes pavera la voie à une nouvelle compréhension améliorée entre la pêche et la science.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média