Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 juin 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une étudiante du Cégep de Matane reçoit la médaille du Lieutenant-gouverneur pour son implication

Engagement

Mathilde Landry

©Gracieuseté

L’étudiante matanaise Mathilde Lévesque a été nommée par le cégep pour recevoir la médaille du Lieutenant-gouverneur à la fin mai, soulignant son implication d’excellence dans la communauté.

À la veille de profiter d’une année sabbatique en Europe et dans l’ouest canadien, avant d’entamer un cursus universitaire à Ottawa dans le domaine du développement international et de la mondialisation, une étudiante en sciences humaines du Cégep de Matane, Mathilde Lévesque, a reçu la médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse le 26 mai, des mains du lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon.      

Au cours de la cérémonie, qui s’est déroulée à La Pocatière, c’est son engagement bénévole soutenu au niveau social ou communautaire, sa détermination, son dépassement de soi, son attitude inspirante et son rayonnement positif au sein de la communauté qui ont été soulignés. « Mathilde est une jeune femme dynamique et articulée qui démontre une grande disponibilité, une belle ouverture d’esprit et une aptitude à relever de nouveaux défis. Pendant ses études, elle s’est impliquée de manière soutenue au sein de différentes activités en plus d’être une excellente ambassadrice pour son programme d’études, son cégep et la Matanie », a expliqué Brigitte Lavoie, responsable des communications de l’établissement, dans un communiqué.

Une surabondance d’actions engagées    

Le Cégep de Matane a rappelé que Mathilde avait été élue représentante de son programme d’études au sein du conseil de l’association étudiante et qu’elle avait fait partie du comité d’action et de concertation en environnement. À ce titre, elle a soumis de nouvelles idées et accompagné des projets comme la récupération des piles usagées, la remise en fonction de la serre ou encore l’aménagement de bacs de culture dans la cour intérieure de l'établissement. « Elle a contribué à la diminution de l’empreinte écologique de la communauté collégiale », a rappelé le cégep, en mentionnant qu’en tant qu’ambassadrice du programme de sciences humaines, elle avait aussi coanimé des ateliers d’information et partagé son parcours auprès d’élèves du secondaire. Elle s’est impliquée par ailleurs dans le projet de réouverture du comptoir de service au salon étudiant Tank-à-y-Être.

Simulation francophone des Nations Unies étudiants Cégep de Matane

©Gracieuseté SiFNUUL

Mathilde avait participé au mois de mars à la Simulation francophone des Nations-Unies.

« J’aimerais vraiment travailler pour l’ONU, pourquoi pas dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, la défense du droit des femmes, les processus de paix ou l’aide aux pays en développement. » - Mathilde Lévesque

Une jeune femme pleine d’avenir  

« J’ai travaillé vraiment fort toute l’année. J’ai appris à connaître plein de gens. C’est un grand honneur pour moi de recevoir ce prix », s’est-elle réjouie, en précisant que la fin d’année avait été riche en événements, ayant reçu au préalable la bourse « personnalité de l’année » lors du gala des réussites de l’établissement, le 17 avril. À 19 ans, la jeune femme envisage de profiter d’une année sabbatique pour aller pratiquer son anglais pendant cinq semaines en Colombie-Britannique dans le cadre du programme Explore, avant d’embarquer pour un voyage personnel à travers l’Europe, dans le but de découvrir d’autres cultures.

Ce goût pour l’international, elle l’avait déjà illustré en participant à la Simulation francophone des Nations-Unies avec trois autres étudiants du cégep au mois de mars. Réorientée en sciences humaines, où elle a pu développer une vraie passion pour l’histoire et l’économie, la jeune fille avait commencé ses études collégiales en sciences de la nature, après un cursus à la polyvalente de Matane. « J’aimerais vraiment travailler pour l’ONU, pourquoi pas dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique, la défense du droit des femmes, les processus de paix ou l’aide aux pays en développement. J’attends de voir quels sont les cours qui m’intéresseront le plus à l’université », a-t-elle fini par confier, touchée par les félicitations du cégep.

Mathilde Landry Brigitte Chrétien

©Gracieuseté Cégep de Matane

Mathilde Lévesque en compagnie de la directrice des études du Cégep de Matane, Brigitte Chrétien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média