Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

03 juin 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Cinq pompiers et une apprentie ambulancière de Matane montent 65 340 marches au Défi gratte-ciel

Défi gratte-ciel crinqués de la 11 pompiers Matane

©Gracieuseté Olivier Joyal

Marc Lajoie, Pierre-Luc Ouellet, Jimmy Gagnon, Jonathan Fortin, Michel Lapointe et sa fille Maude, cinq pompiers de la caserne 11 de Matane et une apprentie ambulancière, ont pris part au 22e Défi gratte-ciel à Montréal le 1er juin.

Pour une deuxième année consécutive, cinq pompiers de Matane se sont donné l’objectif de se dépasser à l’occasion du Défi gratte-ciel, organisé pour lutter contre la dystrophie musculaire à Montréal. Ces « crinqués » de la caserne 11, accompagnés de la fille de 20 ans de l’un d’entre eux, une apprentie ambulancière, sont parvenus à gravir un total de 65 340 marches à Montréal le 1er juin, à l’occasion de la 22e édition du défi.

Marc Lajoie, Pierre-Luc Ouellet, Jimmy Gagnon, Jonathan Fortin, Michel Lapointe et sa fille Maude ont fièrement représenté la générosité matanaise à Montréal en gravissant respectivement, le 1er juin, 18, 20, 22, 22, 12 et 16 fois les 594 marches correspondant aux 23 étages de la tour Deloitte. Quelques-unes des ascensions ont même été réalisées avec l’ensemble de leur équipement de pompier, pouvant peser jusqu’à 50 livres. Les six participants originaires de Matane avaient choisi de relever le défi extrême consistant à monter le plus de fois possible les marches de la tour, la descente étant effectuée en ascenseur, pour reprendre leur souffle. Contrairement à l’an passé, Michel Lapointe a rejoint ses collègues pour participer cette fois-ci à ce volet spécifique du défi, pour lequel l’équipe matanaise s’entraîne depuis le mois de septembre, à raison de quatre séances par semaine en salle de gym, pour des exercices de musculation et d’endurance.

« Le jour du défi, c’est un grand esprit de fraternité qui règne entre les participants, qui gardent tous un sourire jusqu’aux oreilles malgré leur épuisement. » - Michel Lapointe

« On s’est entraîné fort cette année, et pendant plus de temps, ce qui a paru physiquement au moment du défi. Même dans la vie de tous les jours, ça nous aide à mieux accomplir notre mission. On se sent en meilleure forme », a expliqué Michel Lapointe, en se réjouissant d’avoir trouvé la force de gravir six fois plus de marches que l’an dernier. « C’est avant tout une compétition envers soi-même. Le jour du défi, c’est un grand esprit de fraternité qui règne entre les participants, qui gardent tous un sourire jusqu’aux oreilles malgré leur épuisement », a-t-il poursuivi, fier d’avoir ramassé la somme de 6 039 $ pour financer la recherche contre la dystrophie musculaire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média