Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 mai 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une corvée de ramassage de déchets réserve des surprises à la polyvalente de Matane

Protection de l'environnement

Ramassage déchets polyvalente de Matane

©Gracieuseté Emmy Bélanger

Les élèves de la polyvalente de Matane à l’origine de cette corvée de ramassage de déchets le 24 mai n’en sont pas revenus de la quantité d’objets ramassés en à peine 1 h.

En fin d’après-midi, le vendredi 24 mai, une cinquantaine de militants écologistes se sont donné rendez-vous devant la polyvalente de Matane pour prendre part à une activité de ramassage de déchets pendant une heure, destinée à sensibiliser la population à l’impact de nos gestes quotidiens sur l’environnement. Les élèves de l’établissement qui ont pris part à l’activité ont été surpris par la nature et la quantité des objets dénichés durant cette collecte.

Un vélo, un sac de couchage, des pneus, une chaise, des couches usagées : la vingtaine d’élèves de la polyvalente de Matane à l’origine d’une corvée de ramassage de déchets vendredi dernier n’en est pas revenue de l’originalité des objets trouvés durant l’activité, en plus du lot de plastiques en tout genre auquel ils s’attendaient. En tout, à l’appel d’un comité d’élèves de la polyvalente issus de différents niveaux, 54 personnes, dont des parents, des proches et des étudiants du cégep, se sont réunies devant l’établissement le 24 mai pour prendre part à une collecte d’ordures autour de l’établissement, de l’édifice Marie-Guyart, dans les bois environnants, sur les terrains du cégep, près du IGA, du Walmart et du McDonald’s, le long de l’avenue Saint-Rédempteur ainsi que, pour quelques-uns des participants, dans les environs de leur domicile. « Nous voulions montrer qu’à Matane, il y avait aussi des jeunes qui prenaient très à cœur les enjeux climatiques », a expliqué une élève de secondaire 5, membre du comité organisateur de l’activité, Emmy Bélanger, en précisant que des opérations de sensibilisation auprès des jeunes étaient prévues sur l’heure du dîner à l’agora de la polyvalente.

Ramassage déchets polyvalente de Matane

©Gracieuseté Emmy Bélanger

Une génération sacrifiée ?    

Selon l’élève de la polyvalente, l’incapacité d’avoir eu le temps, en une heure, de ramasser tous les déchets présents dans ces différents lieux en disait long sur la nécessité d’une plus grande prise de conscience de la pollution présente autour de nous. « Les gens devraient faire plus attention à tous les déchets qu’ils produisent. J’ai été surprise de voir la quantité de déchets collectés. Nous avions déjà organisé des activités similaires avec le gouvernement étudiant de la polyvalente mais là on voulait grossir l’activité. C’est une cause qui nous préoccupe beaucoup », a-t-elle poursuivi, en mentionnant que les élèves participants étaient très marqués par l’engagement de l’adolescente suédoise Greta Thunberg, à l’origine de la création du mouvement de grèves étudiantes pour le climat qui a commencé à se généraliser dans plusieurs pays auprès des jeunes le vendredi.

Scandalisée par un manque d’actions des états en matière de lutte contre les changements climatiques, cette militante de 16 ans avait notamment lu un discours retentissant lors de la COP24 au mois de décembre. « Notre civilisation est en train d’être sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner d’énormes montants d’argent. Notre biosphère est sacrifiée pour permettre aux plus riches de vivre dans le luxe. Nous ne pouvons résoudre une crise sans la considérer comme telle. Si des solutions au sein du système sont impossibles à trouver, alors nous devrions peut-être changer le système. Vous êtes à cours d’excuses et nous sommes à cours de temps », avait-elle notamment déclaré devant des responsables internationaux.

Le problème des mégots omniprésents    

Parmi les déchets collectés durant l’activité, Emmy Bélanger a été surtout très découragée par la quantité de mégots, qu’il était impossible de ramasser intégralement en à peine une heure. Selon elle, il s’agissait, de loin, de l’objet rencontré le plus souvent, dont les conséquences désastreuses sur l’environnement ne sont pas aussi connues par la population que le geste de les jeter en pleine nature est devenu banal. L’Organisation mondiale de la santé rappelle à ce sujet que près de 4 500 milliards de mégots seraient jetés chaque année dans le monde et que la culture du tabac serait responsable de 5 % de la déforestation mondiale. Les mégots, qui mettraient 12 ans à se désagréger dans l’environnement, contiennent par ailleurs des matières nocives comme l’arsenic. Un seul mégot par litre d’eau suffirait ainsi à tuer des poissons. Enfin, près de 7 millions de personnes décèderaient chaque année dans le monde à cause du tabagisme, qui coûterait à l’économie mondiale, surtout dans le domaine médical, une estimation de 1 400 milliards de dollars américains.

Commentaires

28 mai 2019

Brigitte Levesque

Je suis une Annemontoise qui vit à Montréal depuis 27 ans. Comme on dit, on quitte la Gaspésie, mais la Gaspésie ne nous quitte pas. Chaque été je vais en vacances dans ma ville natale Ste-Anne-Des-Monts. Chaque été, je suis consternée par le manque de respect de la nature. De voir avec quelle insouciance, inconscience et inintelligence les gens laissent leurs verres de café, leurs bouteilles d'eau, leurs contenants de bière (bouteille/cannette), sacs de plastique et autres détritus partout en bord de route, sur le quai, sur le bord des lacs, rivières, plages. Pourtant, on aurait tendance à croire que dans une région aussi magnifique ses habitants devraient être plus attentionnés. Mais, c'est PIRE. La conscience environnementale «cro- magnonnienne» me fait mal et me fait honte. Quelle belle image de la population gaspésienne envoyons nous aux touristes... De notre degré de civilité, d'humanité, de manque de vision. Arrière pays quoi... Je me fais un devoir d'intervenir quand je vois un comportement inapproprié, et de ramasser ce que d'autres, au manque de vision parce qu'ils ont les yeux rivés sur leur nombril, laissent comme trace de leur passage. Passez le mot et faites de même. Nous sommes le changement plus qu'une loi.

28 mai 2019

Suzanne St-Gelais

Bravo les jeunes! Je ramasse des déchets à chaque promenade dans les sentiers derrière chez moi. L’an passé, j’ai ramassé au moins 15 sacs remplis de déchets de toutes sortes et j’ètais avec ma petite-fille de 4 ans. Elle est très sensibilisée à l’environnement déjà à son âge et ce, grâce à sa famille qui lui en parle ouvertement. Je vais organisée une corvée à la fin des classe pour nettoyer les sentiers derrière le parc entre Fournier et Goyer. J’ai déjâ approcher Waltmart pour savoir s’ils allaient ramasser les déchets dans leur coin et j’ai eu une belle approche du gérant. Il m’a confirmé que ça se ferait au début de juin. Les voisins seront invités à venir pour cette corvée avec leurs enfants et adolescents.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média