Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 mai 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Transport des patients en Haute-Gaspésie: un enjeu de plus en plus criant selon le Centre d'action bénévole

SANTÉ

Geneviève Gagné

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

La directrice générale du Centre d'action bénévole des Chic-Chocs, Geneviève Gagné, explique que les besoins en transport sont en hausse constante.

Le transport a toujours été un enjeu majeur pour les résidents de la Gaspésie, spécialement lorsqu'il est question de soins de santé. Cette situation devient toutefois de plus en plus difficile à gérer.

Le Centre d'action bénévole des Chic-Chocs en sait quelque chose puisque le service d'accompagnement et de transport pour des rendez-vous médicaux repose sur seulement 28 bénévoles pour 315 bénéficiaires, ce qui fait un total de 2 400 voyages par année. « C'est de loin le service qui est le plus en demande chez nous et ça ne va pas en diminuant », explique la directrice du Centre d'action bénévole, Geneviève Gagné.

De plus, 40 % des transports se font à l'extérieur de la Haute-Gaspésie, principalement vers Rimouski ou Québec, ce qui représente plus de 360 000 km de route en moyenne par année. « Nous allouons le 2/3 de notre financement à ce service alors que nous devons soutenir six services », poursuit Geneviève Gagné. Parmi les autres services, mentionnons l'accompagnement aux personnes en fin de vie, l’appui aux proches aidants, les visites d’amitié, le réseau de proximité pour les aînés, la popote roulante et l'aide pour la production des rapports d'impôts.

Bien que le Centre d'action bénévole reçoive une partie de son financement de la part du CISSS-Gaspésie pour effectuer des déplacements à l'intérieur de la MRC, ce qui cadre dans le mandat de l'organisme, il en est tout autre pour les voyages longue distance. « Depuis deux ans, on dénote une importante hausse des demandes de transport vers l'extérieur de la Haute-Gaspésie. Seulement cette année, on parle d'une hausse de 33 % », poursuit Geneviève Gagné.

Bien que ce type de transport longue distance ne soit pas dans le mandat du Centre d'action bénévole des Chic-Chocs, l'organisme l'offre malgré tout par conscience sociale. « Nous le faisons de bon gré parce que les alternatives sont rares. Plusieurs de nos patients nous disent qu'ils ne pourraient tout simplement pas aller à leurs rendez-vous sans nos services », explique Geneviève Gagné qui ajoute qu'une ressource pour coordonner tous ces transports est nécessaire. Elle avoue devoir elle-même mettre du temps de direction pour maintenir ce service.

L'autre problème se situe au niveau de la relève bénévole qui se fait rare. La directrice du CAB explique qu'elle doit respecter leur rythme et qu'elle ne peut pas leur imposer de prendre en charge des cas trop lourds pour lesquels ils ne sont pas équipés, ni physiquement ou émotionnellement. Elle dit craindre perdre des bénévoles si la pression est trop forte. De plus, les bénévoles utilisent leur propre voiture et leur temps. La compensation qui leur est offerte n'égale pas les dépenses encourues par ces derniers. C'est donc dans l'espoir de trouver des solutions que Geneviève Gagné parle ouvertement de cette problématique. « Nous devons travailler ensemble pour équilibrer les choses. Nous ne pouvons plus assumer ça tout seul. »

Le CISSS-Gaspésie interpellé

@R:Mis au fait de la situation, le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, est d'avis qu'une rencontre de travail est devenue urgente entre le CISSS et le Centre d'action bénévole des Chic-Chocs à laquelle il entend participer. « On parle d'une population vieillissante et vulnérable et la situation ne s'améliorera pas. Les chiffres parlent par eux-mêmes. Le nombre de demandes de transport augmentent et le Centre d'action bénévole fait preuve de très grand dévouement. »

Le préfet va plus loin en soulignant que le Centre d'action bénévole remplit une mission fort importante et que le financement devrait être à la hauteur. « Le CISSS est très chanceux de pouvoir compter sur les services du CAB. Chose certaine, on doit se projeter dans l'avenir. Chaque cas devra être analysé de façon rigoureuse de façon à ne pas surtaxer les bénévoles avec des cas lourds. »

Allen Cormier

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Le préfet, Allen Cormier, entend demander une rencontre de travail avec le CISSS-Gaspésie et le Centre d'action bénévole des Chic-Chocs.

Du côté du CISSS-Gaspésie, une demande d'entrevue a été placée il y a maintenant trois jours. La seule réponse obtenue jusqu'à présent concernant cette problématique est un document présentant la politique d'aide financière octroyée pour les transports. Or, cette politique n'aborde pas l'accès à un accompagnateur ou à un moyen de transport. La responsable des communications au CISSS-Gaspésie explique que la situation n'est pas simple et que l'aspect de la confidentialité empêche l'organisation de commenter des cas précis.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média