Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

23 avril 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une quinzaine d’enfants viennent recueillir l’eau de Pâques à Saint-René-de-Matane

Tradition religieuse

Eau de Pâques Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Une quinzaine d’enfants sont venus récolter l’eau de Pâques à Saint-René-de-Matane le 21 avril dans le cadre de la préparation de leur confirmation.

À l’aube du matin de Pâques, le 21 avril, avant que les premiers rayons du jour ne colorent le ciel de Saint-René, une quinzaine d’enfants, dans le cadre de la préparation de leur confirmation, sont venus prendre part à un rituel ancestral encore suivi dans la région depuis les premiers temps de la colonisation : la cueillette de l’eau de Pâques, à laquelle des vertus protectrices et thérapeutiques sont attribuées.

À l’aube du matin de Pâques, la Route Richard, située le long de la rivière Matane, sur le territoire de Saint-René, s’est brusquement trouvée envahie, entre 4 h et 5 h du matin, par un cortège inhabituel de marcheurs et d’automobilistes venus entretenir une tradition séculaire héritée des temps immémoriaux, la collecte de l’eau de Pâques, un rituel chrétien, sans doute bâti sur des fondations païennes, symbolisant la victoire de la vie sur la mort, en cette période d’équinoxe de printemps, où la nature se réveille peu à peu. Le rituel chrétien, importé au Québec lors de la colonisation, consiste à recueillir, avant le lever du soleil du matin de Pâques, l’eau non stagnante d’une source, louée pour ses vertus curatives et protectrices. Aspergée sur sa maison avec les rameaux bénis du dimanche précédent, cette eau, selon des histoires orales transmises entre les générations, aurait notamment le pouvoir de protéger des incendies. Elle peut être aussi utilisée pour traiter certaines maladies de peau, rappelle aux croyants l’eau du baptême, incarne les temps nouveaux et ne se corromprait pas d’une année à l’autre.

Eau de Pâques Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L'eau de Pâques doit être récoltée avant le lever du soleil à une source non stagnante.

« En les initiant à diverses expériences comme la confection de paniers de Noël ou des visites aux aînés, on leur apprend à vivre leur foi par des actions du quotidien. » - Diane Brunet, agente de pastorale pour le secteur de Matane  

Cheminement catéchétique  

Parmi cette trentaine de courageux partis à 4 h du stationnement de l’église Saint-Rédempteur figuraient une quinzaine d’enfants inscrits en catéchèse dans le secteur de Matane. Leur participation volontaire à cette tradition faisait partie de leur préparation au sacrement de confirmation, qui comporte 4 à 5 projets d’engagement destinés à leur faire vivre quelques expériences de la vie chrétienne. « S’ils s’imaginent qu’un Chrétien est une personne qui va à la messe tous les dimanches, ils risquent de se sentir coupables toute leur vie. Le christianisme ne doit pas être associé à un enseignement. Un Chrétien n’est pas quelqu’un qui sait mais avant tout quelqu’un qui fait et qui est. En les initiant à diverses expériences comme la confection de paniers de Noël ou des visites aux aînés, on leur apprend à vivre leur foi par des actions du quotidien », a expliqué Diane Brunet, agente de pastorale à Matane depuis 14 ans, qui a précisé que le secteur comptait environ 350 enfants inscrits en catéchèse.   

Eau de Pâques Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L'abbé Paul-Émile Labrie a eu quelques mots de bénédiction pour les personnes réunies le 21 avril pour cette cueillette traditionnelle.

Perpétuer la tradition   

Avant même l’arrivée du cortège sur la Route Richard, plusieurs véhicules sortant du chemin illustraient le taux de fréquentation de cette source en ce matin de Pâques. Stationnés à l’entrée de la route, les enfants et leur famille, munis de lampes de poche, se sont élancés dans une marche de quelques minutes, divers récipients à la main, avant de rejoindre Gaétane Asselin, une autre agente de pastorale, et l’abbé Paul-Émile Labrie. Ce résident du voisinage continue, quatre ans après sa retraite, à s’impliquer dans certaines activités religieuses, notamment durant le temps de Pâques, plus grande fête chrétienne de l’année, évoquant la résurrection du Christ. Après une bénédiction de ce dernier, les marcheurs intrépides ont repris le chemin de leur domicile, invités à regarder le soleil de Pâques danser sur l’horizon. Plus tard dans la journée, ils auront eu l’occasion de se délecter d’une autre tradition plus gourmande, celle des œufs en chocolat et de la fin du Carême.

Eau de Pâques Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L'eau de Pâques aurait des vertus protectrices et curatives.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média