Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

17 avril 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

La STQ débourse 39 M$ pour le traversier Saaremaa, en service à Matane vers la mi-juillet

Traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau

Saaremaa traversier STQ Matane

©Gracieuseté Société des traversiers du Québec

La STQ a prévu de débourser près de 39 M$ pour l’acquisition du Saaremaa en Allemagne, un traversier datant de 2010 dont l’entrée en fonction à Matane devrait survenir vers la mi-juillet.

Dans une allocution organisée le 17 avril, le PDG par intérim de la Société des Traversiers du Québec (STQ), Stéphane Lafaut, a annoncé que la compagnie était sur le point de faire l’acquisition du Saaremaa pour 39 M$. Son entrée en fonction à la traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau est prévue pour la mi-juillet. D’autres solutions sont en réflexion présentement en attendant l’arrivée de ce prochain navire de relève permanent.

La STQ a officialisé mercredi les démarches d’achat entreprises en Allemagne pour acquérir le NM Saaremaa, « île » en Estonien, un traversier à pont ouvert construit en Norvège en 2010 pouvant accueillir simultanément 150 véhicules et 600 passagers. Il s’agissait de l’un des mandats prioritaires demandés à M. Lafaut lors de sa nomination en janvier : doter la compagnie maritime d’État d’un traversier de relève permanent plus moderne que l’Apollo, mis au rancart en mars à la suite de plusieurs ennuis mécaniques dont deux accidents aux quais de Matane et Godbout. Une offre d’achat conditionnelle de 39 M$ a été déposée début avril par la STQ, comprenant notamment une clause incombant la responsabilité du voyage du navire jusqu’au Québec au vendeur ainsi que la remise en état complète du traversier à la suite d’une collision survenue au port de Cuxhaven avec un cargo, lors d’essais en mer, le 27 mars. Un capitaine de la STQ et deux chefs mécaniciens voyageront à bord lors de cette traversée de l’Atlantique d’une durée d’environ un mois qui devrait débuter après Pâques, pour commencer à se familiariser avec le bateau et réduire au maximum ses délais de mise en service à Matane.

« Il est hors de question que le Saaremaa prenne la mer si nous ne sommes pas pleinement satisfaits des conditions sécuritaires de sa navigation. » - Stéphane Lafaut, PDG par intérim de la STQ

Plusieurs étapes avant d’entrer en fonction

Avant de rejoindre de façon permanente la flotte de la STQ pour plusieurs décennies, offrant à cette dernière une plus grande flexibilité qui devrait réduire le risque de revivre une saga équivalente aux nombreux soubresauts connus cet hiver, le Saaremaa devra franchir plusieurs étapes précédant sa mise en service. Le navire, dont l’arrivée à Québec est prévue à la mi-mai, devra en effet être dédouané, immatriculé et soumis à plusieurs formalités administratives liées à sa mise aux normes maritimes canadiennes, qui impliquera des travaux, entre autres, sur les écoutilles, les issues de secours, les ascenseurs, les appareils de navigation, les rampes des véhicules et le système de lutte contre les incendies. « L’opérationnalisation d’un navire est un processus complexe. Il importe d’en suivre rigoureusement les étapes. Même si nous avons tous très hâte qu’il soit en service, il est hors de question que le Saaremaa prenne la mer si nous ne sommes pas pleinement satisfaits des conditions sécuritaires de sa navigation », a déclaré Stéphane Lafaut, selon qui le navire, à la suite des essais prévus en mer et de la familiarisation des équipages, devrait entrer en fonction à la traverse de Matane vers la mi-juillet, le temps d’obtenir les certificats de navigation nécessaires.

Saaremaa traversier STQ Matane

©Gracieuseté Société des traversiers du Québec

Le Saaremaa devrait arriver à Québec vers la mi-mai, après une traversée de près d'un mois de l'océan Atlantique.

Quelles solutions de rechange ? 

Annoncé initialement pour la fin juin, afin de permettre à la traverse d’être dotée d’un navire pouvant faire face à l’ouverture de la saison touristique, le Saaremaa ne devrait être ainsi opérationnel qu’au milieu de l’été, ce qui a poussé la STQ à entamer des démarches pour être en mesure d’utiliser, en attendant, le Félix-Antoine-Savard, d’une capacité de 376 passagers et 70 véhicules, moins adapté aux traversées vers l’embouchure du fleuve. Quant au CTMA Voyageur, il assurera la relève de l’Apollo jusqu’au 31 mai pour le transport des poids lourds. Les passagers, pour leur part, devront se rabattre sur les voyages en avion prévus jusqu’au 31 juillet entre Mont-Joli, Sept-Îles et Baie-Comeau. Trois traverses partenaires dans le Bas-Saint-Laurent ont augmenté par ailleurs leurs liaisons maritimes en compensation et, pour Trois-Pistoles et Rimouski, ont devancé leur saison de près d’un mois.

CTMA Voyageur traversier Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le CTMA Voyageur devrait être présent à Matane jusqu'au 31 mai.

Des inquiétudes techniques ?  

Interrogé sur les capacités réduites de ce nouveau traversier, dont l’un des navires-jumeaux, le Qajaq, ayant remplacé l’Apollo entre Terre-Neuve et Blanc-Sablon, a montré ses limites l’hiver dernier, le PDG de la STQ a répondu que les conditions de glace particulièrement difficiles cette année avaient été l’une des raisons des annulations répétées de la traverse sur place. « Acheté pour être utilisé comme navire de relève, notamment lors des périodes d’arrêt technique du F.-A.-Gauthier, au moment du printemps, le Saaremaa ne devrait pas avoir de problèmes pour circuler », a affirmé M. Lafaut, en rappelant qu’un traversier n’était cependant pas aussi efficace qu’un brise-glace. Selon lui, tous les tests nécessaires ont été effectués sur le navire, qui possède lui aussi des propulseurs azimutaux, dont des rapports d’inspection par Rolls-Royce confirmeraient la bonne condition.

Saaremaa traversier STQ Matane

©Gracieuseté Société des traversiers du Québec

Le Saaremaa est un traversier à pont ouvert construit en 2010 en Norvège.

Commentaires

17 avril 2019

André Ouellet

OUF bonne chance et que la roue tourne à nouveau pour la SYQ

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média