Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

08 avril 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Le Théâtre Cravate et Boule de Gomme propose à Matane une veillée funèbre délirante qui vire à l’absurde

Théâtre

Théâtre Cravate et Boule de gomme Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Près d’une quarantaine de personnages loufoques se côtoient autour d’un mort à l’occasion de la pièce annuelle du Théâtre Cravate et Boule de Gomme présentée à Matane.

Pour l’édition 2019 de son spectacle, dix ans après avoir déjà proposé une première mise en scène de la pièce, le Théâtre Cravate et Boule de Gomme s’est attelé à la reprise des mille répliques de la Veillée funèbre de Guy Foissy, pour offrir aux spectateurs une plongée dans un univers absurde et fantasque qui n’est pas sans rappeler l’ambiance loufoque et délirante des œuvres de Lewis Carroll.

Pour sa 13e mise en scène, le Théâtre Cravate et Boule de Gomme de Matane a voulu relever un défi de taille en s’attaquant à la pièce Veillée funèbre du Français Guy Foissy, qui consiste en une série numérotée de mille répliques, sans aucune didascalie ni la moindre indication scénique, mille répliques enchaînées les unes aux autres à partir desquelles toute la pièce a dû être construite par la metteuse en scène Marie-Caroline Ouellet, grâce à l’implication des comédiens Brigitte Bouchard, Nancy Durette, Karen et Stéfany Pelletier, Guylaine Labrie, Jean-Mathieu Fortin, Vincent Lemieux, Luc Pearson, Suzanne Gari et Maxime Turgeon Landry.

« Tout est à construire avec cette pièce. Ses mille répliques sont la seule matière à notre disposition mais nous devons inventer les personnages et les situations, ce qui nous a amenés à beaucoup travailler en amont lors de tempêtes d’idées communes. C’est tout ce défi qui m’attirait dans cette reprise. Les comédiens ne sont pas habitués à s’impliquer autant dans la mise en scène, dans la création des personnages et la distribution des répliques. Ça nous aura permis, dix ans plus tard, d’avoir une Veillée funèbre très différente de la première version présentée à Matane », a expliqué Marie-Caroline Ouellet. Selon elle, les changements de costume ont aussi représenté un défi majeur dans cette aventure, certains comédiens n’ayant à peine que deux répliques pour enfiler de nouveaux accessoires en coulisse avant de reparaître sur scène.

Une galerie délirante de personnages

Autour d’un cercueil disposé au centre d’un salon funéraire, près d’une quarantaine de personnages plus surprenants les uns que les autres se côtoient durant près d’une heure pour faire vivre aux spectateurs une « veillée tuyau de poêle », où des banalités savoureuses alternent avec des discours totalement absurdes dans une histoire un peu folle qui invite à réfléchir à la place que nous laissons sur terre. Une religieuse à l’accent prononcé, une drag-queen haute en couleur, une SDF entrée là par hasard, un strip-teaseur inattendu ou encore un croque-mort intrigant ont permis aux comédiens de s’en donner à cœur joie dans la variété des tonalités abordées durant la pièce, entre des scènes purement burlesques, des propos grinçants pouvant virer à l’insulte ou des saillies à la loufoquerie jubilatoire. Deux sœurs coiffées d’un haut-de-forme font aussi une apparition surprenante, à la frontière du fantastique, évoquant à la fois le Chapelier fou d’Alice au pays des merveilles, les sorcières de Shakespeare ou encore des personnages tirés des romans de Patrick Senécal.

Satirique, bizarre et absurde, touchante et insolite, cette galerie de portraits défilant autour d’un corps est l’occasion de représenter l’hypocrisie et la lâcheté des gens qui restent. Bouillonnante et jouissive, cette pièce étrange, à la frontière du rêve éveillé, permet à l’auteur d’épier son propre enterrement, découvrant le jugement gratiné de ses proches à son sujet. Rappelant par moments le film « Ceux qui m’aiment prendront le train » de Patrice Chéreau, la Veillée funèbre de Guy Foissy aura permis à la troupe d’offrir un spectacle inédit, déboussolant, à la fois tragique et drôle, empreint de farce et de mystère, de fiel et de fantaisie, qui culmine en un final explosif et inattendu dont l’humour et l’absurde ne sont pas sans rappeler certaines performances de la troupe des Monty Python.

Trois représentations sont prévues cette semaine, les 11, 12 et 13 avril, à 20 h à la salle Albert B. Lavoie de la polyvalente de Matane. Plus de détails au 418 429-6336.

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média