Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

27 mars 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une étudiante en photo du Cégep défendra Matane à Londres parmi les dix meilleures écoles du monde

Concours international de photographie

Robert Baronet Léonie Synnott-Bruson Cégep de Matane concours photographie Sony Awards

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Léonie Synnott-Bruson, en troisième année de photographie au Cégep de Matane, en compagnie du coordonnateur du programme, Robert Baronet.

Pour une deuxième année consécutive, une étudiante en photographie du Cégep de Matane, Léonie Synnott-Bruson, a été sélectionnée parmi près de 350 écoles à travers le monde pour participer, avec neuf autres candidats internationaux, à la finale des Sony World Photography Awards, dont la cérémonie de remise des prix est prévue à Londres le 17 avril, où elle se rendra avec un enseignant du programme.

« En passant, tu t’en vas à Londres ! » : c’est au détour d’une conversation qu’à l’automne dernier, le coordonnateur du programme de photographie du Cégep de Matane, Robert Baronet, a appris la nouvelle à une étudiante de troisième année, Léonie Synnott-Bruson, dont la série d’images soumise au prestigieux concours des Sony World Photography Awards lui a permis d’être sélectionnée aux côtés de neuf autres étudiants à travers le monde, originaires des États-Unis, d’Argentine, de Nouvelle-Zélande, du Danemark, du Bangladesh, d’Afrique du Sud, d’Espagne, de la Malaisie et du Royaume-Uni. Pour une deuxième année consécutive, le Cégep de Matane parvient à figurer ainsi dans la liste des dix meilleurs établissements de photographie au monde. « C’est l'un des plus beaux concours qu'il m’ait été donné de voir au cours de ces trente dernières années, et qui permet à nos étudiants de saisir l’occasion de se dépasser. La première fois que nous avions inscrit Matane, face à des établissements universitaires prestigieux à travers le monde, nous ne pensions pas avoir beaucoup de chance de nous démarquer. L’année dernière, alors que j’avais un peu mis de côté le rêve de faire partie des écoles sélectionnées pour la finale, non seulement nous avions eu la fierté de nous qualifier pour Londres, mais les photos de Samuel Bolduc avaient remporté le premier prix. Notre qualification cette année a été reçue comme une nouvelle bombe », s’est réjoui M. Baronet. Selon l’enseignant, pour une deuxième année consécutive, le choix d’inscrire la participation du Cégep à la compétition dans le cadre des travaux du cours de photographie d’art et d’auteur aura permis à l’établissement de se distinguer plus facilement à l’échelle mondiale, offrant la possibilité aux élèves de travailler leur concept en profondeur.

©Gracieuseté Léonie Synnott-Bruson

Deux séries à la tonalité humoristique

Pour l’édition 2019 de ce concours international de photographie, les participants du volet étudiant avaient été mis au défi de produire une série d’images sur la thématique de l’évolution, numérique, sociale, environnementale, politique ou culturelle. Léonie, intéressée par les grandes mises en scène, a choisi à cette occasion de bâtir un regard ironique sur l’utilisation excessive des selfies à travers une série intitulée « Dream Production », qui interroge le spectateur sur l’emprise des téléphones cellulaires et des réseaux sociaux et les effets qu’ils induisent sur la représentation de soi, le narcissisme et la mise en scène quotidienne de notre vie. « Mon intention n’est pas d’ébranler le spectateur en accusant la technologie. Je voulais simplement construire un regard humoristique sur ce nouveau phénomène », a expliqué l’étudiante de 22 ans, en précisant que son idée avait surgi lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande, au cours duquel elle avait été exaspérée par l’attitude de plusieurs touristes, davantage obnubilés par la prise d’autoportraits durant une randonnée que par la contemplation des paysages grandioses qui s’offraient à leur vue. Sa série, l’automne dernier, avait été choisie par le public et des enseignants du Cégep pour représenter Matane au concours. « Léonie s’était démontrée capable de s’astreindre à des délais serrés, de mener son projet à terme avec rigueur et surtout, on voyait déjà son potentiel pour la deuxième étape de la compétition », a mentionné Robert Baronet.

©Gracieuseté Léonie Synnott-Bruson

Une finale internationale à Londres

Originaire de Montréal, Léonie se rendra à Londres le mois prochain, accompagnée d’un enseignant. C’est au Royaume-Uni que se tiendra en effet la cérémonie de remise des prix des Sony World Photography Awards. Pour ce deuxième volet du concours, les qualifiés ont reçu en même temps, par la poste, un appareil photo numérique Sony, avec lequel ils ont dû produire une série d’images sur le thème de l’appartenance. Intitulée « Made in Québec », la série de Léonie, composée de nouveau d’images à la tonalité humoristique, prises cette fois-ci en studio, exprime sa vision de la société québécoise à travers des portraits destinés à illustrer différentes réalités de la province, des Premières Nations aux réalités LGBT, en passant par le conflit entre anglophones et francophones, les sports d’hiver, le sirop d’érable, la pêche ou encore l’immigration. Le lauréat du concours, en plus de bénéficier d’une diffusion de son travail lors d’expositions internationales, permettra à son établissement de recevoir l’équivalent de 30 000 € d’équipement de marque Sony. En tant que finaliste, Léonie pourra présenter aussi son portfolio à de grands professionnels du milieu. « Faire partie des dix étudiants en photographie les plus prometteurs à travers le monde constitue un tremplin extraordinaire pour la carrière professionnelle qu’elle entreprendra au cours des prochains mois », a félicité le directeur du Cégep de Matane, Pierre Bédard, en soulignant la qualité du travail fourni par les enseignants, qui contribuent à la notoriété de l’établissement à travers le monde.

Robert Baronet Samuel Bolduc Sony World Photography Awards égep de Matane

©Photo gracieuseté Robert Leslie (WPO)

L'année dernière, Samuel Bolduc avait remporté le volet étudiant des Sony World Photography Awards à Londres.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média