Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 mars 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Pétition citoyenne et colère des élus : la situation à la traverse Matane–Côte-Nord exaspère

Traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau

Apollo STQ Société des traversiers du Québec Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La situation jugée chaotique à la traverse de Matane a eu raison de la patience des élus et de plusieurs citoyens, qui ont réagi avec une pétition et des interpellations politiques.

La cascade de péripéties inondant depuis décembre la Société des traversiers du Québec (STQ) a poussé une citoyenne à lancer ce mois-ci une pétition à l’Assemblée nationale, tandis que les élus ont réclamé davantage de compensations financières et de considération pour la région.

Confrontée à des rebondissements perpétuels depuis plusieurs mois, la Société des traversiers du Québec, pour laquelle les jours se suivent et se ressemblent, est de nouveau pointée du doigt après le récent accident survenu sur l’Apollo lors de son arrivée au quai de Matane le 16 mars, ayant entraîné la mise au rancart définitive du navire par la compagnie. Malgré l’assurance d’un état de conformité du traversier au moment de son acquisition au mois de janvier, l’Apollo, vieux d’un demi-siècle, a tiré ainsi sa révérence après un mois d’utilisation à la traverse de Matane. Ces nouveaux rebondissements, l’attente impatiente d’un navire de remplacement permanent pour la STQ, les compensations financières jugées insuffisantes et l’image durablement dégradée de la traverse ont généré une exaspération au sein de la population qui s’est traduite de différentes manières : dans des commentaires accablés sur les réseaux sociaux, la mise en place d’une pétition citoyenne à l’Assemblée nationale et la volonté de certains élus de faire prendre conscience au gouvernement que l’absence de service maritime entre Matane et la Côte-Nord était aussi grave, en terme de vitalité locale, que l’absence de ponts entre Québec et Lévis.

Apollo STQ Société des traversiers du Québec Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le navire Apollo, acquis en janvier par la STQ pour la somme de 2,1 M$, a été définitivement mis au rancart par la compagnie.

Une pétition citoyenne à l’Assemblée nationale

Harassée par les problèmes à répétition rencontrés à la traverse Matane–Baie-Comeau–Godbout depuis l’arrêt du F.-A.-Gauthier en décembre, une citoyenne de Sept-Îles, Louise Bertrand, parrainée par la député péquiste de Duplessis, Lorraine Richard, a déposé ce mois-ci, sur le site de l’Assemblée nationale, une pétition dénonçant l’impact économique de l’interruption de service maritime sur la Côte-Nord, dans une situation géographique beaucoup plus enclavée que Matane. En ligne jusqu’au 15 avril, le texte, déjà signé par 873 personnes en date du 21 mars, pointe du doigt une confiance des utilisateurs de la traverse en chute libre en raison de son manque de fiabilité et interpelle le gouvernement sur quatre points :

  • Accélérer le processus d’acquisition d’un bateau de relève permanent par la STQ.
  • Offrir une desserte aérienne aller-retour dès qu’il y a interruption du service de traversées.
  • Indemniser les personnes et les entreprises touchées par ces interruptions.
  • Ouvrir une enquête de la Vérificatrice générale du Québec sur le F.-A.-Gauthier.
Apollo

©Photo Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le navire aura coûté jusqu'à présent, selon le PDG de la STQ, près de 3,5 M$.

« Le programme d’indemnisation annoncé est franchement insultant pour notre région et ne tient pas compte de tous les impacts. » - Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia et chef intérimaire du Parti québécois

Une perte de crédibilité qui mécontente les élus

En discussion avec ses collègues de la Côte-Nord, le maire de Matane, Jérôme Landry, déplore des compensations financières jugées insuffisantes pour dédommager les entreprises impactées par les annulations subies à la traverse, aussi bien les 488 000 $ annoncés en crédits sur des prochains billets que la campagne promotionnelle de 115 000 $ prévue pour soutenir le tourisme l’été prochain. L’élu demande un fonds « nettement supérieur » et une enveloppe promotionnelle répartie sur trois ans pour assurer des dédommagements suffisants et rebâtir la confiance des usagers sur place. De son côté, le député Pascal Bérubé a demandé, à la Chambre, au ministère des Transports de faire du règlement de cette crise sa priorité n°1. En rappelant les liens historiques existant entre Matane et la Côte-Nord sur le plan économique, il a voulu relayer l’exaspération de la population et souligner les impacts économiques des interruptions répétées du transport maritime entre les deux rives. Le chef intérimaire du PQ a souhaité que l’éloignement géographique de l’Est-du-Québec ne devienne pas un éloignement politique. « Le programme d’indemnisation annoncé est franchement insultant pour notre région et ne tient pas compte de tous les impacts. L’État a une responsabilité : soit il garantit la traverse, soit il indemnise », a-t-il proclamé en réitérant sa demande d’enquête sur l’acquisition du F.-A.-Gauthier de la part de la Vérificatrice générale du Québec.

Apollo STQ Société des traversiers du Québec Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a émis cette semaine plusieurs inquiétudes concernant l'état de navigabilité du traversier, au niveau du système de protection des incendies, des circuits électriques et de l'étanchéité.

Commentaires

22 mars 2019

Conrad St-Laurent

C'est tres bizarre que ce bateau la fonctionnait ou il était et ici rien ne va plus le probleme est 'il dans la compétence des pilotes ou a t'il un aimant en avant pour cogné les débarcaderes

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média