Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 mars 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Matane dévoile son choix de nom pour l’aéroport, qui sera soumis à la Commission de toponymie du Québec

Hommage à deux pionniers de l'aviation

Aéroport Matane avion-ambulance urgences évacuations aérodrome Dash 8

©Gracieuseté Eddy Métivier

Matane a choisi de soumettre le nom d'aéroport « Russell-Burnett » à la Commission de toponymie du Québec.

La dernière séance publique du conseil municipal de Matane a été l’occasion pour le conseiller Eddy Métivier, défenseur acharné du projet de réfection de l’aéroport, subventionné à 75% et dont la première phase débutera cette année, de dévoiler le nom retenu pour baptiser les lieux. Le comité de toponymie de Matane, composé notamment d’élus et d’historiens, a choisi de rendre hommage à deux pionniers de l’aviation matanaise et québécoise : Elspeth Russell et son mari Gerry Burnett.

Des recherches effectuées sur le site internet de la Commission de toponymie du Québec laissent supposer qu’il s’agirait du premier aéroport québécois baptisé du nom d’une femme, rendant hommage à l’une des pionnières de l’aviation dans la province, Elspeth Russell (1922-1974), à qui le parcours hors du commun a valu, en 2002, une intronisation au Panthéon de l’Air et de l’Espace du Québec. Héritière d’une famille d’origine écossaise ayant fait fortune dans l’industrie du bois, née à Montréal mais ayant passé la majeure partie de sa vie à Matane, où un parc porte déjà son nom depuis 2013, près de la rivière, Elspeth Russell, selon la fondation Aérovision Québec, a fait preuve d’une détermination à toutes épreuves durant la Seconde guerre mondiale, dans laquelle il lui semblait impossible de ne pas jouer un rôle actif. Ayant entendu parler de l’Air Transport Auxiliary (ATA) britannique au début du conflit, chargé de recruter des pilotes pour convoyer des avions de combat depuis leurs usines, Elspeth épouse alors son destin d’aviatrice. N’hésitant pas à mentir sur son âge pour pouvoir s’engager, elle obtient son transfert en Angleterre après avoir fourni les premières preuves de ses capacités indéniables de pilotage. Ayant convoyé près d’une trentaine de types d’appareils durant le conflit, du Mosquito au Spitfire, la jeune femme, parmi les cinq aviatrices canadiennes de l’ATA, était la seule représentante québécoise. Elle aurait livré 291 appareils en moins de trois ans. C’est aussi en Angleterre qu’en 1945, sa rencontre avec Gerry Burnett (1920-2015), pilote américain engagé à l’ATA, débouche sur un mariage qui allait faire des étincelles dans l’histoire du Québec.

Les contributions de Matane Air Services 

Au lendemain du conflit, le couple choisit en effet de s’installer à Matane, où un aéroport venait d’être inauguré. Les deux passionnés d’aviation créent alors, en 1947, la compagnie de transport Matane Air Services, grâce à laquelle la Société d’histoire souligne que près de 250 000 passagers, avant tout des travailleurs, ont été transportés sans une seule égratignure en 18 ans, prenant part au développement économique de la Côte-Nord, à l’époque du chantier de Manic-5, sur la rivière Manicouagan, et de l’essor industriel de la région dans le domaine des mines et de la foresterie. L’instauration, à Matane, d’un service régulier de traversier pour piétons et véhicules entre les deux rives, à partir de 1962, pousse la compagnie à réduire ses activités, jusqu’à ce qu’en 1965, Québecair finisse par s’en porter acquéreur, avant de centraliser peu à peu ses vols à Mont-Joli, tandis que Matane s’apprête à déménager son aéroport dans le secteur est. « C’est une très grande fierté pour Matane, qu’il ne fallait absolument pas passer sous silence », a résumé Eddy Métivier, en justifiant le nom d’ « aéroport Russell-Burnett » retenu par la Ville. Ce dernier sera soumis à la Commission de toponymie du Québec, qui se chargera de le valider par la suite. Tout en remerciant les familles d’avoir permis cet hommage posthume, le conseiller municipal attaché au dossier de l’aéroport a mentionné que l’inauguration officielle du site aurait lieu en 2020, à l’issue de la dernière phase du chantier de rénovation des lieux, une belle occasion, selon certains élus, de faire éventuellement venir à Matane des appareils historiques pour un spectacle aérien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média