Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 février 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Ouverture d'une enquête après un bris survenu sur la coque de l'Apollo à Godbout

Traverse Matane–Godbout–Baie-Comeau

Apollo traversier STQ

©Gracieuseté Michael Bacon

Le traversier Apollo a subi un bris à l'avant de sa coque à Godbout lundi matin, un peu après 11 h.

Le lundi 25 février, un peu après 11 h, un bris est survenu sur le navire Apollo, de la Société des traversiers du Québec, à la suite d’un impact survenu lors de son arrivée à Godbout, entraînant la suspension du service de traverse MataneGodbout–Baie-Comeau jusqu'à nouvel ordre. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l'accident. Tous les passagers ont pu sortir du navire.

« Un incident est arrivé avec le NM Apollo ce matin au quai de Godbout. Il n’y a eu aucun blessé et les passagers ont tous quitté le navire normalement. Nous évaluons présentement l’état de la situation », a-t-on appris dans la matinée du lundi 25 février, après une publication de la compagnie sur les réseaux sociaux. Selon le porte-parole de la Société des traversiers du Québec, Alexandre Lavoie, un impact serait survenu un peu après 11 h sur l’Apollo lors de son arrivée à Godbout et aurait endommagé l’avant de la coque. « Heureusement, aucun blessé, même léger, n’a été à déplorer lors de l’accostage. Tous les passagers ont pu sortir normalement. Des équipes ont été déployées sur place pour aller constater l’étendue des dégâts. Le service de traverse a été annulé jusqu’à nouvel ordre et une enquête interne a été lancée pour déterminer les circonstances de l’accident », a-t-il commenté, en précisant que l’Apollo serait ramené à Matane pour y effectuer des inspections supplémentaires à l’issue de ce nouveau rebondissement médiatique dont la compagnie se serait bien passée.

Un passager témoigne

Présent à bord de l'Apollo au moment des faits, l'auteur de la photo, Michael Bacon, a expliqué que plusieurs passagers, lors de l'arrivée du traversier à Godbout, avaient eu l'impression que le navire s'avançait rapidement vers le port. « À l'intérieur, des gens trouvaient que le bateau rentrait un peu trop vite. Le navire a freiné brusquement, sans que personne ne tombe à terre pour autant ni que de la vaisselle soit renversée. Des passagers ont pensé qu'on avait heurté de la glace. Le débarquement s'est fait normalement, après avoir attendu plus longtemps que d'habitude. Personne ne nous a rien dit. C'est mon père, qui vit tout près de la traverse, qui m'a parlé du bris. Il a entendu un gros choc pendant qu'il déneigeait. Je suis retourné sur place pour prendre une photo », a mentionné le témoin de la scène, en précisant qu'aucune alarme ne s'était déclenchée au moment de l'impact à bord et que les passagers avaient pu débarquer normalement, sans se rendre compte de l'accident qui était survenu, et qui toucherait surtout la porte mobile à l'avant du traversier. 

Retour de la desserte aérienne

En attendant le retour de l'Apollo, la Société des Traversiers du Québec fait à nouveau appel à la desserte aérienne entre Mont-Joli et la Côte-Nord. La première navette aérienne partira de l'aéroport de Mont-Joli mardi matin à 9 h en direction de Baie-Comeau. Il y aura une deuxième navette qui prendra son envol à 15 h pour se rendre à Sept-Îles. À l'inverse, des navettes s'envoleront de Baie-Comeau à 11 h et de Sept-Îles à 16 h 30. Cet horaire est valide jusqu'au 28 février.

Les gens désirant se prévaloir du service aérien sont priés de se rendre à l'aéroport de Mont-Joli au moins 45 minutes avant le décollage. On recommande aussi aux voyageurs de réserver leur départ en appelant au 1 877 562-6560 ou en se présentant à la gare fluviale de Matane.

Pendant ce temps, le CTMA Voyageur tentera de se rendre à Matane pour assurer la liaison entre les deux rives d'ici la fin de la semaine. Ce dernier doit quitter les Îles-de-la-Madeleine dès que les conditions de navigation seront favorables. Le navire peut accueillir au plus, une vingtaine de véhicules.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média