Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

18 février 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

L'auteur Georges Guy s'éteint

Georges Guy

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Georges Guy était reconnu comme étant une homme souriant et rempli de joie de vivre.

L'auteur et homme de théâtre, Georges Guy Chrétien, s'est éteint le 16 février dernier à l'âge de 92 ans.

Bien connu en Haute-Gaspésie pour avoir vivement contribué à l'effervescence culturelle, Georges Guy a multiplié les créations artistiques et littéraires qui ont fait sa renommée. C'est d'ailleurs dans les années 1950 que Guy Chrétien a emprunté le nom de plus Georges Guy, un clin d'œil à l'un de ses modèles, Georges Guétary.

Qu'on pense à ses 26 pièces de théâtre dont la célèbre « Méo et Juliette » qui a été jouée plus d'une dizaine de fois à guichet fermé lors des célébrations du 150e anniversaire de Sainte-Anne-des-Monts ou au 125 nouvelles écrites pour différentes publications dont le MacLean's ou Châtelaine, George Guy a toujours su transmettre sa passion pour les arts à travers une imagination débordante.

Ses romans dégageaient aussi un vent de fantaisie où la fiction se mêlait à la réalité à travers les yeux grand ouverts de l'auteur. C'est d'ailleurs le cas dans son cinquième roman « Vive la Haute-Gaspésie libre » où Georges Guy représente les citoyens de Saint-Octave-de-l'Avenir, sa terre natale, comme des gens débrouillards qui n'hésitent pas à redoubler de créativité pour devenir prospères, notamment en vendant du vent en sachets. Georges Guy a également publié d'autres romans dont « Cœur atout », « Venus de loin pour aller loin » et « La terre promise » ainsi que le bouquin « Saint-Octave pure laine ».

Outre sa faste carrière littéraire et théâtrale, Georges Guy a aussi longtemps œuvré comme rédacteur et représentant publicitaire, entre autres, à CKBL et Radio-Canada, entre 1957 et 1987.

Grand Gaspésien      

Tous s'entendent pour décrire Georges Guy comme un grand amant de la Gaspésie. Son affection pour Saint-Octave-de-l'Avenir a été souvent mis de l'avant dans ses livres dont ce recueil réalisé avec son ami Daniel DeShaime. « Le premier souvenir que j'ai de Guy est lorsque j'allais chercher la malle quand j'étais jeune. C'était lui qui me donnait les lettres. À cette époque-là, je ne me doutais pas que j'allais collaborer avec lui dans différents projets artistiques. »

Parmi les projets communs, les deux hommes ont produit le recueil « Saint-Octave 1932-1971 » en plus de réaliser quelques chansons sur des textes de Georges Guy et des musiques de Daniel DeShaime. « C'était quelqu'un de très professionnel, très passionné, qui est toujours resté fidèle à ses racines. J'avais beaucoup d'affection pour lui et il restera marqué dans nos mémoires », raconte l'auteur-compositeur-interprète de Saint-Octave-de-l'Avenir.

Goerges Guy

©Photo Francine Dugas - L'Avantage Gaspésien

Georges Guy en compagnie de ses cousins, Marthe et Denis.

Chantal Parent a aussi eu l'occasion de côtoyer Georges Guy alors qu'elle tenait le rôle principal dans la pièce « Méo et Juliette ». Ses souvenirs sont ceux d'un homme qui était toujours présent aux pratiques et aux représentations. « C'était quelqu'un d'extraordinaire, toujours à l'écoute. Même si nous étions des amateurs, on nous a rodé comme des professionnels. »

Chantal Parent se rappelle également que Georges Guy avait une vision très claire de ses personnages. « Je me souviens après une pratique où j'avais lancé une réplique sur un ton un peu dur, M. Georges Guy m'avait chicanée en me disant que Juliette ne parlerait jamais comme ça à son Méo. Le message était clair. Je lui ai promis de plus jamais parler comme ça à Méo », raconte-t-elle, le sourire aux lèvres.

Le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, se rappelle aussi de Georges Guy comme étant un homme qui affichait toujours un sourire.« Il était toujours de bonne humeur, souriant et prêt à rendre service. C'était quelqu'un qui était à l'écoute des gens. »

Le préfet se rappelle également de la qualité de ses textes qui étaient toujours songés et engagés socialement. « Il a su mettre son talent au profit de la Haute-Gaspésie et de La Matanie. Nous perdons aujourd'hui un grand créateur. La MRC se joint à moi pour offrir mes plus sincères condoléances à sa famille et ses proches. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média