Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

13 février 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Les amateurs de photographie invités à un voyage dans les « entretemps » au complexe culturel de Matane

Exposition de photographies

Vernissage exposition Les entretemps Espaces F Matane complexe culturel photographie

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

L’exposition « Les entretemps », dont le vernissage a eu lieu au complexe culturel de Matane le 8 février, sera présente jusqu’au 23 mars.

Le vernissage de l’exposition « Les entretemps », organisé le 8 février au centre culturel de Matane par Espaces F, a été l’occasion pour la commissaire de l’événement, Gentiane La France, de présenter le travail de trois artistes émergents, présents lors de la soirée, dont les démarches résonnent entre elles par des correspondances poétiques et une approche contemplative propices à une déambulation dans l’imaginaire et le temps.

Réfléchissant aux différentes raisons qui l’ont poussée à associer le travail de Valérie Arsenault, Morgane Clément-Gagnon et Hubert Gaudreau, la commissaire de l’exposition « Les entretemps », Gentiane La France, ancienne enseignante au Cégep de Matane en histoire de l’art, aujourd’hui travailleuse culturelle dans la région de Québec, avoue avoir suivi avant tout son intuition. « J’ai eu un coup de cœur pour ces trois artistes, dont j’avais déjà découvert l’approche au cours de précédents événements, ou que je suivais sur les réseaux sociaux. Ils se sont rencontrés à l’occasion de cette exposition, que j’ai voulu placer, après plusieurs lectures et réflexions sur la notion d’intervalle, sous le fil conducteur de l’entretemps », a-t-elle expliqué, en précisant qu’un univers indescriptible parvenait à se créer entre les images exposées, dont la disposition a été autant le fruit du hasard que d’une démarche plus réfléchie, pleine d’une narrativité poétique et picturale.

Une invitation à la rêverie

Chacun des artistes à sa manière se rattache ainsi à cette notion d’entretemps, qu’il soit spatial ou imaginaire. Par son travail sur la texture, les correspondances entre des parties du corps et une lumière diffuse éclairant des rochers et des plantes, par son assemblage d’ambiances naturelles aux formes et aux couleurs minimalistes, Valérie Arsenault, qui n’avait jamais exposé ses images auparavant, selon Gentiane La France, explore un univers où le temps semble suspendre son cours. Par des assemblages aérés offrant au spectateur une grande liberté d’interprétation, l’artiste propose au public une pérégrination contemplative dans des instants du quotidien dont la décontextualisation invite à la rêverie.

Vernissage exposition Les entretemps Espaces F Matane complexe culturel photographie

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le vernissage de l'exposition a eu lieu le vendredi 8 février dernier, lors d'un 5 à 7 ouvert à tous.

Des paysages évocateurs remplis d’énigmes

Hubert Gaudreau, de son côté, a trouvé dans son déménagement à l’Isle-Verte l’inspiration nécessaire pour illustrer son inquiétude de partir vivre à la campagne, un mouvement de migration empreint d’une angoisse latente, hanté par une présence invisible qui rend la forêt mystérieuse et menaçante. « Hubert, dont le projet était déjà bien avancé, a voulu installer une forme de dialogue entre ses images, dont la juxtaposition possède un pouvoir évocateur intéressant, une forme de narrativité poétique liée à son histoire personnelle », a mentionné Mme La France.

Quant à Morgane Clément-Gagnon, de retour d’une résidence de création en Islande, elle a tiré des lumières étranges du solstice d’hiver, dans ce pays du Grand Nord, une séquence d’images aux ambiances fantastiques et intemporelles. Fascinée par la géomorphologie particulière de l’île, dont les paysages semblent habités par des esprits cachés, veillant sur cette terre folklorique remplie de légendes héritées des vikings, elle a tenté d’illustrer ce dialogue entre le monde visible et invisible qui émane de cette atmosphère nordique aux couleurs éphémères et mythologiques.

L’exposition est visible au complexe culturel de Matane jusqu’au 23 mars, à la galerie d’Espaces F.

Vernissage exposition Les entretemps Espaces F Matane complexe culturel photographie

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les photographies des trois artistes dialoguent entre elles au gré des formes, des couleurs, des lumières et des paysages qui résonnent les uns avec les autres, sous le fil conducteur de la notion d'entretemps.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média