Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

06 février 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Les conservateurs reprochent à Diane Lebouthillier de répondre en français à la période de questions

POLITIQUE FÉDÉRALE

Diane Lebouthillier

©Photo Capture d'écran - CPAC

Diane Lebouthillier s'est défendue de s'exprimer en français à la période de questions.

Le député conservateur de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold, a envoyé une pointe à la ministre Diane Lebouthillier en la critiquant de répondre davantage en français qu'en anglais aux questions qui lui sont posées.

La scène s'est déroulée mardi dernier à la Chambre des communes alors que le député conservateur albertain, Pat Kelly, a posé une question à la ministre Lebouthillier concernant la déclaration de revenus unique. Cette dernière a offert une réponse en français, ce qui a visiblement chatouillé le conservateur, Luc Berthold, qui, lors de la question suivante, a rappelé à la ministre que le bilinguisme était de mise à la Chambre des communes.

« Nous, on pose des questions en français et en anglais, mais on a juste des réponses en français. Ah, ça c'est pas pareil monsieur le président », a laissé tomber le député conservateur sous un tollé de protestations libérales. Toutefois, peu de conservateurs ont applaudi la remarque surprenante de leur collègue de Mégantic-L'Érable.

Invitée à répondre à son homologue, Diane Lebouthillier n'a pas mâché ses mots. « Je vais toujours bien dire à mon collègue d'en face que je ne serai jamais gênée de parler français parce que je suis une fière Québécoise. » Contrairement à son vis-à-vis conservateur, le commentaire de Diane Lebouthillier lui a valu une ovation de la part de ses collègues libéraux.

Invitée à réagir à ce qui venait de se produite, la députée de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine a réitéré sa fierté d'être francophone. « Comme les francophones partout au pays, je continuerai de défendre notre langue. C'est inacceptable que des députés conservateurs du Québec remettent en question mon droit de m'exprimer en français alors qu'il y a des gens du côté des conservateurs qui sont en poste depuis beaucoup plus longtemps que moi et qui ne parlent pas français et qui ne suivent pas de cours de français. »

Mea Culpa

Le député conservateur, Luc Berthold a aussi été invité à préciser sa pensée lors d'une mêlée de presse à la suite de la période de questions. Après s'être excusé auprès de Diane Lebouthillier, Luc Berthold a justifié son commentaire malhabile en affirmant qu'il s'agissait d'une réponse à une critique du Premier ministre à l'effet que les conservateurs n'osent pas poser des questions en anglais au sujet de la déclaration de revenus unique au Québec. Il a également affirmé qu'il ne s'agissait pas d'une critique personnelle envers la ministre du Revenu national.

Rappelons que dès son élection, Diane Lebouthillier s'était mise à l'apprentissage intensif de l'anglais notamment en se rendant à l'Université de Frédéricton pour une immersion de trois semaines. Malgré ses efforts, la députée gaspésienne évite les entrevues en anglais, estimant ne pas être suffisamment à l'aise pour répondre à des questions pointues impliquant des termes techniques associés à son ministère. Diane Lebouthillier peut toutefois se targuer d'avoir suivi des cours d'anglais alors que près de la moitié des élus qui siègent à la Chambre des communes sont unilingues anglophones.

On peut voir l'intégralité de l'échange entre les conservateurs et la ministre Diane Lebouthillier en se rendant sur le site internet de la Chaîne d'affaires publiques par câble.

Luc Berthold

©Photo Capture d'écran - CPAC

Le député conservateur, Luc Berthold

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média