Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

25 janvier 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Édifice René-Tremblay : un début des travaux d’ici à deux ans à Matane ?

Emplois fédéraux

Édifice René-Tremblay Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Selon le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, les travaux à l’édifice fédéral de Matane, vieillissant et confronté à des problèmes d’espace, pourraient débuter d’ici à 24 mois.

Confronté à une croissance de ses activités, avec près de 120 nouveaux emplois au cours des trois dernières années, l’Édifice René-Tremblay de Matane, construit au milieu des années 1970, fait l’objet d’une évaluation stratégique du ministère des Services publics et de l’Approvisionnement, pour déterminer une vision à long terme destinée à résoudre les défis actuels d’infrastructure rencontrés par le bâtiment vieillissant. Des travaux pourraient débuter d’ici à deux ans pour résoudre ces enjeux.

Lors d’une visite à Matane, invité par le député Rémi Massé à venir constater par lui-même l’état des lieux dans les bureaux des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada (TPSGC), Steven MacKinnon, le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement du Canada, Carla Qualtrough, a déclaré qu’un rapport relatif à l’évaluation des besoins immobiliers à l’Édifice René-Tremblay était attendu d’ici à l’été prochain. « On essaie de faire nos analyses pour que, grosso modo, d’ici à 24 mois, nous débutions les travaux », a précisé M. MacKinnon, en rappelant que pas moins de 400 personnes étaient employées sur place et que près de 120 nouveaux postes y avaient été créés au cours des trois dernières années. Selon le secrétaire parlementaire, qui s’est voulu rassurant au niveau du maintien du rythme de croissance du site, la stratégie immobilière en cours de développement sera pour le long terme.

« Nous sommes ici pour rester » - Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement

Plusieurs pistes ouvertes

Après avoir rencontré le maire Jérôme Landry ainsi que des représentants du monde économique, Steven MacKinnon, dans la perspective de voir comment le Canada pouvait s’inscrire dans l’essor de l’économie locale, a effectué une visite de l’édifice fédéral dans la matinée du 25 janvier, à l’issue de laquelle il a annoncé que toutes les pistes de développement étaient sur la table, des travaux d’agrandissement à la construction d’une nouvelle structure, en passant par la relocalisation d’une partie du travail ailleurs. « Nous devons regarder toutes les propositions qui sont faites et voir comment affronter au mieux les opportunités de croissance actuelles, dans un horizon très large de possibilités. Nous sommes ici pour rester », a-t-il conclu, en soulignant sa préoccupation de poursuivre l’expansion actuelle des lieux, arrivés aujourd’hui à saturation au niveau du manque d’espace. 

Des opportunités impossibles à satisfaire ?

En novembre dernier, le maire de Matane avait écrit aux ministres Carla Qualtrough et Diane Lebouthillier, en charge du Revenu, pour les interpeler sur l’urgence de la mise à niveau de l’Édifice René-Tremblay, avec l’objectif de ne pas passer à côté d’un contrat de numérisation du courrier entrant de l’Agence du revenu du Canada. Insistant sur l’expertise, l’efficacité et la rentabilité des 400 employés fédéraux de Matane, Jérôme Landry avait rappelé que la ville figurait parmi les plus progressistes en matière numérique. « La communauté est sincèrement convaincue que vos deux besoins, rénover l’édifice et y ajouter de nouveaux services, sont non seulement conciliables, mais souhaitables », avait notamment affirmé l’élu, qui avait pu rencontrer Mme Lebouthillier à Ottawa quelques semaines plus tard, grâce à l’entremise de Rémi Massé.

Pour ce dernier, les bureaux gouvernementaux de Matane sont victimes de leur succès, la ville ayant développé une expertise moins fragilisée par le roulement de personnel que des grandes métropoles, ayant l’avantage aussi de bénéficier d’un coût de la vie moins élevé qu’à Toronto, où des entreprises privées avaient été évoquées en novembre comme candidates potentielles pour l’attribution du contrat. « On constate qu’avec ses connaissances, son expérience, l’organisation continuait à se développer à Matane, une croissance qui a créé une pression importante du point de vue des infrastructures. C’est dans ce contexte que j’ai invité M. MacKinnon, pour voir comment continuer à accompagner cette expansion », a confié le député libéral, ancien directeur de l’édifice, très impliqué dans le dossier.

Rémi Massé Steven MacKinnon

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Rémi Massé, député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia et Steven McKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média