Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 janvier 2019

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Matane entame un combat de sensibilisation contre le plastique à usage unique

Protection de l'environnement

Steve Girard environnement déchets plastique Fonds vert Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Le conseiller municipal Steve Girard, membre de la Commission de l’environnement de l’Union des municipalités du Québec, a défendu à Matane deux initiatives visant à réduire les plastiques à usage unique.

À l’occasion de la dernière séance publique du conseil municipal de Matane, Steve Girard, qui agissait à la fois au titre de maire suppléant et de responsable du comité consultatif en environnement, a présenté deux mesures, adoptées le 21 janvier, en lien avec l’écologie : l’acquisition de sacs réutilisables par la Ville, qui seront distribués à la population, et une démarche de sensibilisation pour limiter les objets promotionnels polluants.

Afin de limiter l’utilisation des sacs plastique à usage unique distribués dans les épiceries au rayon des fruits et légumes, la Ville de Matane a adopté lundi dernier une résolution prévoyant l’acquisition, pour environ 2 000 $, à même le Fonds vert, de mille sacs en filet réutilisables SAKSAC, confectionnés par des entreprises d’insertion sociale et professionnelle québécoises, dont les Ateliers Léopold-Desrosiers de Matane. « C’est une merveilleuse idée pour sensibiliser les gens aux effets de la consommation des petits sacs plastique utilisés pour les fruits et légumes », s’est réjoui M. Girard, qui a précisé qu’une distribution de ces filets à provision lavables devrait être organisée au cours de l’année, une fois la fabrication locale des sacs terminée. Rappelons que le Fonds vert, développé à Matane en 2015 et ouvert aux projets de différents organismes et de la Commission scolaire, a été constitué pour financer des initiatives environnementales. Doté d’environ 35 000 $ par année, il est notamment financé en partie grâce aux éoliennes mais surtout à cause du lieu d’enfouissement technique, où 2 $ par tonne de déchet lui sont reversés.

Sacs plastique réutilisables fruits et légumes environnement

©Gracieuseté SAKSAC

Mille sacs SAKSAC confectionnés aux Ateliers Léopold-Desrosiers devraient être distribués à la population pour proposer une alternative aux sacs plastique trouvés dans les épiceries pour les fruits et légumes.

« Je pense qu’on est rendu à cette étape-là sur le plan de l’écologie. » - Steve Girard, conseiller municipal de Matane, responsable du comité consultatif en environnement

Réduire les objets promotionnels polluants

C’est la seconde résolution écologique adoptée lors de la dernière séance publique du conseil municipal. Choqué par le nombre d’objets éphémères trouvés dans les poubelles lors d’événements sportifs et culturels comme des bracelets lumineux, Steve Girard a voulu pousser la Ville à sensibiliser les organisateurs, promoteurs et commanditaires de festivals, tournois et activités populaires à entamer une réflexion autour de la distribution d’objets promotionnels durables. Soulignant la grande nocivité de ces appareils lumineux jetables dotés de composants chimiques polluants, le conseiller municipal de Matane, par ailleurs membre de la Commission de l’environnement de l’Union des municipalités du Québec, a assuré qu'il portera des discussions en ce sens à l’UMQ, pour sensibiliser les promoteurs d’événements aux effets polluants de la distribution de ce type d’objets éphémères. « Je pense qu’on est rendu à cette étape-là sur le plan de l’écologie », a-t-il insisté, en affirmant qu’au-delà de cette démarche de sensibilisation, une interdiction de ce type de produits pourrait éventuellement survenir à terme, y compris à une échelle plus grande que Matane.

Commentaires

9 février 2019

Daniel Bérubé

Félicitation à la ville de Matane, qui devrait servir d'exemple à plusieurs villes du Québec, ne serais-ce que Rimouski, qui semble hésitante à restreindre la fracturation de nos sous-sol afin de protéger notre eau potable et d'autres impacts encore méconnus...

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média