Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

15 janvier 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Déclin de la chasse au cerf de Virginie en Gaspésie

CHASSE SPORTIVE

Cerf de Virginie

©Photo Gracieuseté - Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

La récolte de cerfs de Virginie dans la zone 1 en 2018 est de 942 espèces contre 1 131 en 2017.

Selon les données du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, la chasse au cerf de Virginie est en chute libre depuis maintenant cinq ans.

Si 1 993 cerfs était abattus en 2013 dans la zone 1, qui comprend l'ensemble du territoire  gaspésien, la Vallée de La Matapédia et une partie du Bas-Saint-Laurent, c'est plutôt 942 bêtes qui sont devenus des trophées de chasse en 2018, soit une baisse de plus de 50 % en cinq ans. L'an dernier, la récolte était de 1 131.

Pour le biologiste, Martin Dorais, la baisse de récolte de cerfs en 2018 par rapport à l'an dernier est principalement attribuable à des facteurs climatiques. « Nous avons connu une baisse importante au niveau de la chasse sportive en raison de la rigueur de l'hiver qui s'est éternisé et qui a favorisé une plus grande mortalité de l'espèce. Le cerf est une espèce qui est mal adaptée à l'hiver. Il a des pattes qui ne supportent pas bien l'animal sur la neige. C'est d'ailleurs l'hiver qui explique en grande partie les fluctuations de population du cerf. »

Lorsqu'on regarde l'ensemble du territoire gaspésien, on dénote que 85 % de la population de cerfs se retrouvent dans la Baie-des-Chaleurs contre 15 % pour tout le reste de la région, incluant la Haute-Gaspésie et la pointe. Selon Martin Dorais, cette répartition inégale s'explique par différents facteurs dont la concentration de chevreuils et d'orignaux plus importante dans ces secteurs ainsi que les hivers moins cléments.

À l'échelle provinciale, la récolte totale est sensiblement la même que l'année dernière avec 53 517 cerfs abattus, soit 206 de moins qu'en 2017. La récolte a d'ailleurs été stable ou en légère hausse dans les régions où le climat était plus doux.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média