Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

20 septembre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Un enseignant de la polyvalente de Matane côtoie les plus grands coureurs mondiaux

Éric Lévesque professeur éducation physique polyvalente Matane trail course sentiers Charlevoix

©Gracieuseté Ultra-Trail Harricana du Canada

Éric Lévesque, professeur d’éducation physique à la polyvalente de Matane, s’est distingué dans la région de Charlevoix le 9 septembre lors de la 7e édition de l’Ultra-Trail Harricana du Canada, où il a terminé 3e à l’épreuve du 28 km.

Le professeur d’éducation physique à la polyvalente de Matane, Éric Lévesque, en charge du club de course de l’établissement, a eu l’occasion de se démarquer lors de l’Ultra-Trail Harricana du Canada (UTHC), dont la 7e édition a eu lieu les 8 et 9 septembre dans la région de Charlevoix.

Pour l’athlète de 33 ans, il s’agissait de sa deuxième participation à cette course en sentier intégrée depuis 2017 au circuit officiel de l’« Ultra-Trail World Tour », comprenant un circuit mondial de 23 courses, dont celle de Charlevoix est la seule représentante canadienne. Selon la directrice générale de l’organisation, Marline Côté, pas moins de 1 600 coureurs ont fait le déplacement cette année pour prendre part aux différents parcours proposés près de La Malbaie, dont la plus longue course, de 125 km, a attiré un nombre record de 195 inscriptions.

L’invité d’honneur de l’événement, Rob Krar, athlète de haut calibre mondial dans le domaine, spécialiste de la traversée du Grand Canyon, aux États-Unis, a remporté pour sa part l’épreuve de 28 km en 2 h 03 devant Mathieu Blanchard. Éric Lévesque, professeur d’éducation physique à la polyvalente de Matane depuis 2009 a terminé de son côté sur la troisième marche du podium, avec un temps de 2 h 10.

« C’est un immense privilège pour moi d’avoir pu côtoyer des athlètes de ce calibre, qui font vraiment partie d’une classe à part. C’est mon premier podium dans une course d’envergure et je suis très heureux de pouvoir ainsi transmettre cette passion à mes élèves en leur montrant l’exemple », s’est réjoui l’enseignant, qui s’occupe du club de course de la polyvalente, fréquenté par une trentaine de jeunes chez qui, selon lui, le goût pour les sentiers en forêt est aussi très prononcé.

« Dans le parc de la Gaspésie, le terrain de jeu est formidable pour l’entraînement. Chaque montagne a ses particularités techniques et les panoramas sont toujours différents. » - Éric Lévesque 

Les spécificités de ces trails d’altitude

D’un dénivelé positif de 1 000 mètres, l’épreuve de 28 km qu’Éric Lévesque a choisi de relever, et qui commençait par 2 km intensifs de montée, a exigé une préparation physique particulière liée aux difficultés techniques de ce genre de courses. « La préparation musculaire est très importante pour ces parcours en altitude qui peuvent être assez traumatisants pour les jambes. Dans le parc de la Gaspésie, le terrain de jeu est formidable pour l’entraînement. Chaque montagne a ses particularités techniques et les panoramas sont toujours différents. C’est l’avantage des trails, qui sont des courses beaucoup moins monotones, pendant lesquelles ont doit toujours être à l’affût du terrain et qui nous permettent de profiter de paysages à couper le souffle », a expliqué l’athlète matanais, reconnaissant que le marathon de Montréal, auquel il participe en fin de semaine, représentait moins d’intérêt de ce point de vue-là. Ses résultats le 9 septembre l’auront poussé ainsi à se requestionner sur son entraînement et pourraient l’amener, au cours de la saison prochain, à délaisser davantage les courses sur route traditionnelles pour s’attaquer à plus de défis d’altitude comme celui de Charlevoix, où 12 % des athlètes provenaient de l’extérieur du Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média