Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

11 Septembre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Le déménagement de la Cuisine collective pourrait permettre de prolonger la promenade des Capitaines

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La démolition, par la Cuisine collective, du mur de l’ancienne Co.Mode verte donnant sur la rivière devrait permettre de dégager une surface d’environ 5 000 pieds carrés, que la Ville pourrait acquérir pour prolonger la promenade des Capitaines.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, la Ville de Matane a confirmé avoir reçu une « très belle présentation » du projet de déménagement de la Cuisine collective dans le bâtiment de l’ancienne Co.Mode verte, dont le mur donnant sur la rivière serait démoli. Le maire a souligné son intérêt d’acquérir une partie du terrain ainsi dégagé à l’arrière de la bâtisse pour le prolongement de la promenade des Capitaines.

Confrontée à des enjeux d’accessibilité incontournables dans ses locaux actuels du bâtiment des Chevaliers de Colomb à Matane, la Cuisine collective, qui distribue en dix mois près de 4 000 repas et dessert la Matanie depuis 1991, envisage de se relocaliser au 310-312, avenue Saint-Jérôme, soit à l’emplacement de l’ancienne Co.Mode verte, avec qui des promesses d’achat de l’édifice ont déjà été signées. À cette occasion, la Cuisine collective a dû faire face à une problématique de démolition du mur arrière, donnant sur la rivière, pour élaborer les plans de son projet de réaménagement des lieux, estimé à 750 000 $. La surface détruite a été évaluée à environ 5 000 pieds carrés, ce qui a poussé l’organisme à présenter son projet à la Ville pour voir si cette dernière serait intéressée à se porter acquéreur de cet espace dans l’objectif de pouvoir prolonger la promenade des Capitaines. Lors du conseil, le maire a confirmé son accord de principe et le versement, en trois ans, de 125 000 $ à l’organisme, sous réserve que les démarches de ce dernier aboutissent au niveau de sa recherche de financement. À noter que la MRC avait déjà confirmé un soutien de 40 000 $.
 

Un déménagement prévu en 2019    

La Cuisine collective attend pour le moment une autorisation du ministère de l’Environnement concernant la démolition de la façade du côté de la rivière. Ayant d’abord envisagé l’éventualité de faire de cet espace un stationnement, l’organisme, affilié aux banques alimentaires du Québec, a finalement approché la Ville pour solliciter un soutien financier en échange d’une partie du terrain ainsi dégagé. « C’est un projet très sérieux. Le dossier est bien monté et répond à un immense besoin. C’est une entente gagnant-gagnant entre la Ville et la Cuisine collective », a commenté Jérôme Landry.

Si l’organisme prévoit de s’installer au rez-de-chaussée, en revanche, le sous-sol serait réservé à de la location à long terme pour des organismes à vocation communautaire, dont certains ont déjà signifié leur intérêt, selon la directrice de la Cuisine collective, Hélène Jolicoeur. Cette dernière a expliqué que les plans des travaux prévoyaient un futur bâtiment à deux façades, l’une du côté de la rivière et l’autre du côté de l’avenue, ainsi que des entrées indépendantes pour les locataires. Quant à la salle de réception, qui accueillera les dîners de l’amitié du vendredi, elle sera aussi ouverte à des locations temporaires pour d’autres événements. Dans le meilleur des cas, l’objectif de la Cuisine collective serait de prévoir un déménagement au cours de l’année prochaine, avec la volonté de garantir au mieux la continuité des services pendant le processus.

Co.Mode verte Matane

©Stéphane Quintin

La Cuisine collective envisage de se relocaliser à l'emplacement de l'ancienne Co.Mode verte, où des travaux d'aménagement et de démolition devraient permettre l'installation de plusieurs organismes communautaires de Matane.

« Nous sommes très soutenus dans le milieu. C’est un bâtiment qui a besoin d’être remis en vie et de conserver sa vocation sociale, pour rester profitable à la population. » - Hélène Jolicoeur, directrice de la Cuisine collective

Dynamiser le centre-ville

Pour la Cuisine collective, il était important que l’édifice de l’ancienne Co.Mode verte soit récupéré par un organisme communautaire, participant ainsi à la redynamisation du centre-ville. « On a hâte de pouvoir présenter les plans du projet, une fois que les discussions avec les locataires intéressés à s’installer avec nous auront été prises en compte. Nous sommes très soutenus dans le milieu. C’est un bâtiment qui a besoin d’être remis en vie et de conserver sa vocation sociale, pour rester profitable à la population », a résumé Mme Jolicoeur, en mentionnant que jusqu’à 65 tonnes de nourriture étaient collectées chaque année dans la Matanie et en précisant qu’une centaine de personnes se retrouvaient chaque semaine aux dîners de l’amitié, ouverts à tous et propices à une meilleure intégration sociale.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média