Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

27 Août 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le Parti conservateur présente son candidat dans Matane-Matapédia

©Photo Gracieuseté

Paul Vignola a décidé de faire le saut en politique pour les Conservateurs du Québec avec la volonté d'en faire plus pour les contribuables avec un État moins lourd.

Paul Vignola, un camionneur de 67 ans de Saint-Octave-de-Métis, tentera de se faire élire sous la bannière du Parti conservateur du Québec d'Adrien Pouliot.

D'entrée de jeu, le candidat conservateur explique avoir fait le saut en politique pour réformer l'État qui, à son avis, ne va nulle part. « Les politiques des gouvernements qui se sont succédés au cours de 40 dernières années ont coûté très cher aux contribuables sans améliorer considérablement notre qualité de vie. La dette ne cesse de s'accroitre, J'ai donc décidé de faire ma petite part en me présentant pour le Parti conservateur », raconte le principal intéressé.

Quant au choix des Conservateurs, Paul Vignola explique que c'est le volet économique qui l'a convaincu. Il partage les visées du parti d'Adrien Pouliot qui souhaite réduire la taille de l'État. « Il y a beaucoup trop de fonctionnaire et les services gouvernementaux se dédoublent. Souvent la main droite ne sait pas ce que fait la main gauche. Plus l'État grandit, moins elle est performante. Nous sommes rendus à un point où les citoyens demandent des comptes au gouvernement sur les services qu'ils rendent aux payeurs de taxes. »

S'il était porté au pouvoir le 1er octobre prochain, Paul Vignola voudrait aussi s'attaquer à la situation des aînés et soutenir davantage le personnel qui s'occupe d'eux, souvent au salaire minimum. Selon lui, il y a un réel défi à relever pour améliorer leur qualité de vie.

@ST:Publications sur les réseaux sociaux

@R:Le candidat du Parti conservateur a récemment fait les manchettes d'un média national qui avait épluché sa page Facebook pour y révéler des publications traduisant des positions bien arrêtées sur l'avortement, l'immigration et autres sujets sensibles.

Interrogé à savoir s'il entendait amener ces opinions personnelles à l'Assemblée nationales, le candidat s'est défendu en disant qu'il adhérait pleinement aux valeurs conservatrices tout en voulant être libre de ses choix. «Je suis de la pensée de Stephen Harper. Malgré ses positions, il  toujours respecté les lois qui étaient en place On a voulu me marginaliser en me peinturant comme étant un fanatique. Ce que je peux répondre à ça est que je suis un fanatique de la vie et du bonheur. »

Paul Vignola s'ajoute donc aux noms de la libérale, Annie Fournier, du candidat Vert, Pierre-Luc Coulombe, et du péquiste, Pascal Bérubé, qui se retrouveront tous sur le bulletin de vote le 1er octobre prochain.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média