Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

22 Août 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Soutenue par des investissements de 1,2 M$, la culture est mise à l’honneur à Matane

Complexe culturel Joseph-Rouleau Matane culture bibliothèque

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

À l'occasion de la présentation de l'entente de développement culturel pour les années 2017-2020, la Ville de Matane a annoncé des investissements de 1,2 M$ dans le milieu.

La Ville de Matane a procédé ce mercredi à l’annonce du renouvellement, sur trois ans, de l’entente de développement culturel en lien avec le ministère de la Culture du Québec pour les années 2017 à 2020. En tout, la somme de 1 261 980 $ sera investie dans le domaine à travers différents projets.

Plusieurs acteurs culturels de la région étaient invités mercredi matin à la salle civique de l’hôtel de ville de Matane pour assister à l’annonce du renouvellement de l’entente de développement culturel avec le ministère de la Culture. En tout, les différents partenaires investiront dans le milieu, sur trois ans, la somme globale de 1 261 980 $, répartie à environ 50 % entre le gouvernement du Québec et la Ville de Matane. Cette somme comprendra notamment des investissements de 600 000 $ destinés à la création d’un « Carrefour des arts numériques », une sorte d’agora virtuelle visant à mettre en commun des ressources numériques sur le territoire à travers l’acquisition d’équipements et la mise en place d’une plateforme qui mettra les différents intervenants du milieu culturel en lien les uns avec les autres, aussi bien les artistes que les institutions scolaires et différents organismes.

À Matane, où nous pouvons compter sur le Cégep pour attirer des jeunes de l’étranger, la problématique n’est pas tant d’augmenter notre attrait envers les nouveaux arrivants que de favoriser leur rétention, et ça passe par la culture. Jérôme Landry, maire de Matane

Matane veut se démarquer sur le plan culturel    

Selon des études mises en avant par la Ville de Matane durant la conférence de presse, il aurait été reconnu que la somme de 1 $ investie dans le domaine de la culture était susceptible d’en rapporter sept fois plus. « Cette nouvelle entente nous offre des leviers extraordinaires pour fortifier un créneau important dans la vie économique, sociale et culturelle de Matane. La culture, ça n’est pas que du divertissement et notre objectif est de parvenir à augmenter le taux de rétention des nouveaux arrivants. Dans certaines municipalités, ils se battent pour aller chercher le plus d’immigrants pour faire face aux défis démographiques. À Matane, où nous pouvons compter sur le Cégep pour attirer des jeunes de l’étranger, la problématique n’est pas tant d’augmenter notre attrait envers les nouveaux arrivants que de favoriser leur rétention, et ça passe par la culture », a expliqué Jérôme Landry en évoquant les effets positifs que la culture pouvait avoir sur le bien-être de la population et l’animation du centre-ville. Le maire de Matane a précisé, selon lui, que la Ville avait conclu l’entente la plus importante du Bas-Saint-Laurent avec le ministère de la Culture, dont il a salué le « soutien extraordinaire ».

Jérôme Landry Sylvie Caron Martin Gilbert

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

De gauche à droite, Jérôme Landry, maire de Matane, Martin Gilbert, directeur des Loisirs, de la Culture et de la Vie communautaire et Sylvie Caron, responsable de la Culture et de la Vie communautaire.

Utiliser le terreau fertile du numérique    

D’après Jérôme Landry, la culture doit être considérée comme un levier important du développement économique, un élément dynamisant, créateur d’emplois et générateur d’attractivité. « Nous voulons trouver une façon de mettre en valeur la création grâce aux outils du numérique, qui nous offrent énormément de possibilités et pourraient nous permettre de développer le marché de l’emploi », a-t-il déclaré avec conviction, convaincu que la Ville devait chercher à rentabiliser son positionnement stratégique dans le domaine du numérique, qui lui a déjà permis de se distinguer à l’échelle internationale. Pour la création du prochain Carrefour des arts numériques, la Ville a fait appel à la firme Cpour, spécialisée en transformation numérique, qui devrait livrer son projet en mars 2019.  

Plusieurs projets soutenus par l’entente

Dans le cadre de cette nouvelle entente de développement culturel, plusieurs projets avaient été retenus par la Ville pour figurer parmi les organismes qui pourront bénéficier d’un soutien financier au cours des trois prochaines années. L’école de musique a reçu par exemple un soutien concernant la mise en place d’une formation en DJ. La Société d’histoire et de généalogie pourra poursuivre la numérisation de ses archives de presse. Des écrans numériques seront installés dans les rues de la ville pour diffuser des œuvres artistiques, sous la forme de photos et de vidéos.

Des panneaux d’interprétation tactiles sur l’histoire de Matane devraient aussi être installés dans le centre-ville. L’entente permettra de soutenir par ailleurs le Festi-mots, du 17 au 20 octobre, et d’autres projets comme des ateliers pour aînés organisés par Kaméléart, une nouvelle exposition de Mathieu Savoie, des représentations théâtrales dans un bus, des ateliers sur Claude Picher organisés par le comité centre-ville de Matane ou encore des expositions en plein air sur la Promenade des capitaines. Alors qu’en 2003, l’entente de développement culturel avait permis des investissements de 90 000 $, l’évolution actuelle illustre bien la place grandissante occupée par la culture à Matane.

Exposition plein air Promenade des capitaines Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Des photos ont été installées sur la Promenade des capitaines à Matane par Espace F.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média