Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 Juillet 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le combat incessant d'une citoyenne de La Martre pour la reconstruction de la route du Portage

©Photo L'Avantage gaspésien - Dominique Fortier

Maxime Esther Bouchard ne baisse pas les bras et poursuit son combat afin que soit reconstruite la route du Portage qui donnait facilement accès à son établissement d'hébergement quatre saisons situé tout en haut de la montagne à La Martre.

Lorsque Maxime Esther Bouchard a décidé d'acheter ce petit coin de paradis de 100 000 mètres carrés à La Martre, elle était loin de s'imaginer que le rêve qu'elle entendait réaliser allait rapidement devenir un cauchemar qui la hante encore aujourd'hui. L'entrepreneure souhait opérer des résidences de tourisme tout en profitant d'un endroit unique où la nature est reine. Toutefois, le passage de la tempête Arthur en 2014 allait complétement détruire la route du Portage, forçant ainsi la citoyenne, ses voisins et ses clients à faire un détour de 7 km par une route endommagée, difficile d'accès l'hiver et peu conviviale pour des véhicules de randonnée.

Toutefois, selon Maxime Esther Bouchard, des interventions injustifiées de la municipalité sur son terrain en 2009 seraient à l'origine de l'affaissement de la route du Portage. « Ils effectuaient des travaux sans permis. Ils ont détruit le cap, provoquant de nouvelles fuites d'eau. L'eau qui coulait jusque dans mon lac a aussi été détournée. Contrairement à ce qui a souvent été véhiculé, ce n'est pas mon lac artificiel qui est à l'origine de l'affaissement de la route puisque celui-ci avait été conçu par des ingénieurs et toujours bien entretenu. Depuis ce temps, c'est comme si la route du Portage n'existait plus », se désole l'entrepreneure.

Un propriétaire de lot voisin déplore également la situation. Il ne sent aucune volonté de la municipalité pour entretenir la route. « À la limite, je comprends que ça peut coûter cher de réparer la partie qui part de la route 132, mais au moins, qu'ils entretiennent la route en haut de la côte. Quand je demande à la municipalité pourquoi la route n'est pas entretenue, on me répond qu'on ne veut pas charrier de la gravelle pour seulement une résidence. »

©Photo L'Avantage gaspésien - Dominique Fortier

Un garde-fou lourdement endommagé sur la route menant vers l'établisement d'héergement, Entre deux Maximes.

Pour ce propriétaire de lot, cette attitude de la municipalité nuit non seulement à sa voisine mais aux autres propriétaires du secteur. « Mme Bouchard paye des taxes comme tout le monde. Ce qu'ils font nuit à tout le monde. Il est temps que la municipalité abandonne cette rancune contre elle puisque la route a grand besoin d'être entretenue. »

©Photo L'Avantage gaspésien - Dominique Fortier

Il ne reste plus grand chose de l'enseigne présentant l'entreprise « Entre deux Maximes ».

Long combat juridique

Bien que la citoyenne du 1, route du Portage ait été dédommagée en 2015, à la suite d'une entente hors-cour, pour les travaux effectués par la municipalité sur son terrain, le combat n'était pas terminé. « La municipalité et le ministère des Transports refusent de réparer la route. Même dans le rapport sur la tempête Arthur, on ne fait aucune mention du fait que j'habite en haut de la route qui a été emportée. »

Par ailleurs, la citoyenne exaspérée dit avoir été longtemps victime d'intimidation. « Ce n'est pas normal que des employés municipaux exécutent des travaux sur mon terrain sans autorisation. Il y a clairement eu de l'acharnement sur mon cas », estime-t-elle. D'ailleurs, toutes les années de bras de fer avec la municipalité et les batailles juridiques qui sont toujours en cours ont finalement eu des répercussions sur le moral de Maxime Esther Bouchard qui dit aujourd'hui vivre un cauchemar perpétuel. Stress et exaspération font maintenant partie de son quotidien. « Je vais continuer de me battre mais c'est difficile. Tous ces déboires coûtent aussi très cher mais je dois tout de même poursuivre les démarches et entretenir mon terrain pour accueillir les touristes. »

Cri du coeur

Outre la cause juridique envers la municipalité qui devrait se jouer devant les tribunaux du 1er au 5 avril 2019 au Palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, Maxime Esther Bouchard en appelle à l'empathie du public. On peut notamment l'aider en signant sa pétition en ligne pour la reconstruction de la route du Portage. Au moment d'écrire ces lignes, 245 personnes avaient déjà appuyé Maxime Esther Bouchard dans sa démarche. 800 autres personnes ont signé la version papier.

On peut également faire un don ou acheter un petit coffret de bois conçu à la main pour aider Mme Bouchard dans son combat. D'ailleurs, elle remercie toutes les personnes qui l'encouragent depuis le début de cette saga. « Tout ce que je souhaite, c'est une fin heureuse à toute cette histoire injuste. »

©Photo L'Avantage gaspésien - Dominique Fortier

Maxime Esther Bouchard maintenant que son lac n'a rien à avoir avec l'affaissement de la route du Portage.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média