Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

06 Novembre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

La Matanie s’en tiendra à la réglementation provinciale sur le cannabis

Cannabis

©Gracieuseté

Après réflexion, la Ville de Matane et la MRC de la Matanie ont décidé d’uniformiser leur approche concernant la consommation de cannabis à l’échelle locale et estiment que la réglementation provinciale est suffisante en la matière.

Alors que la Ville de Matane avait annoncé le 15 octobre qu’une réglementation sur le cannabis pourrait survenir d’ici au temps des Fêtes, Jérôme Landry et le préfet de la Matanie, Denis Santerre, ont révélé finalement début novembre que les onze localités de la MRC allaient s’en tenir à la réglementation provinciale et attendre les éventuels ajustements du nouveau gouvernement caquiste avant de prendre position sur le dossier.

Dans le cadre de la réunion, en octobre, du caucus des 27 cités régionales de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), formé des principales municipalités d’agglomération de chaque région de la province, dont Matane, Jérôme Landry a expliqué que les différents participants avaient pu bénéficier des recommandations d’un conseil d’experts concernant l’attitude à adopter sur le dossier de la réglementation du cannabis à l’échelle locale. Selon lui, la loi provinciale, « déjà très contraignante » et sur le point d’être éventuellement modifiée par les députés caquistes, est suffisante pour encadrer la consommation du cannabis à Matane. « On a mené une réflexion au sein du conseil et on pense que c’est au gouvernement du Québec de porter le chapeau de cette réglementation », a déclaré M. Landry.

« L’objectif est de faciliter avant tout le travail des policiers en adoptant une attitude commune concernant cette consommation en Matanie. » - Denis Santerre, préfet de la MRC

Interpelé sur le sujet, le préfet de la Matanie a expliqué pour sa part qu’il s’agissait aussi de la position de la MRC, dont l’objectif est d’arriver à un consensus entre ses différentes municipalités autour de cette réglementation spécifique. Une rencontre du comité sur la qualité de vie de la MRC, composé notamment d’élus et de représentants de la Sûreté du Québec, aura lieu à la fin du mois de novembre, en lien avec ce processus d’uniformisation des réglementations municipales sur le dossier. « L’objectif est de faciliter avant tout le travail des policiers en adoptant une attitude commune concernant cette consommation en Matanie », a déclaré Denis Santerre.

La Santé publique préoccupée

De leur côté, plusieurs directeurs régionaux de santé publique avaient rappelé au début de l’automne que la multiplication des règlements municipaux trop restrictifs sur le cannabis pouvait avoir des effets indésirables sur la santé, une interdiction totale de fumer du cannabis sur les lieux publics pouvant entraîner les consommateurs vers des lieux plus confinés, où l’exposition à la fumée sera néfaste pour l’entourage. Quant aux étudiants, souvent locataires et plus susceptibles de fumer du cannabis, ils pourraient ne plus avoir accès, en cas de réglementations municipales plus restrictives que la loi provinciale, à un lieu légal pour leur consommation. « C’est comme si on donne un droit, mais qu’on l’enlève en même temps », avait jugé Yv Bonnier-Viger le mois dernier, directeur de la santé publique en Gaspésie, en se disant préoccupé par l’adoption de règlements trop stricts sur le sujet.

Plus de détails sur la loi provinciale en se rendant sur le site internet gouvernemental à l'adresse suivante : https://encadrementcannabis.gouv.qc.ca/loi/loi-encadrant-le-cannabis/.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média