Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 novembre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Quai commercial : la Coalition urgence port de Matane se fait entendre à Ottawa

Quai commercial port de Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Des représentants de la Coalition urgence port de Matane se sont rendus à Ottawa cette semaine pour interpeler le gouvernement canadien sur la nécessité de maintenir le quai commercial dans un état propice à l’activité industrielle d’ici à son transfert à la province en 2020.

À l’occasion d’une rencontre organisée le mercredi 28 novembre à Ottawa au sujet de la dégradation du quai commercial de Matane, plusieurs représentants de la Coalition urgence port de Matane ont transmis leurs inquiétudes auprès du cabinet du ministre canadien des Transports, Marc Garneau, concernant le maintien de conditions d’utilisation suffisantes avant et pendant les travaux prévus après la cession de l’infrastructure au provincial en 2020.

Début novembre, la Coalition urgence port de Matane avait rappelé que, d’ici au transfert, en mars 2020, du port commercial de l’échelon fédéral au provincial, la fin de la durée de vie utile du site, prévue pour 2022, laissait peu de place à l’erreur concernant le maintien des opérations sur le quai, dont dépendraient près de 750 emplois dans la région. Selon une étude préliminaire effectuée par Transports Canada, le quai commercial de Matane ne disposerait plus que d’une longueur utilisable de 147 mètres sur 187 et d’une capacité portante de 24 kPa (kilopascals), sur 50 à l’origine. Des portions du quai ont par ailleurs été condamnées tandis que d’autres souffrent actuellement d’une interdiction d’accès au trafic lourd. Ces difficultés d’accostage et de transport de marchandises par voie maritime avaient ainsi poussé les industriels matanais à demander une rencontre imminente avec les autorités fédérales concernées par le dossier, pour s’assurer d’un usage adéquat du quai d’ici à sa reconstruction après 2020.

Marie-Lyne Morneau directrice générale du terminal de Matane pour l’entreprise Terminaux portuaires du Québec port de Matane quai commercial

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Marie-Lyne Morneau, directrice générale du terminal de Matane pour l’entreprise Terminaux portuaires du Québec, avait souligné début novembre la désuétude du quai commercial, dont plusieurs zones sont condamnées.

« S’assurer d’avoir un quai sécuritaire d’ici à sa reconstruction, c’est une bonne chose, mais si c’est pour le rendre inutilisable en condamnant plusieurs de ses sections, ça ne résoudra pas le problème. » - Jérôme Landry, maire de Matane

Les engagements du gouvernement fédéral

Mercredi dernier, une rencontre était organisée entre le maire de Matane, Jérôme Landry, le député fédéral Rémi Massé, des représentants de la SADC (Société d’aide au développement des collectivités), du FIDEL de la Matanie (Fonds d’innovation et de développement économique local), Marie-Lyne Morneau, directrice générale du terminal de Matane pour l’entreprise Terminaux portuaires du Québec et le directeur de l’usine de pâte à papier Rayonier, Éric Gendreau, impliquée dans près de 80 % des marchandises transportées au port de Matane. « Nous ne voulons pas que de nouvelles contraintes techniques surviennent au quai d’ici à 2020, sans quoi les navires de commerce se rendront dans d’autres ports. Nous avions besoin de rassurer le milieu économique matanais grâce à plus de transparence sur le dossier de la part de Transport Canada. Le défi est de ne pas pénaliser nos industriels d’ici à la reconstruction du site par le gouvernement du Québec, ni pendant la durée des travaux », a déclaré le maire de Matane, qui s’est dit rassuré par la rencontre, se réjouissant d’une prochaine réunion au mois de janvier. Le maire a néanmoins appelé Transport Canada à la vigilance dans ce dossier. « S’assurer d’avoir un quai sécuritaire d’ici à sa reconstruction, c’est une bonne chose, mais si c’est pour le rendre inutilisable en condamnant plusieurs de ses sections, ça ne résoudra pas le problème », a-t-il insisté.

Quai commercial port de Matane

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Près de 750 emplois dans la région dépendraient des activités du quai commercial de Matane.

Selon le député fédéral de Matane, Rémi Massé, présent à la rencontre, le ministère des Transports du Canada s’assurera bien d’un maintien du quai en bon état d’ici à son transfert au gouvernement provincial. L’élu a rappelé qu’à l’issue de la publication du rapport définitif de Transport Canada sur l’état du quai fin décembre, de nouvelles rencontres auront lieu début 2019 pour confier à une firme spécialisée le mandat de déterminer les options à suivre pour maintenir les opérations sur place, avant et pendant les travaux de 2020. « D’ici à la reconstruction du site, il ne devrait pas y avoir de nouvelle baisse de la capacité portante au-delà de 21 kPa, ni d’autres fermetures de certaines sections. Les mises à niveaux nécessaires du quai seront effectuées. La collaboration entre les deux paliers de gouvernement s’accentuera aussi au cours des prochains mois, afin de permettre au ministère des Transports du Québec de commencer la reconstruction du site le plus tôt possible en 2020, pour ne pas pénaliser les industriels de la région », a voulu rassurer le député.

Rémi Massé, Jérôme Landry, Annie Fournier, Steve Coll rencontre port de Matane quai commercial

©Gracieuseté

Des membres de la Coalition urgence port de Matane se sont rendus à Ottawa pour interpeler le ministère des Transports canadien sur l'urgence de maintenir le quai commercial de Matane en bon état de fonctionnement d'ici à sa reconstruction.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média