Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 Novembre 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Rupture de service de 17 jours en chirurgie à l'hôpital des Monts

Pendant cette rupture de service, l'hôpital des Monts servira de centre de stabilisation.

Une nouvelle rupture de service en chirurgie se produit à l'hôpital des Monts du 2 au 19 novembre.

Malgré une entente survenue entre le ministère de la Santé et les médecins spécialistes au cours de la dernière année pour éviter de telles ruptures de services, l'hôpital des Monts se retrouve à nouveau plongé dans une situation où les patients devront être redirigés vers Matane.

En mai 2018, le ministère de la Santé annonçait une entente avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec pour assurer une couverture complète dans les hôpitaux en région autant en anesthésiologie qu'en chirurgie. Bien qu'on ait promis que ce parrainage entre Québec et Sainte-Anne-des-Monts serait en vigueur au plus tard en septembre 2018, force est de constater que la réalité est toute autre.

En septembre dernier, le CISSS-Gaspésie annonçait qu'au moins trois ruptures de services étaient à prévoir d'ici la fin de l'année. On expliquait alors que l'entente conclue avait permis de réduire ces découvertures mais que la situation demeurait fragile. Cette fois-ci, on parle d'une nouvelle rupture de service puisque les « démarches administratives ne sont pas complétées » avec les médecins qui doivent assurer le parrainage à Sainte-Anne-des-Monts.

Conséquemment, pendant la période du 2 au 19 novembre, l'hôpital des Monts servira de centre de stabilisation. Ainsi, les patients en obstétrique, en traumatologie ou ceux qui auraient besoin d'une chirurgie urgente pourraient être redirigés vers l'hôpital de Matane.

Invité à réagir à cette nouvelle rupture de service, le préfet de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier, ne cache pas sa colère. « C'est une situation inadmissible en 2018. On fondait beaucoup d'espoir sur cette entente avec les médecins spécialistes. Il est urgent qu'on règle ce problème pour la santé et la sécurité de nos citoyens. »

 

 

Commentaires

3 novembre 2018

Reginald Martin

J’espère que le nouveau premier ministre au pouvoir vas faire quelque. Choses pour démontré au reste de la province et du Canada que nous bien des habitants de cette bonne vielle terre et que nous pourront dire au visiteur de notre d belle gaspesienpeut les recevoir en tout trmps

3 novembre 2018

Alain Pelletier

Pourtant le problème n’est pas nouveau. Nous ne parlons plus de possibilités de catastrophes, car effectivement il y en a eu. Des médecins sur place ont été détruits et d’autres médecins ont quitté face à des solutions imposées qui mettaient leur carrière ainsi que la vie des gens en danger. En obstétrique et en chirurgie, les dangers pour la vie se comptent souvent en minutes et non en heures de déplacement en ambulance. Il est noble pour l’ancien Ministre de la Santé d’avoir tenté d’instaurer un parrainage avec d’autres régions. Cependant, cette solution ne peut qu’être qu’à court terme. La plus logique ne peut venir que du milieu pour le milieu : Rendre notre bloc opératoire attrayant pour que les anesthésistes et les chirurgiens de passage aiment y travailler. Nous assurerons ainsi une meilleure rétention de spécialistes et attirer de nouvelles spécialités.

4 novembre 2018

Rioux Georgette

On a de plus en plus de problème de ce genre mais l’argent coule pour eux.Je considère que l’argent est dépensé pour rien lorsqu’il s’agit de donner et d’assurer la sécurité des gens de la Gaspésie.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média