Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

09 octobre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Une diplômée en photographie du cégep rend hommage aux habitants de Saint-Jean-de-Cherbourg

Kassandra Reynolds photographie Cégep de Matane exposition Saint-Jean-de-Cherbourg

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Kassandra Reynolds, fraîchement diplômée du programme de photographie du Cégep de Matane, est revenue en Gaspésie depuis les Cantons-de-l’Est pour prendre part, le 21 septembre, au vernissage de son exposition d’un an consacrée à la municipalité de Saint-Jean-de-Cherbourg.

Menacée de disparition dans les années 1970, la municipalité de Saint-Jean-de-Cherbourg, qui compte aujourd’hui un peu moins de 200 habitants, a suscité pendant près d’un an l’intérêt d’une étudiante en photographie du Cégep de Matane, Kassandra Reynolds, qui a souhaité partager son travail à travers une exposition d’un an installée au cœur du village.

Le pouvoir attractif du nouveau centre communautaire de Saint-Jean-de-Cherbourg et son rôle dans le tissage de liens serrés entre la population de ce territoire reculé de la Matanie, fier de son passé et tourné vers des projets de revitalisation, ont révélé tout leur poids le 21 septembre, à l’occasion du vernissage d’une exposition photographique d’un an consacrée au village et à la résilience de ses habitants. Pas loin d’une quarantaine de personnes de différentes générations ont bravé la tempête qui soufflait ce soir-là pour venir prendre part à l’événement et découvrir le fruit du travail d’une ancienne étudiante en photographie du Cégep de Matane, Kassandra Reynolds, diplômée depuis le mois de juin.

Saint-Jean-de-Cherbourg, à travers la nostalgie de ses habitants, leur convivialité, leurs rêves et leur attachement très fort à leur village, niché au cœur des paysages impressionnants de l’arrière-pays matanais, dominé au loin par les Chic-Chocs, a servi en effet de toile de fond à un projet d’envergure effectué par la photographe l’année dernière, dans le cadre de ses cours. La jeune fille, originaire des Cantons-de-l’Est, a consacré une partie importante de ses deux dernières sessions à dresser le portrait de ce village colonial né au milieu du XXe siècle. Cette année riche en expériences l’a notamment poussée à frapper à la porte de 37 maisons afin de recueillir, au gré des saisons, le témoignage d’habitants qui lui ont ouvert leur cœur et les détails parfois intimes de leur parcours de vie. À travers ces récits, la jeune documentariste s’est attachée à transmettre l’histoire des habitants de cette municipalité dont la caisse populaire, l’église, l’école, le dépanneur ont peu à peu fermé leurs portes, renforçant davantage le caractère plein de résistance d’une population solidement ancrée sur son territoire.

Kassandra Reynolds photographie Cégep de Matane exposition Saint-Jean-de-Cherbourg

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Pas loin d'une quarantaine de personnes de toutes générations sont venues découvrir le travail de la jeune diplômée du Cégep de Matane consacré à leur village.

Un projet à l’implication émotionnelle très forte

« Je n’étais pas revenue à Saint-Jean-de-Cherbourg depuis le mois de mai. Je suis très émue de me retrouver ici pour présenter mon travail aux habitants du village. Il s’agissait de mon premier projet photographique à long terme et je mesure aujourd’hui tout le bagage, toute la richesse que j’en retire. Je me revois en train de cogner aux portes des gens pour leur expliquer ma démarche. Aujourd’hui, c’est un immense plaisir de recevoir leurs commentaires. Je ne m’attendais pas à voir autant de monde. Je suis super chanceuse de pouvoir vivre ce moment avec eux. Je me sentais très inconfortable de les quitter sans leur permettre de découvrir ma série de photographies. J’éprouvais le besoin de leur partager mon expérience et de revoir tout ce beau monde qui m’a accueillie le cœur sur la main », a confié Kassandra lors du vernissage de son exposition. Ayant pour projet de partir prochainement à New York, la jeune diplômée, intéressée aussi par les autoportraits, est curieuse à l’idée d’appliquer sa démarche à la grande métropole américaine. En attendant, elle se réjouit de voir son travail sur Saint-Jean être exposé pendant un an dans la salle communautaire, pour permettre au plus grand nombre de découvrir ses photos, par ailleurs visibles sur son site internet.

Un portrait du village à fleur de peau

Entre photos de paysages et portraits d’habitants saisis au naturel dans leur environnement, le travail de Kassandra, complété par la réalisation d’un livre d’une centaine de pages, comprenant images et citations tirées de ses rencontres, dresse un portrait touchant de cette municipalité résistante tournée vers des projets de revitalisation. « C’est une grande fierté qu’elle ait choisi de s’intéresser à nous. Je suis très fière de l’accueil que les gens lui ont réservé. Le projet est magnifique et offre un regard bienveillant sur le village. Kassandra a pris de superbes photos. Elle a parlé avec son cœur et nous a offert un superbe cadeau. On aura toujours une petite pensée pour elle et je lui dis un gros merci », a réagi la mairesse du village, Francine Ouellet Leclerc, le soir du vernissage, en se réjouissant de voir le tout nouveau centre communautaire de la municipalité prendre vie grâce au caractère rassembleur de ce projet culturel à visage humain.

Kassandra Reynolds photographie Cégep de Matane exposition Saint-Jean-de-Cherbourg

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Grâce au vernissage de l'exposition, le centre communautaire flambant neuf de Saint-Jean-de-Cherbourg a pu regorger de vie et offrir un regard touchant sur l'histoire du village.

Commentaires

11 octobre 2018

Clarence Gagne

Très fier d'avoir vécu dans ce beau village et vraiment content qu'une artiste aie pensé de réaliser ce beau projet

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média