Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 octobre 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Déversement de 2 000 litres de carburant chez Verreault Navigation

Verreault Navigation

©Photo Dominique Fortier - L'Avantage Gaspésien

Les deux déversements ont été contenus laissant pratiquement aucune empreinte environnementale.

Deux déversements de carburant se sont produits au chantier maritime Verreault alors que le navire Akademik Ioffe était en cale sèche pour y subir des travaux.

Le premier incident est survenu le 30 septembre dernier alors que le navire a été transporté au chantier maritime Verreault pour y effectuer des réparations d’urgence. « Il s’agit d’un navire de recherche scientifique utilisé dans les eaux arctiques. Celui-ci a été accidenté pendant une excursion et devait être réparé rapidement, explique le vice-président exécutif, Simon Riopel. À son arrivée, nous avons constaté qu’un des réservoirs était abîmé. Lorsque nous avons retiré l’eau, comme le veut la procédure, et la pression sur le réservoir a causé une fuite. »

Près de 300 litres de carburant se sont déversés dans la cale sèche où prenait place le navire Akadmik Ioffe. Le réseau d’alerte de la Garde côtière et l’organisme Urgence-Environnement ont été avisés de la situation. « Des estacades ont été installées autour du navire et une entreprise a été mandatée pour réaliser la récupération », explique le porte-parole du ministère de l’Environnement, Frédéric Fournier. Au final, tout le carburant a été récupéré.

À peine quelques jours plus tard, soit le 2 octobre, un deuxième déversement s’est produit, impliquant encore le même navire. Cette fois-ci, l’incident s’est produit alors qu’on procédait au remplissage d’un des réservoirs de carburant. « Une valve a été laissée ouverte et, une fois le réservoir rempli, du carburant a débordé par les évents dans la cale sèche.  Il y aurait eu environ 2000 litres de bunker (carburant) mélangé à des huiles de déversé dans la cale sèche lors de cet incident et environ 20 litres auraient atteints la mer », relate Frédéric Fournier.

Simon Riopel de Verreault Navigation précise que la valve laissée ouverte serait le résultat d’une erreur humaine de la part d’un membre de l’équipage de l’Akademik Ioffe. Conséquemment, les frais encourus pour la récupération du carburant et le nettoyage ont été à la charge du navire. « Il faut aussi ajouter que le plan d’urgence pour ce genre d’incidents a été mis en action et suivi à la lettre afin de contenir les hydrocarbures le plus possible. »

Des estacades et des rouleaux de fibres, aussi appelés des boudins, ont été déployés afin de contenir les liquides déversés dans le fleuve. Encore une fois, les hydrocarbures ont été récupérés et les dégâts sur l’environnement ont été limités. S’en est suivi une opération de nettoyage pendant les quelques jours qui ont suivi.

Tout au long des opérations de récupération et de nettoyage, une équipe d’Urgence-Environnement était présente pour s’assurer du bon déroulement des travaux.

 

 

 

Commentaires

9 octobre 2018

Raymond

Demande dinformations concernant ces deverrsements de mazout. Quelle a ete votre demarche pour remedier a ces evenement

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média