Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

31 Octobre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

La Société d’histoire rappelle le caractère patrimonial de Saint-Jérôme et se questionne sur la clôture

Église Saint-Jérôme de Matane clôtures

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

La Société d’histoire et de généalogie de Matane a rappelé la valeur patrimoniale de l’église Saint-Jérôme, louée pour le caractère pionnier de son style Dom-Bellot, et a exhorté les différents acteurs du dossier à travailler dans un climat de franche collaboration.

Une semaine après l’érection d’une clôture autour de l’église Saint-Jérôme, la Société d’histoire et de généalogie de Matane a choisi de se prononcer sur le sort réservé à ce bâtiment dont elle rappelle le caractère patrimonial. La SHGM se questionne sur l’utilisation d’une clôture, qui empêche de donner accès à l’intérieur de l’édifice, loué pour son style Dom-Bellot.

La Société d’histoire, par la voix de son président, René Joncas, a voulu rappeler son mandat de veiller à la conservation du patrimoine bâti matanais. Les développements récents concernant le sort de l’église Saint-Jérôme de Matane l’ont poussée à se prononcer sur cette problématique, dont elle reconnaît la complexité. La SHGM appelle avant tout les différents acteurs à collaborer avec bienveillance. « La ou les solutions concernant l’avenir de l’église Saint-Jérôme ne sont pas évidentes à première vue, mais le souhait de la SHGM est que les différentes parties impliquées dans le dossier réussissent à travailler ensemble dans un climat serein de franche collaboration », a exhorté M. Joncas, en rappelant le bon état d’esprit qui avait permis à la fabrique, à l’évêché, à la Ville de Matane et à la SHGM de s’entendre sur la deuxième vie donnée à l’église Bon-Pasteur, cédée en 2016.

Église Saint-Jérôme de Matane clôtures

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Des clôtures ont été installées autour de l'église Saint-Jérôme dans la matinée du lundi 22 octobre.

« Cette opération résulte en un coup d’œil détérioré du centre-ville et donne une triste image de Matane. » - René Joncas, président de la Société d’histoire et de généalogie de Matane

Utilisation justifiée d’une clôture ?

Tout en réitérant son souhait de voir les différents acteurs du dossier « s’entendre dans l’harmonie pour trouver une ou des solutions pour l’avenir de ce superbe bâtiment patrimonial qu’est l’église Saint-Jérôme de Matane », la Société d’histoire n’a pas manqué de se questionner sur l’installation d’une clôture autour de l’édifice pour interdire tout accès au bâtiment. « Cette opération résulte en un coup d’œil détérioré du centre-ville et donne une triste image de Matane », a regretté la SHGM en évoquant sa volonté de se montrer soucieuse du sort réservé aux rares bâtiments patrimoniaux qui restent en ville. Prenant le temps de souligner le style Dom-Bellot propre à l’église Saint-Jérôme, René Joncas a déclaré qu’il « serait souhaitable que l’intérieur de ce bâtiment puisse être de nouveau accessible au grand public en été comme il l’a été durant la dernière saison touristique estivale », au cours de laquelle un étudiant était chargé d'accueillir les visiteurs avec de la documentation historique.

Église Saint-Jérôme de Matane clôtures

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Une entreprise de Rimouski a été engagée par la fabrique pour installer la clôture autour de l'église Saint-Jérôme, selon elle pour des raisons d'assurance et de sécurité.

La valeur patrimoniale du site

Lors de son inventaire des lieux de culte effectué en 2003, le Conseil du patrimoine religieux du Québec avait accordé une valeur patrimoniale « exceptionnelle » à l’église Saint-Jérôme en se rapportant à plusieurs publications historiques et universitaires. Dans un ouvrage consacré à l’architecture de style Dom-Bellot, Nicole Tardif-Painchaud avance ainsi que l’église matanaise est « l’une des premières manifestations de l’art religieux moderne au Québec ». De son côté, dans un document sur l’architecture des églises du Québec, Claude Bergeron a souligné que la nouvelle église, construite après l’incendie de 1932, était celle qui avait « le plus rempli d’enthousiasme ceux qui rêvaient d’un renouveau ».

Église Saint-Jérôme de Matane clôtures

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Pour sa part, l’historien de l’art Gérard Morisset, selon qui l’architecture religieuse contemporaine du Québec avait pris naissance en 1932 à Matane, jugeait que ses concepteurs avaient « édifié une œuvre qui fera école ». Dans son inventaire des lieux de culte, le Conseil du patrimoine religieux du Québec, citant tous ces auteurs, conclue ainsi que « l’intérieur de l’église Saint-Jérôme fait figure de pionnière ». C’est le respect de ce caractère patrimonial que des éventuels acheteurs devront prendre en compte pour ne pas avoir à rembourser, selon une information révélée par Radio-Canada, la somme de 609 302 $ au Conseil du patrimoine religieux du Québec. Ce dernier, selon des chiffres transmis cette semaine à L’Avantage gaspésien, a subventionné diverses restaurations de l’édifice, entre 1999 et 2014, pour un total de 1 547 006 $.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média