Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 Octobre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Matane demande un plan d’action pour les régions dépendantes de l’énergie éolienne

Industrie éolienne énergies renouvelables Jérôme Landry maire de Matane

©Archives - L'Avantage Gaspésien

La Ville de Matane et ses partenaires économiques somment le gouvernement caquiste de mettre en place un plan d’action pour les régions qui vivent et dépendent de l’industrie éolienne afin de soutenir le développement économique local.

Alors que l’élection du nouveau gouvernement caquiste remet sur la table le dossier du projet éolien de Port-Cartier, sur la Côte-Nord, auquel François Legault s’était opposé, la Ville de Matane et ses partenaires économiques demandent un plan d’action pour les régions dépendantes de cette industrie.

Ayant proclamé à plusieurs reprises, durant la dernière campagne électorale, ses réticences envers le projet éolien de 200 mégawatts mené par les Innus sur la Côte-Nord, le nouveau premier ministre du Québec n’avait pas caché sa volonté de ne pas créer de nouveaux parcs éoliens tant qu’Hydro-Québec bénéficierait de surplus d’électricité. Alors que le quotidien La Presse annonce cette semaine un abandon du projet par le gouvernement caquiste, cette décision présumée a poussé la Ville de Matane, la MRC, le FIDEL de la Matanie (Fonds d’innovation et de développement économique local) et la SADC (Société d’aide au développement de la collectivité) à monter au front dans le dossier.

Ces différents partenaires réclament en effet la mise en place d’un plan d’action pour les régions qui vivent et dépendent de cette industrie, afin de soutenir le développement économique local. Une invitation formelle à venir discuter avec le milieu économique de la Matanie a ainsi été lancée au premier ministre et à la ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, pour leur permettre de réaffirmer leur intention, selon les dires du chef de la CAQ lors de la présentation de son programme, de soutenir le développement régional.

« C’est une attaque de plein fouet contre les régions comme la Matanie qui participent à l’industrie éolienne au niveau manufacturier. » - Jérôme Landry, maire de Matane

Une attaque contre l’Est-du-Québec ?

Un retrait éventuel de Québec dans ce projet de développement aurait aussi des conséquences sur les régions accueillant sur leur territoire des entreprises du domaine éolien comme Matane. « C’est une attaque de plein fouet contre les régions comme la Matanie qui participent à l’industrie éolienne au niveau manufacturier. Le milieu économique va avoir besoin d’aide pour repenser et diversifier son économie car cette décision nous concerne tous, de la Côte-Nord jusqu’à la Matanie », a réagi le maire de Matane, Jérôme Landry, en sommant le gouvernement de proposer des solutions pour les municipalités dépendantes de cette énergie.

Selon l’élu local, les discussions en cours entre le gouvernement caquiste, Hydro-Québec et la nation innue au sujet de possibles solutions compensatoires en cas d’abandon du projet devraient s’étendre à l’ensemble des acteurs de l’industrie qui risqueraient de souffrir de cette décision comme Marmen, Enercon et d’autres sous-traitants liés au secteur. Au mois de juin déjà, il avait déploré une « vision incomplète » de la CAQ au sujet de l’industrie éolienne, dont dépendent, selon lui, la création d’emplois de qualité et les finances de plusieurs municipalités régionales. Il avait estimé alors que les surplus d’électricité constatés étaient davantage une aubaine qu’un fardeau et pouvaient inciter des industries énergivores à venir s’installer en région. Quant au député Pascal Bérubé, il avait mis au défi le parti de François Legault de venir débattre avec lui du sujet sur le stationnement de l’usine Marmen.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média