Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections provinciales

Retour

02 Octobre 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Le PQ existe encore grâce à l’Est-du-Québec

Le PQ existe encore grâce à l’Est-du-Québec

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Les trois ténors du Parti québécois à avoir conservé leur siège, soit Sylvain Roy, Pascal Bérubé et Harold LeBel.

Aussi fragile soit-il, le Parti québécois est encore présent à l’Assemblée nationale grâce à l’Est-du-Québec qui lui a permis de conserver six de leur neuf sièges.

Bien que la formation qui n’a plus de chef soit grandement fragilisée, ayant passé de 30 députés à seulement 9, le PQ n’est pas rayé du paysage politique québécois. Un regard rapide à la carte électorale du Québec permet de constater que les sièges du PQ sont pratiquement tous en Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord.

Sans grande surprise, le député sortant de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, a remporté une victoire écrasante en allant chercher 20 638 voix contre seulement 3 379 pour le candidat parachuté de la Coalition avenir Québec, Mathieu Quenum. Même chose du côté de Bonaventure alors que le député sortant, Sylvain Roy l’a aussi emporté relativement facilement sur le libéral, François Whittom avec 2 830 voix de majorité. Dans le comté de Rimouski, Harold LeBel est réélu sans difficulté avec plus de 6 000 voix de majorité sur la caquiste, Nancy Lévesque.

Aux Îles-de-la-Madeleine, l’ex-maire, Joël Arseneau se faufile dans une victoire à l’arraché avec 21 voix de majorité sur la libérale, Maryse Lapierre.Sa collègue de Duplessis sur la Côte-Nord, Lorraine Richard, conserve son siège de justesse en allant chercher à peine 126 voix de plus que sa plus proche rivale. Finalement, le péquiste, Martin Ouellet gagne facilement dans René-Lévesque avec 42 % du vote.

Trois sièges dans le ROQ

Dans le « Rest of Québec », le Parti québécois n’aura réussi qu’à conserver que trois sièges, soit ceux de la vice-cheffe, Véronique Hivon, celui de Sylvain Gaudreault dans Jonquière et Catherine Fournier dans Marie-Victorin. Ainsi, avec un total de neuf députés, le PQ devient la troisième opposition, derrière Québec solidaire. Il s’agit du pire résultat à vie pour le Parti québécois qui a également perdu son chef lors du vote du 1er octobre. Les militants du PQ devront ainsi se choisir un huitième chef en 13 ans.

D’un autre côté, la Coalition avenir Québec, qui a littéralement balayé le Québec avec 74 élus, n’a fait aucun gain à l’Est de Rivière-du-Loup. La Gaspésie est d’ailleurs la seule région du Québec que le chef, François Legault, n’a pas visité pendant la campagne électorale. Finalement, les Libéraux qui ont aussi vu leur nombre de sièges fondre lors du vote du 1er octobre. Leur seule présence dans l’Est-du-Québec est dans Gaspé où Alexandre Boulay l’a emporté à l’arraché face à Méganne Perry-Mélançon.

Le matin du 2 octobre marque donc le début d’une grande réflexion pour le PQ qui peut remercier l’Est-du-Québec de lui permettre de vivre un autre jour.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média