Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

10 Octobre 2018

Stéphane Quintin - squintin@lexismedia.ca

Pascal Bérubé devient chef intérimaire du Parti québécois

Pascal Bérubé devient chef intérimaire du Parti québécois

©Stéphane Quintin - L'Avantage Gaspésien

Pascal Bérubé a accepté la fonction de chef intérimaire du groupe parlementaire du Parti québécois lors d’une annonce effectuée ce mardi à l’Assemblée nationale.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, réélu haut la main le 1er octobre dans son comté, avec une majorité d’environ 70 % des voix, dirigera par intérim l’aile parlementaire du Parti québécois jusqu’à ce qu’un successeur prenne la place de Jean-François Lisée, l’ancien chef ayant annoncé sa démission à la suite de sa défaite aux dernières élections, qui ont vu le nombre de députés péquistes passer de 28 à 9, sur un total de 125.

« Fort de l’appui unanime de mes collègues, je vous annonce aujourd’hui que j’ai accepté la responsabilité d’assumer la fonction de chef intérimaire du groupe parlementaire du Parti québécois. Après avoir été leader parlementaire, je pense avoir démontré le sérieux pour assumer ces nouvelles et importantes responsabilités. Mon souhait est d’accomplir ce mandat avec la neutralité nécessaire jusqu’à l’élection de la prochaine ou du prochain chef. À cet égard, il appartient aux instances et aux membres de signifier ce qu’ils souhaitent pour fixer les prochains échéanciers que nous aborderons sans précipitation. Comme chef intérimaire, j’animerai la discussion sur le bilan de la dernière élection. Je veux que cet exercice soit constructif, efficace et ouvert. Nous avons beaucoup de choses à passer en revue, nous en conviendrons », a annoncé le député de Matane-Matapédia ce mardi à l’Assemblée nationale de Québec, en affirmant sa confiance de voir un 10e député rejoindre bientôt leurs rangs. Rappelons que la candidate péquiste dans le comté de Gaspé, Méganne Pérry Mélançon, avait en effet déclaré sa confiance concernant le recomptage judiciaire des voix à la suite des irrégularités constatées dans la circonscription lors du vote.

« Pour certains, il faudrait tirer un trait sur notre mouvement comme si nous avions atteint la fin de notre vie utile. Non ! L’histoire n’est jamais écrite d’avance. À nous maintenant, fiduciaires du grand héritage de cette grande formation politique, de continuer à en écrire les prochains chapitres. » - Pascal Bérubé

Ténor du Parti québécois

Entamant son 3e mandat de député dans la circonscription de Matane-Matapédia, après ses victoires de 2012 et 2014, Pascal Bérubé, déjà député de Matane entre 2007 et 2012, assurera ainsi l’intérim à la tête du Parti québécois, dont il a affirmé ne pas renoncer aux rêves de jeunesse. « Nous avons perdu des collègues estimés. Nous avons une équipe de neuf députés, et nous croyons bientôt dix, qui offre une représentation aguerrie alliant expérience et jeunesse et surtout compétence et sérieux. Pour certains, il faudrait tirer un trait sur notre mouvement comme si nous avions atteint la fin de notre vie utile. Non ! L’histoire n’est jamais écrite d’avance. À nous maintenant, fiduciaires du grand héritage de cette grande formation politique, de continuer à en écrire les prochains chapitres, de retrouver ce qui a fait du Parti québécois un mouvement audacieux, fort et inspirant, à l’image des femmes et des hommes qui ont construit ce parti, qui continuent d’y croire et qui comptent tellement sur nous. L’esprit des pionniers et pionnières du Parti québécois nous animera avec audace, avec innovation, avec le Québec planté dans le cœur », a conclu le député, entouré de ses collègues.

Avec 17 % des suffrages exprimés, rappelons que le PQ n’est parvenu à faire élire que 9 députés le 1er octobre, devenant ainsi le troisième groupe d’opposition derrière les libéraux et Québec solidaire. Avec ces résultats, selon les règles de l’Assemblée nationale, le parti, n’ayant pas atteint le nombre pallier de 12 députés ou 20 % des voix, n’est ainsi pas en mesure de constituer un groupe parlementaire, ce qui pénaliserait les péquistes dans l’attribution du temps de parole lors des débats à la tribune et en commission. Les députés du PQ entendent se battre dans les semaines à venir pour obtenir le statut officiel de groupe. Fondé le 11 octobre 1968, le parti célèbrera ainsi ses 50 ans dans une atmosphère inédite de défaite historique.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média