Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

11 avril 2018

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Contrat de 3,2 M$ pour Verreault Navigation

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Le chantier maritime Verreault Navigation des Méchins vient de décrocher un contrat de 3,2 M$ pour la réparation du navire MV Leif Ericson de la Société d’état, Marine Atlantic.

Ce contrat d’une durée d’un mois est un baume pour l’entreprise des Méchins qui avait vu deux navires canadiens prendre la route des États-Unis l’an dernier pour subir des réparations. « Je n’étais pas très heureux, confie le chef de la direction de Verreault Navigation, Richard Beaupré. On a déjà de la misère avec le libre-échange, n’allons pas en plus, faire réparer nos bateaux là-bas alors qu’ils ont été payés par les contribuables canadiens. C’est à ce moment que j’avais fait appel au député Rémi Massé. »

Sensible à l’appel de l’entreprise méchinoise, Rémi Massé a abordé le sujet avec ses collègues ministres concernés. « C’était tout à fait normal que j’intervienne auprès d’eux pour les sensibiliser à la situation. Bien qu’au final, je n’aie pas de pouvoir sur le résultat d’un appel d’offre, au moins les parties concernées ont pu se pencher sur l’état actuel des règles en place », explique le député d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia.

Pour le chef de direction de Verreault Navigation, les règles doivent être modifiées pour que les navires administrés par le fédéral soient réparées par un chantier maritime du Canada. « Nous avons également un lobbyiste qui s’occupe du dossier. C’est illogique que les règles ne soient pas comme les navires de l’armée ou de la garde côtière qui sont réparés ici. Après tout, on fait travailler des gens d’ici et les retombées économiques sont importantes pour la région. »

Quoi qu’il en soit, l’obtention de ce contrat est un pas dans la bonne direction. Reste maintenant à voir si les influenceurs réussiront à faire changer les règles pour que l’ensembles des navires canadiens soient réparés au pays.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Le député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Rémi Massé.

Phase 2

©Photo TC Media - Dominique Fortier

Le chef de la direction de Verreault, Richard Beaupré.

Par ailleurs, Verreault Navigation cherche  à acquérir le quai des Méchins à travers le processus de cessions des ports pour petits bateaux enclenché il y a quelques années par le gouvernement fédéral. « Nous avons besoin de cette installation pour réaliser la phase 2 de notre plan de développement, explique Richard Beaupré. C’est avec ce quai que nous pourrons installer des portes aussi larges que la cale sèche. »

Le port des Méchins s’ajoute donc à la liste de ports à céder dans l’Est-du-Québec dont celui de Matane qui devrait connaître un dénouement sous peu.

©Photo TC Media - Dominique Fortier

L'acquisition du quai des Méchins est aussi au menu de Verreault Navigation.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média