Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

26 septembre 2017

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Trente jours de prison pour le voleur de Marsoui et Gros-Morne

©Photo TC Media - Dominique Fortier

L'un des deux accusés dans les dossiers des vols de dépanneurs à Marsoui, Gros-Morne et Saint-Vianney a reçu une sentence de 30 jours de prison de la part du juge Martin Gagnon.

Jessy Bernatchez-Leclerc a reçu sa sentence au Palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts lors d'une audience remplie d'émotions. Le tout a commencé avec le témoignage de Claudine Sohier, copropriétaire du dépanneur Paul-Émile à Marsoui. Elle a fait part de l'impact de crime commis tant au niveau financer que psychologique. « Lorsque l'entrée par effraction a été commise, c'était à un moment de ma vie où je vivais déjà plusieurs épreuves. De plus, avant de connaître l'identité des coupables, j'ai malheureusement douté de plusieurs personnes dans le village. »

Du même souffle, le témoin a également appelé à la clémence du juge en affirmant qu'elle ne souhaitait pas voir le jeune homme prendre le chemin des cellules. Le juge Gagnon s'est alors tourné vers l'accusé pour lui dire qu'il appréciait ce témoignage, estimant que de voir la victime apporte une autre dimension au crime commis. C'est à ce moment que le jeune accusé de 24 ans a fondu en larmes.

Effet dissuasif

D'un côté, la procureure de la Couronne,  Paméla Tremblay, demandait une sentence d'emprisonnement de six mois assortie d'une probation de deux ans. Pour soutenir cette demande, la procureure a parlé de vols totalisant un peu plus de 10 000 $, principalement des cartons de cigarettes, et des dommages matériels de l'ordre de 810 $. Elle a également plaidé qu'il s'agissait d'événements qui avaient été prémédités et qu'à chaque fois, l'appât du gain semblait être la motivation.

Du côté de la défense, Me Marie-Michèle Ouellet demandait plutôt une probation de deux ans et 240 heures de travaux communautaires. Elle a appuyé cette demande en mentionnant que Jessy Bernatchez avait été exposé à des  valeurs délinquantes dès son jeune âge par un père ayant eu des démêlées avec la justice et qu'il avait tendance à être facilement influençable. De plus, il a été soulevé que l'accusé a collaboré avec les autorités, a plaidé coupable à ses crimes, a démontré de réels remords et qu'il avait déjà souffert de la médiatisation de sa cause.

©Photo Facebook

Jessy Bernatchez-Leclerc.

©Photo Facebook

Alex Leclair-Dubé

Au final, le juge Martin Gagnon a opté pour une sentence de trente jours de prison plus deux ans de probation et 150 heures de travaux communautaires, estimant que l'effet dissuasif serait pleinement rempli. L'accusé devra aussi faire des démarches pour redevenir un actif dans la société. « Vous irez en prison mais pas longtemps. Juste assez pour y goûter et j'estime que vous aurez compris. Vous avez un bel avenir devant vous si vous prenez des grands pas pour changer votre vie. Les gens d'ici ont besoin de jeunes gens comme vous pour les aider, pas pour défoncer des dépanneurs. »

Complice


Quant à son complice, Alex Leclair-Dubé, qui devait aussi comparaître, celui-ci brillait par son absence. Son avocat a évoqué que le jeune homme habitait maintenant à Longueuil et qu'il était difficile pour lui de se déplacer. Leclair-Dubé est dans les premiers stades du processus juridique. Il doit revenir devant le tribunal le 23 octobre prochain.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média